Ukraine – MoneyStore

Guerre en Ukraine : vers un accroissement des efforts pour atteindre la neutralité carbone ?

Par Chris Iggo, CIO Core Investments d’AXA IM

Publié seulement quelques mois après la COP26, le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) n’est guère réjouissant. Cet organe des Nations Unies a averti que le monde risque de connaître « plusieurs catastrophes climatiques qui ne pourront être évitées lors des 20 prochaines années », et ce, même si le réchauffement climatique reste limité à 1,5 °C.1

Continuer la lecture sur Moneystore de « Guerre en Ukraine : vers un accroissement des efforts pour atteindre la neutralité carbone ? »

Actions Américaines : « Et pour quelques dollars de plus… »

Par Vincent Juvyns, Global Market Strategist chez J.P. Morgan AM

 

La relative cherté des actions américaines est justifiée dans les contexte actuel. Voici pourquoi.

 

Depuis le début de l’année, les investisseurs s’interrogent sur le positionnement à adopter au sein des marchés d’actions, en raison d’une part, de la remontée de l’inflation et des taux et d’autre part, du conflit en Ukraine. Ainsi, après avoir misé sur la rotation « valeur/croissance » et l’Europe en début d’année, ils redécouvrent depuis le début de la guerre en Ukraine les vertus des actions de « qualité » et « défensives » qui sont davantage présentes sur le marché américain.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Actions Américaines : « Et pour quelques dollars de plus… » »

Investir dans les armes n’est pas durable !

Par Hans Stegeman, économiste et chief strategist chez Triodos Investment Management

L’invasion russe de l’Ukraine a ramené au centre du débat le financement de l’industrie de l’armement par les institutions financières. S’il y a un critère d’exclusion que la plupart des banques responsables et éthiques ont en commun, c’est une position claire contre les armes. L’industrie de la défense elle-même aurait fait pression pendant un certain temps pour que l’Union européenne déclare les investissements dans les armes comme durables dans sa taxonomie sociale. Mais les armes sont tout sauf durables.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Investir dans les armes n’est pas durable ! »

Comment concilier critères ESG et principes démocratiques ?

Par DPAM

Le conflit Ukraine/Russie nous rappelle quotidiennement ô combien libertés et démocratie sont des valeurs extrêmement précieuses et la sécurité un besoin essentiel. Et paradoxalement, c’est dans ce contexte que les investissements dits ESG durables connaissent une certaine crise d’identité. En effet, quasi unanimement, ces investissements excluent le secteur de la défense car ils ne financent pas l’armement. De plus, si les biais sectoriels ne sont pas systématiquement comparables, la sous-pondération au secteur de l’énergie dans un contexte de hausse des prix (et donc de surperformance relative) est également une constante de ces investissements.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment concilier critères ESG et principes démocratiques ? »

Guerre en Ukraine : risques pour les marchés financiers et conséquences pour la transition énergétique

Par Mark Lacey, responsable matières premières chez Schroders

L’invasion russe en Ukraine s’accompagne de risques importants pour les marchés financiers. On peut alors identifier trois risques dont les conséquences peuvent toucher les investisseurs et impacter la transition énergétique et la durabilité. La crise ukrainienne apporte un nouvel argument à une transition rapide vers des énergies bon marché, propres et fiables.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Guerre en Ukraine : risques pour les marchés financiers et conséquences pour la transition énergétique »

Le 24 février 2022, une date charnière y compris sur les marchés

Par Nathalie Benatia, BNP Paribas AM

Le risque géopolitique a occupé les esprits tout au long du mois de février avant de se matérialiser le jeudi 24 avec l’offensive armée en Ukraine suivie des annonces de sanctions internationales contre la Russie.

 

A la hausse des taux nominaux et réels a succédé un mouvement de fuite vers la sécurité, habituel en phase de tensions internationales. Les cours des matières premières (pétrole, gaz naturel, produits agricoles) se sont orientés à la hausse. Le baril de Brent a gagné 10,7 % en février pour terminer au-dessus de 100 dollars, au plus haut depuis septembre 2014. Compte tenu des pays impliqués, le prix du gaz naturel européen s’est envolé de 16,4 % et celui du blé de 21,9 % pour atteindre son plus niveau depuis l’été 2012, la Russie et l’Ukraine représentant près du quart des exportations mondiales de blé.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le 24 février 2022, une date charnière y compris sur les marchés »

Invasion russe en Ukraine : Comment réagir en tant qu’investisseur ?

Pixabay/pexels

Après la crise du Covid 19, les marchés sont soumis à un nouveau choc. Ce n’est pas la première crise à laquelle les investisseurs doivent faire face. Et ce ne sera pas la dernière ! Alors comment réagir dans une période de turbulence comme celle que nous connaissons aujourd’hui ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Invasion russe en Ukraine : Comment réagir en tant qu’investisseur ? »

Actualité : La croissance sauvera l’Europe

220px-George_Soros_-_World_Economic_Forum_Annual_Meeting_Davos_2010George Soros, Herman Van Rompuy et Pierre Moscovici ont débattu sur l’avenir de l’Europe.

Ce sont trois ténors de la politique et de l’économie qui étaient attendus ce lundi à Bruxelles à l’invitation du groupe de presse Bertelsmann devant une salle comble au Bozar. Georges Soros, investisseur et philanthrope, Herman Van Rompuy, Président du Conseil européen et Pierre Moscovici, ancien Ministre français de l’économie et des finances, ont débattu de l’avenir de l’Europe.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Actualité : La croissance sauvera l’Europe »