La dynamique économique est moins forte en Europe qu’aux Etats-Unis

Par Guy Wagner, chief investment officer de BLI – Banque de Luxembourg Investments

Au deuxième trimestre, le PIB américain a progressé de 2,8% en glissement annuel. L’activité économique a été soutenue principalement par la force de la consommation domestique qui a bénéficié de la réforme fiscale de décembre 2017 et par l’augmentation des dépenses publiques. Dans la zone euro, la croissance du PIB a légèrement ralenti au second trimestre, s’établissant à 2,1% en glissement annuel. La dynamique moins forte en Europe qu’aux Etats-Unis s’explique surtout par une plus grande rigueur budgétaire.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La dynamique économique est moins forte en Europe qu’aux Etats-Unis »

La tendance au ralentissement de la croissance bénéficiaire des entreprises semble se poursuivre

par défaut 2014-09-24 à 18.21.04Par Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg

Après le rebond en février et mars, les marchés boursiers ont peu évolué en avril. Sur l’ensemble du mois, le S&P 500 aux Etats-Unis, le Stoxx 600 en Europe et le MSCI Emerging Markets (en USD) ont légèrement progressé, alors que le Topix au Japon a un peu reculé. Etant donné que la plupart des entreprises sont devenues maîtres dans l’art de la gestion des attentes des analystes, la saison de publication des résultats amène de moins en moins de surprises. La tendance générale au ralentissement de la croissance bénéficiaire semble se poursuivre. Le principal facteur de soutien des bourses demeure l’absence d’alternatives, même si la détérioration des fondamentaux économiques devient de plus en plus menaçante.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La tendance au ralentissement de la croissance bénéficiaire des entreprises semble se poursuivre »

Les marchés financiers reflètent de moins en moins les réalités économiques

par défaut 2014-09-24 à 18.21.04Par Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg

La baisse des marchés boursiers en juin illustre à quel point les marchés financiers deviennent de plus en plus tributaires des décisions politiques alors qu’ils reflètent de moins en moins les réalités économiques.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les marchés financiers reflètent de moins en moins les réalités économiques »