taux d’intérêt – MoneyStore

Quels sont les différents scénarios d’inflation et quel est leur impact ?

Par Jonathan Baltora, Head of Sovereign, Inflation and FX, Fixed Income chez AXA Investment Managers

Le moment auquel l’inflation atteindra son pic devrait rester un sujet de débat jusqu’à la fin de l’année 2022. Les investisseurs pourraient être amenés à réfléchir à la nécessité d’adapter leur stratégie d’inflation à l’évolution des conditions de marché.

L’été dernier, deux situations ont prévalu. En Europe, une crise énergétique et les craintes d’un ralentissement économique ont dominé l’actualité, tandis qu’aux États-Unis, le rebond du marché et la confiance des consommateurs ont laissé entrevoir la possibilité d’un atterrissage en douceur.

Deux scénarios sont susceptibles de se produire d’ici la fin de l’année et jusqu’en 2023 : ralentissement de la croissance et hausse de l’inflation (stagflation) ou ralentissement de la croissance, avec une baisse de l’inflation qui reste toutefois élevée (désinflation).

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quels sont les différents scénarios d’inflation et quel est leur impact ? »

Retrouver le cap dans des marchés agités

Entre inflation, taux d’intérêt à la hausse et baisse des actifs financiers, il faut bien ajuster ses placements. Après la crise sanitaire, la guerre en Ukraine a provoqué une nouvelle onde de choc. Alors que l’optimisme prévalait au début de l’année, le ciel s’est assombri dans la sphère économique et financière. L’investisseur a subi une double peine : à la fois une baisse des actions et une baisse des obligations.

Pour faire le point sur cette situation complexe, La Libre et le blog MoneyStore ont reçu lors d’une conférence-débat Benoit Soler, Gérant taux chez Keren Finance et Nicolas Walewski, Fondateur et gérant de fonds actions chez Alken Asset Management. Ces deux gérants de fonds ont exposé l’environnement économique actuel avant de proposer leur vision des placements.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Retrouver le cap dans des marchés agités »

Conférence financière : Placements : Comment ajuster son portefeuille dans des marchés agités ?

L’année 2022 n’a pas été de tout repos pour les placements qu’ils soient en actions ou en obligations. Conflit en Ukraine, inflation, baisse des marchés, les investisseurs ont perdu leur boussole et leurs repères. Comment investir dans un tel contexte ?  Pour répondre à cette question,

 

 

 

et

 

vous invitent à la conférence-débat en présentiel sur le thème

 

 

 

 

Placements : Comment ajuster son portefeuille dans des marchés agités ?

 

Le jeudi 13 octobre 2022

 

 

 

animée par Isabelle de Laminne, blogueuse MoneyStore.be et chroniqueuse à La Libre Belgique qui recevra

 

Nicolas Walewski, Fondateur et gérant de fonds actions chez Alken Asset Management

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et

 

Benoit Soler, Gérant taux chez Keren Finance

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Conférence financière : Placements : Comment ajuster son portefeuille dans des marchés agités ? »

Pourquoi vendre une obligation avant son échéance ?

Lorsqu’on détient une obligation en portefeuille, il n’est pas nécessaire de la conserver jusqu’à son échéance. Il existe un marché secondaire qui permet aux détenteurs de ces titres de les vendre et aux investisseurs intéressés d’en acheter. Mais pourquoi vendre une obligation avant son échéance ? Plusieurs critères peuvent guider les investisseurs dans leur décision de vendre une obligation avant son terme .

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi vendre une obligation avant son échéance ? »

Vers la fin des taux négatifs en Europe : Trop peu, trop tard ?

Par Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA ​ ​

Après une hausse de 25 points de base le 21 juillet, la BCE donnera le coup d’accélérateur à la rentrée : + 0,5%. Au-delà, +0,25% par trimestre. La hausse sera, dans le langage de l’institution, soutenue, mais graduelle. Objectif de moyen terme ? Le taux neutre, 2%, voire au-delà à l’approche de l’été 2024.

Hit-Parade des Fonds : Obligations américaines, le miroir aux alouettes ?

Selon les données fournies par Quantalys au 30 avril, on constate que ce sont les obligations américaines qui ont le mieux performé en avril de cette année. Comment explique-t-on cette performance assez inattendue ? Les performances publiées le sont en euros. On assiste donc ici, essentiellement, à un effet devises.

En effet, le dollar s’est fortement redressé par rapport à l’euro. « En réalité, les investisseurs qui auraient simplement été investis en dollars auraient encore mieux performé. C’est une excellente année pour le dollar américain. Ce ne sont donc pas les obligations qui performent bien mais la devise sous-jacente », explique Alex Goldwasser, Administrateur chez Goldwasser Exchange (société de bourse). Cette bonne performance des obligations en avril serait donc un miroir aux alouettes.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-Parade des Fonds : Obligations américaines, le miroir aux alouettes ? »

L’inflation en 9 questions

Par Deutsche Banque Belgique

L’inflation est utile : en l’absence d’inflation, les consommateurs ne seraient pas incités à dépenser leur argent. En règle générale, la performance des obligations est médiocre lorsque l’inflation est élevée. Il est impossible de généraliser l’impact de l’inflation sur les actions : une inflation modérée est en général positive pour les actions, à l’inverse d’une augmentation des prix rapide et prononcée.

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « L’inflation en 9 questions »

Crise du Covid 19 : quel est le coût de la normalisation ?

Par Gilles Moëc, Chef économiste du groupe AXA et Head of Research chez AXA IM

 

 

 

 

 

Depuis le début de la pandémie, chaque vague a été moins coûteuse que la précédente en termes d’impact sur l’activité économique. Cela reflète à la fois une meilleure adaptation des entreprises et des consommateurs et la montée progressive de restrictions sanitaires dépendantes du statut vaccinal des individus qui a permis d’éviter la fermeture totale de secteurs entiers. Omicron s’est inscrit dans cette tendance, et les prévisions de croissance n’ont pas été revues à la baisse : on attend 3.9% en 2022 dans la zone euro et 3.5% aux États-Unis.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Crise du Covid 19 : quel est le coût de la normalisation ? »