Les banques intègrent-elles suffisamment les risques climatiques ?

@Pexels

Si l’on veut limiter la hausse des températures à 1.5° C, il faudrait être neutres en carbone à l’horizon 2050 ! C’est pourquoi l’Accord de Paris (COP21) de décembre 2015 a fixé l’objectif de maintenir les augmentations de température en dessous de 2°C avec des efforts pour les maintenir à 1,5°C. Pour avoir une chance raisonnable de se maintenir en dessous de 2°C, nous devons absolument réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 40% au cours des deux prochaines décennies. Ces chiffres simples indiquent très clairement l’ampleur et l’urgence du changement nécessaire. Les investissements des deux prochaines décennies seront décisifs pour la planète et l’avenir des générations futures. Continuer la lecture sur Moneystore de « Les banques intègrent-elles suffisamment les risques climatiques ? »

Faut-il inclure les risques climatiques dans les stress tests des banques ?

@Pexels

Comme elles jouent un rôle crucial dans le financement de l’économie, les banques sont parmi les acteurs économiques les plus encadrés et régulés. Une grande partie de cette règlementation porte sur les exigences de solvabilité du système bancaire, en d’autres termes, sur un montant minimum de capital à maintenir en toutes circonstances en fonction des engagements pris par les banques.
Au-delà de ces règlementations, les banques sont également soumises à des tests de résistance appelés « stress tests ». Il s’agit de les soumettre à une série de scénarios catastrophes pour voir dans quelle mesure elles seront aptes à résister si leur stabilité est remise en cause. Le régulateur contrôle alors si leur solvabilité, leurs fonds propres seront suffisants en cas de problème. Dans la zone euro, c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui instaure ces tests en sa qualité de régulateur en vue d’éviter une crise systémique du système bancaire européen. Au Royaume-Uni, c’est la Bank of England (BoE) qui joue ce rôle.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Faut-il inclure les risques climatiques dans les stress tests des banques ? »