S&P500 – MoneyStore

Quelle est la composition des principaux indices boursiers : MSCI World, S&P500, Dow Jones, Nasdaq 100, FTSE ? CAC40,…? (mise à jour 2023)

Les indices boursiers servent souvent de référence dans les placements. Ils permettent de comparer les performances des fonds gérés activement avec celles de l’univers dans lequel investit le fonds. Ils servent aussi de base pour les ETF (trackers). Il est donc utile et nécessaire de s’informer sur la composition de ces indices avant d’investir dans ces trackers. Cela permet de savoir dans quels secteurs, zones géographiques et entreprises on investit.

Voici une présentation de certains indices les plus connus.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelle est la composition des principaux indices boursiers : MSCI World, S&P500, Dow Jones, Nasdaq 100, FTSE ? CAC40,…? (mise à jour 2023) »

La corrélation croissante entre les crypto-monnaies et les actions pourrait être contagieuse

Par Chi Lo, BNP Paribas AM

Avant la pandémie, l’univers des crypto-monnaies semblait relativement isolé des marchés financiers. Les performances du bitcoin et les autres crypto-instruments [1]étaient en effet faiblement corrélées avec celles des actions. Les crypto-actifs étaient même jugés utiles pour diversifier les risques et se protéger des fluctuations d’autres classes d’actifs.

 

Cependant, depuis la crise sanitaire, la corrélation entre ces actifs et les actions a fortement augmenté, ce qui tend à montrer que le secteur financier pourrait ne pas être immunisé des futures vicissitudes des crypto-actifs. Ces tendances renforcent également les arguments favorables à la création de monnaies numériques de banque centrale (MNBC) afin d’encadrer le marché des crypto-monnaies et de mieux gérer les risques associés.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La corrélation croissante entre les crypto-monnaies et les actions pourrait être contagieuse »

Les raisins de la patience

Par Thomas Planell, Gérant – analyste chez DNCA

 

 

Durant un bear market l’effondrement des prix dilapide le capital, le temps éprouve les nerfs et la patience des investisseurs. Neuf mois après cette première semaine de janvier au cours de laquelle Jérôme Powell a décidé d’enterrer l’ère des taux réels négatifs, les portefeuilles continuent de subir l’une des mises à l’épreuve les plus violentes des 120 dernières années.

 

Il faut remonter à la Grande Dépression des années 30, Pearl Harbour ou au choc pétrolier des années 1970 pour retrouver la mémoire d’un massacre aussi brutal du portefeuille diversifié. En 2022, une allocation 60/40 en actions du S&P500 et en bons du Trésor américain cède plus de 21%. En 2008, 14%. En 1969, 7%. A l’avènement de la guerre du Pacifique, près de 9%. Deux ans après le krach de 1929, 27,5%. Rarement en dehors de ces épisodes extrêmes les actifs à taux fixes et les actions ont été autant corrélés dans leur chute.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les raisins de la patience »

Infographie du mois : Quels sont les meilleurs mois pour gagner en bourse ?

Quand vaut-il mieux investir ou prendre ses gains ? Statistiquement, est-il préférable de vendre ou acheter à certaines périodes de l’année ? Que nous disent les chiffres sur une période de 30 ans ? Le site Visual Capitalist reprend une étude de Schroders qui s’est plié à cet exercice. Voici les résultats de cette enquête dans notre infographie du mois de juin 2022. Cette analyse est basée sur 31 ans de performance à travers l’évolution de quatre grands indices boursiers : le FTSE 100, le MSCI World, le S&P 500 et l’Eurostoxx. La période court de 1987 à 2018 et ne prend donc pas en compte la période de pandémie ni l’impact du conflit en Ukraine.

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Infographie du mois : Quels sont les meilleurs mois pour gagner en bourse ? »

Des raisons de rester positifs sur les actions en 2022

Par Wim D’Haese, Head Investment Strategist & David Ghezal Investment Strategist chez Deutsche Banque

 

 

 

 

 

 

 

En résumé :

 

  • Les performances robustes des actions des marchés développés en 2021 pourraient désormais être challengées par divers facteurs.
  • Cependant, des taux d’intérêt réels toujours faibles et la poursuite probable de la croissance des bénéfices plaident en faveur des actions en 2022.
  • Une approche hybride axée sur la croissance de qualité et les valeurs cycliques reste indiquée, mais les valeurs défensives pourraient gagner en attrait au second semestre.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Des raisons de rester positifs sur les actions en 2022 »

An II : Le sac de la croissance

Par Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA

Le début d’année est le temps des grandes manœuvres où l’on se prépare aux conflits à venir. Les attentes économiques et financières sont formulées, l’allocation stratégique élaborée. Mais au levant de l’an II post Covid, les combats ont déjà fait rage sans que l’on ait eu le temps de dresser les pavillons des camps de guerre.

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « An II : Le sac de la croissance »

Hit-Parade des fonds : 2021, l’année nord-américaine

Selon les données fournies par Quantalys, ce sont les fonds investis en actions indiennes qui ont le mieux performé en 2021. Nous y avions déjà consacré un post en décembre. Les actions indiennes sont talonnées de près par les marchés canadien et américain. Les fonds investis sur ces marchés ont ainsi engrangé des performances supérieures à 30% sur l’année 2021. Comment explique-t-on ces belles performances ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-Parade des fonds : 2021, l’année nord-américaine »

Pourquoi est-il judicieux de rester investi ?

Par Wim D’Haese, Head Investment Strategist chez Deutsche Bank Belgique

 

 

 

 

 

 

En résumé :

  • Lorsque les bourses plongent de 20% ou davantage, certains cèdent à la tentation de vendre tous leurs investissements, pour éviter de nouvelles pertes.
  • Les études révèlent cependant que cette réaction n’est souvent pas la bonne.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi est-il judicieux de rester investi ? »