S&P500 – MoneyStore

Infographie du mois : Quels sont les meilleurs mois pour gagner en bourse ?

Quand vaut-il mieux investir ou prendre ses gains ? Statistiquement, est-il préférable de vendre ou acheter à certaines périodes de l’année ? Que nous disent les chiffres sur une période de 30 ans ? Le site Visual Capitalist reprend une étude de Schroders qui s’est plié à cet exercice. Voici les résultats de cette enquête dans notre infographie du mois de juin 2022. Cette analyse est basée sur 31 ans de performance à travers l’évolution de quatre grands indices boursiers : le FTSE 100, le MSCI World, le S&P 500 et l’Eurostoxx. La période court de 1987 à 2018 et ne prend donc pas en compte la période de pandémie ni l’impact du conflit en Ukraine.

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Infographie du mois : Quels sont les meilleurs mois pour gagner en bourse ? »

Des raisons de rester positifs sur les actions en 2022

Par Wim D’Haese, Head Investment Strategist & David Ghezal Investment Strategist chez Deutsche Banque

 

 

 

 

 

 

 

En résumé :

 

  • Les performances robustes des actions des marchés développés en 2021 pourraient désormais être challengées par divers facteurs.
  • Cependant, des taux d’intérêt réels toujours faibles et la poursuite probable de la croissance des bénéfices plaident en faveur des actions en 2022.
  • Une approche hybride axée sur la croissance de qualité et les valeurs cycliques reste indiquée, mais les valeurs défensives pourraient gagner en attrait au second semestre.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Des raisons de rester positifs sur les actions en 2022 »

An II : Le sac de la croissance

Par Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA

Le début d’année est le temps des grandes manœuvres où l’on se prépare aux conflits à venir. Les attentes économiques et financières sont formulées, l’allocation stratégique élaborée. Mais au levant de l’an II post Covid, les combats ont déjà fait rage sans que l’on ait eu le temps de dresser les pavillons des camps de guerre.

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « An II : Le sac de la croissance »

Hit-Parade des fonds : 2021, l’année nord-américaine

Selon les données fournies par Quantalys, ce sont les fonds investis en actions indiennes qui ont le mieux performé en 2021. Nous y avions déjà consacré un post en décembre. Les actions indiennes sont talonnées de près par les marchés canadien et américain. Les fonds investis sur ces marchés ont ainsi engrangé des performances supérieures à 30% sur l’année 2021. Comment explique-t-on ces belles performances ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-Parade des fonds : 2021, l’année nord-américaine »

Pourquoi est-il judicieux de rester investi ?

Par Wim D’Haese, Head Investment Strategist chez Deutsche Bank Belgique

 

 

 

 

 

 

En résumé :

  • Lorsque les bourses plongent de 20% ou davantage, certains cèdent à la tentation de vendre tous leurs investissements, pour éviter de nouvelles pertes.
  • Les études révèlent cependant que cette réaction n’est souvent pas la bonne.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi est-il judicieux de rester investi ? »

Dividende rime aussi avec humain, société et environnement

Par Deutsche Banque Belgique

En résumé :

  • Traditionnellement, l’investissement en actions est rentable de deux manières différentes : par la hausse du cours et/ou l’attribution d’un dividende.
  • Depuis quelques années, les investisseurs ont découvert une troisième source de rendement : la création de plus-value pour l’humain, la société et l’environnement. C’est la dimension ESG (Environnemental, Social & Gouvernance).
  • Investir en tenant compte du dividende, mais aussi des critères ESG, c’est intéressant à plusieurs égards.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Dividende rime aussi avec humain, société et environnement »

Quelles sont les plus grandes capitalisations américaines entre 1980 et 2020 ?

@Pexels

Imaginons que vous aviez investi en 1980 dans les cinq plus grandes capitalisations de l’indice S&P 500. Vous détiendriez alors, à l’époque, des actions IBM, AT&T, Exxon, Standard Oil et Schlumberger. Soit une valeur technologique, deux valeurs pétrolières et une entreprise d’équipements de forage pétrolier. C’était le règne des pétrolières.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelles sont les plus grandes capitalisations américaines entre 1980 et 2020 ? »