Vers la fin des néo-banques ?

@Pexels

Lors de leur arrivée dans le secteur financier, les néo-banques apparaissaient comme de véritables challengers pour les banques traditionnelles. Offrant un service exclusivement digital, elles répondaient aux demandes d’un public jeune. Rapide et sans frais, cette offre était particulièrement adaptée aux millenials. « Les néo-banques se sont rapidement fait un nom au cours des dernières années. Revolut et N26 ne sont pas encore des noms familiers, mais elles ont réussi à impressionner les investisseurs, les journalistes et les clients par leur volonté de perturber les banques en place en offrant une expérience bancaire plus pratique et plus fluide », explique Jeroen Dossche, Partner chez Capco.

Mais qu’en est-il aujourd’hui ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Vers la fin des néo-banques ? »

Qu’est-ce que la banque 4.0. ?

@Pexels

Le secteur bancaire est soumis à de fortes pressions. La pandémie du Covid-19 a, par ailleurs, accéléré sa mutation. Dans cet environnement, les banques doivent faire face à des facteurs disruptifs qui les contraignent à évoluer. « Il y a, d’une part, les nouveaux entrants sur le marché bancaire. On fait référence ici aux FinTechs et aux néo-banques. C’est le plus gros défi que les banques distinguent.

Ensuite, il y a les incertitudes économiques. Ces dernières ont été d’autant plus frappantes avec la crise du Covid-19 », note Robert van der Eijk Managing Director chez Capgemini. En effet, les confinements à répétition et les conséquences économiques et financières de la crise sanitaire ont engendré des bouleversements et des incertitudes d’une ampleur inédite.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que la banque 4.0. ? »

Qu’est-ce que la directive PSD2 va changer pour vous ?

@Pexels

Pour rappel, la directive PSD2 va permettre aux clients des banques (particuliers et entreprises) d’autoriser une partie tierce qui n’est pas la banque à avoir accès à leurs données financières ou à gérer leurs finances.

C’est ainsi que vous pourriez autoriser des acteurs comme Facebook, Google ou Amazon à payer des factures ou à effectuer des transferts. Vous pourrez aussi permettre à des agrégateurs de comptes de consolider toutes vos données financières. Vous pourrez effectuer toutes ces opérations alors que votre argent restera sur un compte bancaire. Les banques seront obligées de fournir ces informations via ce que l’on appelle une API (Application programming interface) si vous avez autorisé une personne tierce à y avoir accès.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que la directive PSD2 va changer pour vous ? »

Comment agréger tous ses comptes-titres ?

@Pexels

En 2018, la directive PSD2 est entrée en vigueur. Grâce à cette directive les clients des banques peuvent donner l’autorisation à une partie tierce, qui n’est pas la banque, de gérer leurs finances ou à avoir accès à leurs données financières. Cette directive ouvre la porte à l’open banking qui va permettre à des acteurs non bancaires de payer des factures et d’effectuer des transferts d’argent. L’open banking se base donc sur l’ouverture et le partage des données vers des acteurs financiers ou autres. Ce transfert se fait via une API, pour Application Programming Interface, qui permet à un programme spécifique de demander les données qui l’intéressent à une autre application qui lui fournit ces données.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment agréger tous ses comptes-titres ? »

Qu’est-ce que l’open banking ?

@pexels

La nouvelle directive PSD2 entrée en vigueur en janvier 2018 offre la possibilité aux clients des banques (particuliers et entreprises) d’autoriser une partie tierce qui n’est pas la banque à gérer leurs finances ou à avoir accès à leurs données financières. Et ce n’est pas anodin, car cette directive couplée au développement des API (Application programming interface), va permettre à des acteurs non bancaires de payer des factures et d’effectuer des transferts d’argent. C’est ce qu’on appelle l’open banking. L’open banking se base donc sur l’ouverture et le partage des données vers des acteurs financiers ou autres.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que l’open banking ? »

Payer sans sa banque, désormais possible

@pexels

La nouvelle réglementation PSD2 (pour Payment Services Directive) ouvre des possibilités pour les sociétés actives dans le secteur des paiements. Cette directive facilite les paiements transfrontaliers au sein de l’Union européenne en les rendant aussi simples que les paiements nationaux. Parmi toutes les mesures que comprend cette directive, épinglons le fait que PSD2 va permettre aux clients des banques (particuliers et entreprises) d’autoriser une partie tierce, qui n’est pas nécessairement la banque, à gérer leurs finances ou à avoir accès à leurs données financières.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Payer sans sa banque, désormais possible »