Sell in may and go away : A quoi peut-on s’attendre en 2018 ?

D’où vient ce dicton anglo-saxon « sell in may and go away » ? Doit-on s’attendre à une correction des marchés en mai 2018 ? Certains observateurs considèrent que la baisse des marchés qui intervient souvent au mois de mai est principalement due au paiement des dividendes. « Je ne pense pas que ce soit une question de dividendes car il y a beaucoup d’acomptes sur dividendes qui sont payés avant le mois de mai. Historiquement et statistiquement, on remarque que le mois de juin n’est pas très bon et que les krachs boursiers ont plutôt lieu en octobre. En 2011, la crise de la zone euro est intervenue en août. L’été est sans doute une période plutôt propice aux baisses. Il y a moins d’opérateurs actifs sur les marchés mais j’attribuerais cette tendance plutôt à un facteur psychologique », estime Igor de Maack, Gérant de fonds chez DNCA.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Sell in may and go away : A quoi peut-on s’attendre en 2018 ? »

Que se passe-t-il lorsque le comportement de la foule devient plus incohérent ?

Illustration: Pexels
Illustration: Pexels

Par Fidelity

De nos jours, l’allocation des capitaux est de plus en plus industrialisée. La popularité des fonds indiciels, des ETF et, plus récemment, des stratégies Smart bêta a explosé dans la mesure où l’accès à bas coût est considéré comme un moyen plus pratique et moins risqué de générer les performances moyennes de l’ensemble des classes d’actifs (actions, obligations, etc.) ou des allocations ciblées (secteurs, facteurs, biais, etc.).

Continuer la lecture sur Moneystore de « Que se passe-t-il lorsque le comportement de la foule devient plus incohérent ? »

Actions européennes : Pourquoi les prévisionnistes se sont-ils trompés ?

par-defaut-2016-09-09-a-12-34-46par-defaut-2016-09-09-a-12-37-16Fin 2015, les économistes et stratégistes du secteur financier ne juraient que par le potentiel attendu des actions européennes. Elles représentaient le « maître-choix » en portefeuille pour l’année 2016 à venir. En cette fin d’été, les chiffres viennent fâcheusement contredire ces conseils et prévisions. Tous les indices européens affichent des performances négatives et certains fonds actifs investis en actions du vieux continent n’ont pas de quoi pavoiser.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Actions européennes : Pourquoi les prévisionnistes se sont-ils trompés ? »

Pourquoi les économistes ne sont-ils pas infaillibles ?

black-and-white-businessman-man-suit-mediumFin 2015, au moment de publier les prévisions pour 2016, les économistes, stratégistes et analystes dans le secteur financier prévoyaient que 2016 seraient l’année des actions européennes. Comme on peut le constater après 6 mois, ce n’est pas vraiment le cas. Certains économistes n’envisageaient même pas les risques politiques comme un élément crucial pour 2016 alors que d’autres plus avisés pointaient le risque du Brexit et de la crise migratoire comme éléments pouvant influencer la direction des marchés au cours de cette année.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi les économistes ne sont-ils pas infaillibles ? »

Sommes-nous programmés pour le court terme ?

IMG_1054Par Fidelity

« La nature humaine exige de prompts succès et l’enrichissement rapide a une saveur particulière, l’homme moyen calculant la valeur actuelle des profits différés à un taux d’escompte fort élevé. » J.M. Keynes[1]

À chaque début d’année, les investisseurs essaient de tenir compte des perspectives pour les douze mois à venir. Aujourd’hui, la vision des marchés est devenue tellement court-termiste que c’est bien l’une des rares occasions où l’on se projette un tant soit peu.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Sommes-nous programmés pour le court terme ? »

Prévisions économiques : Quand la boule de cristal se trouble !

IMG_0452Lors du passage à l’an neuf, les prévisions économiques tombent. Peut-on s’y fier ? Personne ne maîtrise l’avenir pas plus les économistes que les autres et les marchés ont déjà démontré à maintes reprises leur capacité à surprendre les intervenants. Il est parfois intéressant de faire un retour dans le passé et de voir ce que les prévisionnistes avaient annoncé pour 2013 et… qui ne s’est pas réalisé !

Continuer la lecture sur Moneystore de « Prévisions économiques : Quand la boule de cristal se trouble ! »