Politiques économiques exceptionnelles en vue

@Pexels

Rédigé le 18 mars 2020 par BNP Paribas AM

  • Le 17 mars, les marchés actions se sont repris suite à l’annonce de mesures de soutien budgétaire aux Etats-Unis et en Europe
  • Les Banques centrales mettent en œuvre tous les outils à leur disposition (baisse des taux directeurs, achats d’actifs, mesures pour assurer la liquidité)  

Confrontés à l’urgence sanitaire, les décideurs ont pris la mesure du problème et proposé des réponses économiques sans précédent, qu’elles soient budgétaires ou monétaires. Continuer la lecture sur Moneystore de « Politiques économiques exceptionnelles en vue »

Les « monétaristes » passent le relais aux « keynésiens »

@Pexels

Par Vincent Juvyns, Stratégiste chez J.P. Morgan AM

La crise financière de 2008 restera dans les annales économiques comme l’une des pires crises depuis la Grande Dépression, en raison notamment du fait qu’elle se soit propagée aux États. Ces derniers ont en effet vu leurs déficits budgétaires et leurs niveaux d’endettement exploser, ce qui les a, pour la plupart, empêché de relancer leurs économies avec des politiques budgétaires pro-cycliques comme ce fut le cas en 1930 avec le New Deal.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les « monétaristes » passent le relais aux « keynésiens » »

Le bazooka et ses conséquences sur le marché

Imaginez un professeur d’université plutôt flexible qui permettrait à ses étudiants de choisir eux-mêmes la date de leur examen, et même de la postposer s’ils estiment ne pas avoir eu suffisamment de temps pour potasser tout leur syllabus. Imaginez maintenant qu’une date d’examen ait été fixée mais qu’un étudiant demande un premier report, puis un deuxième quelques jours plus tard, laissant son professeur perplexe. Deux options sont possibles : soit l’étudiant n’avance pas dans la préparation de son examen et risque dès lors de demander encore d’autres reports, soit il est vraiment perfectionniste et vise une note mirobolante. Ce scénario reflète bien ce que nous avons connu ces derniers temps sur les marchés financiers de la zone euro. Le professeur (lisez les investisseurs) attend avec impatience que l’étudiant (les dirigeants politiques de la zone euro) apporte les réponses à ses questions, mais la date d’examen ne cesse d’être reportée. Chose intéressante : l’impact négatif de cette indécision ne s’est pas révélé trop prononcé sur les marchés, comme si les investisseurs s’attendaient quand même à une agréable surprise après tout…

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le bazooka et ses conséquences sur le marché »