pétrole – MoneyStore

Hit-parade des fonds : Une année 2022 surprenante à bien des égards

Il y a un an, personne n’aurait imaginé que les fonds investis en actions russes présenteraient des performances aussi dramatiques qu’une perte de près de 77% en un an et que le Brésil remporterait la palme de la meilleure rentabilité sur cette période avec une performance de 14%. « Il est vrai que début 2022, on assistait à une reprise de l’économie après une période de confinement. On pensait que l’inflation serait temporaire et que les taux d’intérêt n’allaient pas remonter trop vite. On craignait plus, à l’époque, des problèmes liés à la production plutôt que l’arrivée d’une récession », avoue Xavier Servais, Administrateur chez Delande & Cie. Une certaine tension sur les prix des matières premières prévalait cependant déjà à l’époque.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-parade des fonds : Une année 2022 surprenante à bien des égards »

Infographie du mois : Quels sont les pays les plus gros producteurs de gaz naturel ?

Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la dépendance énergétique a été remise sur le devant de la scène. La situation actuelle pourrait laisser croire que nous n’avons pas pu tirer les leçons du passé.

Déjà en 1973, nous avions subi les effets de notre dépendance au pétrole principalement produit par les pays de l’OPEP. Aujourd’hui, nous payons très cher le prix du développement de notre approvisionnement en gaz russe. Un développement qui a été soutenu par la construction des gazoducs Nord Stream. Mais cette dépendance ne concerne pas tous les pays. Voici une infographie présentant les pays qui sont les plus gros producteurs de gaz naturel.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Infographie du mois : Quels sont les pays les plus gros producteurs de gaz naturel ? »

Le 24 février 2022, une date charnière y compris sur les marchés

Par Nathalie Benatia, BNP Paribas AM

Le risque géopolitique a occupé les esprits tout au long du mois de février avant de se matérialiser le jeudi 24 avec l’offensive armée en Ukraine suivie des annonces de sanctions internationales contre la Russie.

 

A la hausse des taux nominaux et réels a succédé un mouvement de fuite vers la sécurité, habituel en phase de tensions internationales. Les cours des matières premières (pétrole, gaz naturel, produits agricoles) se sont orientés à la hausse. Le baril de Brent a gagné 10,7 % en février pour terminer au-dessus de 100 dollars, au plus haut depuis septembre 2014. Compte tenu des pays impliqués, le prix du gaz naturel européen s’est envolé de 16,4 % et celui du blé de 21,9 % pour atteindre son plus niveau depuis l’été 2012, la Russie et l’Ukraine représentant près du quart des exportations mondiales de blé.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le 24 février 2022, une date charnière y compris sur les marchés »

Les profits du pétrole : Le meilleur ennemi des politiques

Par Thomas Planell, Gérant – analyste chez DNCA

 

Ils sont les meilleurs ennemis des médias et d’une certaine partie du paysage politique.

En cette période de flambée des prix de l’énergie (pétrole, gaz, électricité) où les Etats subventionnent les factures des plus démunis, les résultats records des groupes pétroliers sont trop bons, outrageusement trop bons…

 

Jusqu’en Angleterre, berceau du capitalisme moderne où il n’est plus nécessaire d’écouter Ed Miliband pour se croire à Bruxelles. Pour le leader des libéraux-démocrates, Ed Davey, « il n’est pas normal que ces sociétés fassent de tels profits sans qu’on les taxe de façon exceptionnelle, surtout quand il y a des gens qui sont effrayés à l’idée d’allumer leurs radiateurs »…

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les profits du pétrole : Le meilleur ennemi des politiques »

La crise énergétique menacera-t-elle la reprise ?

Par Arthur Jenck et Erik Joly, ABN AMRO Private Banking, Belgique

Les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement se sont encore intensifiés au cours du mois dernier. La flambée des prix de l’énergie rend les consommateurs inquiets au sujet des factures d’énergie à venir à l’approche de l’hiver.

Pour les entreprises, les prix de l’énergie représentent une nouvelle augmentation des coûts en plus des ruptures d’approvisionnement déjà massives. Cela pourrait-il rendre les modèles économiques non rentables et provoquer des arrêts de production généralisés ? Si les entreprises répercutent les hausses de prix sur les consommateurs, cela pourrait-il faire dérailler la reprise post-pandémique ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « La crise énergétique menacera-t-elle la reprise ? »

Hit-parade des fonds : Vers un super-cycle des matières premières ?

@Pexels

A la fin juin 2021, sur base des chiffres fournis par Quantalys, on constate que les fonds dont les sous-jacents sont liés à l’évolution des matières premières ont surperformé durant les six premiers mois de l’année. Quelles sont les principales raisons de cette évolution ? Se dirige-t-on vers un super-cycle des matières premières ?

 

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-parade des fonds : Vers un super-cycle des matières premières ? »

Tendances pronostiquées en 2000, non réalisées en 2020

@Pexels

Par Befirm

La crise sanitaire l’a, si besoin était, démontré : même la plus belle des boules de cristal ne peut tout prédire. Des événements viennent souvent contrecarrer les prévisions.  Quiconque aurait évoqué, au tournant du siècle, des taux hypothécaires inférieurs à 1 %, aurait sans doute déclenché des rires moqueurs.

Une troisième guerre mondiale, la fermeture des frontières chinoises pour cause d’épidémie de virus SARS, une pénurie de pétrole ou une panne informatique généralisée, auraient sans doute été jugées nettement plus vraisemblables. Or, que reste-t-il aujourd’hui des mutations à long terme pronostiquées en 2000 ? Quatre observateurs de tendances ont plongé dans leurs archives, en quête d’orientations et de prédictions qui ne se sont pas concrétisées.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Tendances pronostiquées en 2000, non réalisées en 2020 »

Quelle évolution pour le prix du pétrole et le cours du gaz ?

@Pexels

Par ABN AMRO Private Banking

L’OPEP + demande à ses membres d’apporter une contribution vitale à la réduction de la production. L’OPEP + (partenaires de l’OPEP + ceux dirigés par la Russie) n’a pas modifié récemment. Le comité de suivi ministériel (JMMC) a indiqué qu’il était satisfait du niveau de production en juillet. Les pays participant à l’accord d’extension de la production ont atteint 95% de l’objectif (réduction de la production de 9,7 millions barils par jour).

Si l’on ajoute à cela la réduction volontaire de la production du Mexique, elle est même de 97%. Cependant, les pays qui n’ont pas accepté les accords en mai, juin et / ou juillet ont dû indiquer avant le 28 août comment ils comptaient compenser leur surproduction. Cet élément tient son importance dans la nécessité de respecter la stabilité du cours promise.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelle évolution pour le prix du pétrole et le cours du gaz ? »