Quelle évolution pour le prix du pétrole et le cours du gaz ?

@Pexels

Par ABN AMRO Private Banking

L’OPEP + demande à ses membres d’apporter une contribution vitale à la réduction de la production. L’OPEP + (partenaires de l’OPEP + ceux dirigés par la Russie) n’a pas modifié récemment. Le comité de suivi ministériel (JMMC) a indiqué qu’il était satisfait du niveau de production en juillet. Les pays participant à l’accord d’extension de la production ont atteint 95% de l’objectif (réduction de la production de 9,7 millions barils par jour).

Si l’on ajoute à cela la réduction volontaire de la production du Mexique, elle est même de 97%. Cependant, les pays qui n’ont pas accepté les accords en mai, juin et / ou juillet ont dû indiquer avant le 28 août comment ils comptaient compenser leur surproduction. Cet élément tient son importance dans la nécessité de respecter la stabilité du cours promise.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelle évolution pour le prix du pétrole et le cours du gaz ? »

Quelles sont les perspectives d’inflation dans les économies développées?

@Pexels

Par Daniel Morris, Stratégiste Senior, et Dominick DeAlto, Responsable de la gestion obligataire mondiale chez BNP Paribas AM.

Ces dernières semaines, les politiques monétaires et budgétaires sans précédent mises en place par les banques centrales et les gouvernements ont permis aux marchés obligataires développés de retrouver un certain équilibre. La déflation, et non l’inflation, constitue le principal risque à court terme. A plus long terme, il est envisageable que des forces structurelles soient à l’origine de pressions inflationnistes mais, pour cette année, la déflation semble le principal risque. Voici pourquoi : Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelles sont les perspectives d’inflation dans les économies développées? »

Quelles perspectives pour les actions des marchés émergents ?

@Pexels

Par James Donald, Head of Emerging Markets, Lazard Asset Management

Pour l’avenir, les marchés émergents sont confrontés à plusieurs risques clés, dont chacun pourrait entraîner une volatilité encore plus grande dans la classe d’actifs.

– Les investisseurs pourraient s’enfuir, inversant les 310 milliards de dollars d’entrées dont bénéficiait cette classe d’actifs en 2018.

– Les chaînes d’approvisionnement mondiales pourraient s’effondrer, entraînant une incertitude commerciale continue et plus étendue que celle causée par la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

– Le choc pétrolier pourrait se poursuivre pendant une période prolongée. Cela exercerait une lourde pression fiscale sur les exportateurs de matières premières.

– Une forte dépréciation de la monnaie pourrait commencer à peser sur les pays ayant une dette importante libellée en dollars américains.

– Le virus pourrait s’avérer difficile à contrôler et mettre à rude épreuve les systèmes de santé de certains ou de tous les pays des marchés émergents. Cela pourrait avoir des conséquences politiques pour les gouvernements en place. Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelles perspectives pour les actions des marchés émergents ? »

Investissement durable : Belle résistance dans des marchés volatils

@Pexels

Par BNP Paribas AM

L’investissement durable permet avant tout d’accroître la résistance à long terme des portefeuilles. Cette crise sanitaire nous montre à quel point cette résistance est cruciale pour les investisseurs. L’extrême volatilité des marchés au cours des dernières semaines a révélé la fragilité des systèmes de santé, des économies et des marchés d’actifs. La mondialisation, les changements technologiques et la recherche de compétitivité ont contribué à la mise en place d’une économie mondiale qui paraissait efficace mais qui s’est révélée démunie face à des chocs déstabilisateurs. Continuer la lecture sur Moneystore de « Investissement durable : Belle résistance dans des marchés volatils »

Hit-Parade des fonds : Les Latinos à la traîne

@Pexels

Selon les données fournies par Quantalys, on constate que les pays émergents d’Amérique Latine ont particulièrement souffert en ce début d’année. Ces pays andins ne représentent cependant que 8% des indices actions mondiaux. C’est sans doute pour cela qu’ils font rarement la Une des chroniques financières. « Ces pays sont surtout présents sur le marché de la dette. On surveille donc essentiellement leur possible taux de défaut. Cependant, nous ne voyons pas, pour le moment de défaut majeur à prévoir dans ces pays », précise Frédéric Rollin, Stratégiste chez Pictet Asset Management France. Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-Parade des fonds : Les Latinos à la traîne »

Hit-Parade des Fonds : Les matières premières infectées

@Pexels

Selon les données fournies par Quantalys, les fonds investis en matières premières ont connu une très forte baisse depuis le début de l’année. La part du pétrole dans cette classe d’actifs n’est pas négligeable. Analyse avec Nadège Dufossé, Responsable de l’allocation d’actifs chez Candriam.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-Parade des Fonds : Les matières premières infectées »