obligations – MoneyStore

Est-ce le bon moment pour acheter des obligations ?

Par Jim Leaviss, CIO Taux chez M&G Investments

Dans un contexte de hausse de l’inflation et des taux, certaines classes d’actifs obligataires peuvent devenir plus intéressantes.

 

Depuis le début de l’année 2022, l’ensemble des classes d’actifs obligataires a connu une forte réévaluation de leurs valorisations, initialement provoquée par les inquiétudes liées à la hausse de l’inflation, et plus récemment par les inquiétudes liées à la croissance mondiale. Malgré le maintien de la volatilité à court terme, la forte baisse des marchés a toutefois créé des opportunités sur les marchés de taux, avec des spreads de crédit plus larges qui offrent un amortisseur contre toute nouvelle hausse des taux d’intérêt.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Est-ce le bon moment pour acheter des obligations ? »

Hit-Parade des Fonds : Obligations américaines, le miroir aux alouettes ?

Selon les données fournies par Quantalys au 30 avril, on constate que ce sont les obligations américaines qui ont le mieux performé en avril de cette année. Comment explique-t-on cette performance assez inattendue ? Les performances publiées le sont en euros. On assiste donc ici, essentiellement, à un effet devises.

En effet, le dollar s’est fortement redressé par rapport à l’euro. « En réalité, les investisseurs qui auraient simplement été investis en dollars auraient encore mieux performé. C’est une excellente année pour le dollar américain. Ce ne sont donc pas les obligations qui performent bien mais la devise sous-jacente », explique Alex Goldwasser, Administrateur chez Goldwasser Exchange (société de bourse). Cette bonne performance des obligations en avril serait donc un miroir aux alouettes.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-Parade des Fonds : Obligations américaines, le miroir aux alouettes ? »

Plus que jamais, Prométhée est Européen

Par Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA

La dislocation se poursuit. Tout comme la guerre s’enlise en Ukraine, l’antagonisme entre les actifs financiers s’enracine et disperse les clefs de lecture. Des entrailles fumantes des marchés éprouvés par ce premier trimestre apocalyptique, nul oracle ou shaman ne peut encore lire l’avenir. Aucun auspice ne concorde encore véritablement à prophétiser le crépuscule de notre cycle.

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Plus que jamais, Prométhée est Européen »

La titrisation : quels avantages aujourd’hui ?

Par BNPP AM

 

 

Tous les changements anticipés pour 2022 semblent se bousculer depuis le début de l’année : tournant moins accommodant des politiques monétaires partout dans le monde, remontée généralisée des rendements obligataires, doutes sur le caractère temporaire de l’inflation. Après des années de liquidités abondantes et de taux très bas, l’hypothèse d’un changement de régime est jugée de plus en plus probable par de plus en plus d’investisseurs.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La titrisation : quels avantages aujourd’hui ? »

L’inflation en 9 questions

Par Deutsche Banque Belgique

L’inflation est utile : en l’absence d’inflation, les consommateurs ne seraient pas incités à dépenser leur argent. En règle générale, la performance des obligations est médiocre lorsque l’inflation est élevée. Il est impossible de généraliser l’impact de l’inflation sur les actions : une inflation modérée est en général positive pour les actions, à l’inverse d’une augmentation des prix rapide et prononcée.

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « L’inflation en 9 questions »

Quel bilan pour l’année 2021 ?

Par AXA IM

La pandémie de la COVID-19 est restée un sujet dominant en 2021. Les campagnes de vaccination ont permis de sortir du « stop-and-go » des confinements au 2ème trimestre, malgré l’apparition du variant Delta, et d’autoriser une reprise plus large de l’activité économique. Toutefois, la pandémie ressurgissait à l’automne et le risque s’accentuait fin novembre avec l’émergence du variant Omicron, doté d’une capacité de transmission bien plus élevée. En fin d’année, nombre de pays avaient mis en place des restrictions pour contrer cette nouvelle flambée du virus, sans atteindre globalement tout de même le niveau de contrainte des premières vagues.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quel bilan pour l’année 2021 ? »

Perspectives 2022 : Pas de remèdes rapides

Par Wim D’Haese Head Investment Strategist & David Ghezal Investment Strategist chez Deutsche Bank Belgique

 

 

La croissance économique devrait rester forte en 2022 malgré les inquiétudes persistantes concernant le coronavirus, l’inflation et le resserrement monétaire prudent des banques centrales. Les réponses politiques à l’inflation et aux autres conséquences à long terme de la pandémie pour l’économie et les marchés signifient que les investisseurs devront s’adapter à un environnement économique et d’investissement changeant.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Perspectives 2022 : Pas de remèdes rapides »

2022 : « Annus horribilis » pour les épargnants !

Par Vincent Juvyns, Stratégiste chez JP Morgan AM

A l’heure de s’interroger sur les perspectives économiques et financières pour 2022, une chose semble certaine c’est que le calvaire des épargnants devrait perdurer. 2022 pourrait même être un véritable « annus horribilis » pour ces derniers.

 

En effet, en 2022, cela fera 10 ans que, pour lutter contre la déflation, la BCE a abaissé son taux de dépôt à 0 % (et 8 ans que celui-ci est négatif) obligeant les banques commerciales de la zone euro à refléter cette réalité dans la rémunération des dépôts de leurs clients.

Continuer la lecture sur Moneystore de « 2022 : « Annus horribilis » pour les épargnants ! »