L’heure du slow a-t-elle sonné en bourse ?

@pexels

Par Deutsche Banque Belgique

Sur les trois premiers trimestres de 2021, les bourses européennes et américaines ont engrangé des gains remarquables de près de 20% des deux côtés de l’Atlantique. À l’inverse, les pays émergents ont déçu en n’enregistrant qu’une progression modeste depuis le début de l’année, mais avec des différences notables, entre par exemple l’Inde (+25%) et la Chine (-10%).

 

Et en comparaison avec le plancher de mars 2020 ? Les progressions boursières sont encore plus éloquentes aux USA et en Europe, mais aussi dans les marchés émergents :

– S&P 500 : +100%
– DJ Euro Stoxx 50 : +80%
– MSCI Emerging Markets : +70%

Continuer la lecture sur Moneystore de « L’heure du slow a-t-elle sonné en bourse ? »

Répression financière : quelles conséquences pour les investisseurs ?

@Pexels

Par Wim D’Haese, Head Investment Strategist et David Ghezal, Investment Strategist chez Deutsche Banque Belgique

 

 

En résumé :

Malgré la reprise économique qui s’annonce, les taux d’intérêt resteront bas pendant longtemps encore.

 

Si cette répression financière contribue à la stabilité économique, le remboursement des dettes devient plus supportable. Elle contraint aussi les investisseurs à prendre davantage de risques pour obtenir du rendement.

 

La répression financière requiert également une modification de la structure du portefeuille d’investissement.

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Répression financière : quelles conséquences pour les investisseurs ? »

Conserver un biais en faveur du style value

@Pexels

Par Vincent Juvyns, Global Market Strategist, J.P. Morgan Asset Management

La question clé pour les investisseurs en actions est de savoir de quelle façon une inflation et des rendements obligataires modérément plus élevés affecteront les bénéfices et les valorisations des entreprises.

 

Compte tenu de l’épargne accumulée par les consommateurs et des intentions d’investissement élevées, la croissance des ventes sera probablement marquée. Lorsque les ventes sont élevées, les bénéfices ont tendance à augmenter, même si les coûts des intrants sont en hausse.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Conserver un biais en faveur du style value »

Place à l’Europe dans les portefeuilles ?

@Pexels

Par Deutsche Bank Belgique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En résumé :

 

  • Depuis quelques mois, presque toutes les bourses grimpent vers les sommets.
  • Les investisseurs ont néanmoins tout intérêt à garder les mains sur le guidon, et à envisager si nécessaire de prendre un chemin de traverse.
  • Les actions européennes profitent de leur profil cyclique. Elles bénéficient aussi traditionnellement d’une décote qui est actuellement relativement élevée.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Place à l’Europe dans les portefeuilles ? »

Hit-parade des fonds : Les obligations souffrent de la reprise économique

@Pexels

Selon les chiffres fournis par Quantalys, les fonds investis en obligations ont connu un très mauvais début d’année. En effet, selon Ethenea, l’univers des obligations à rendement négatif a atteint près de 17.000 milliards de dollars l’année dernière. « Les rendements totaux des obligations d’entreprise high yield et high grade ont été très disparates cette année. Le facteur déterminant a été la duration, médiocre, qui pèse bien plus sur les titres high grade à plus longue échéance que sur leurs homologues à duration plus brève. Mais cet écart s’explique aussi par diverses tendances sous-jacentes en matière de risques », explique Maya Bhandari Gérante de portefeuilles multi-actifs Chez Columbia Threadneedle.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-parade des fonds : Les obligations souffrent de la reprise économique »