Une devise faible : un gage de bonne santé

@Pexels

Par Kurt von Storch, Flossbach von Storch Invest 

Penchons-nous sur la principale préoccupation boursière de ces dernières semaines : l’euro. La monnaie commune a franchi il y a peu la barre des 1,20 dollar US pour la première fois depuis bien longtemps. Une monnaie forte est généralement synonyme d’une économie vigoureuse et robuste. En d’autres termes, on pourrait dire qu’il s’agit d’un label de qualité. Et nous n’en étions pas peu fiers dans le passé. Prenons le Deutsche Mark. Il nous a accompagnés pendant une bonne cinquantaine d’années. C’était un pilier de notre prospérité. Le Mark était un symbole de stabilité et de fiabilité.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Une devise faible : un gage de bonne santé »

La récente remontée des bourses est basée une fois de plus sur des fondements fragiles

par défaut 2014-09-24 à 18.21.04Par Guy Wagner, Chief Investment officer de la Banque de Luxembourg

Dans la mesure où il devient de plus en plus évident que la politique monétaire expansive des banques centrales ne conduit pas à une relance durable de l’activité économique, la récente remontée des bourses est basée une fois de plus sur des fondements fragiles.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La récente remontée des bourses est basée une fois de plus sur des fondements fragiles »

Le soutien des banques centrales, une dépendance pour les marchés

Euro_ECBPar NN Investment Partners

Les marchés ont été de plus en plus volatils durant l’année écoulée et semblent être davantage influencés par le sentiment des investisseurs que par les fondamentaux économiques. Au cours de ces dernières années, les marchés ont développé une dépendance vis-à-vis du soutien des banques centrales et leurs réactions aux modifications de la politique monétaire sont devenues imprévisibles et souvent spectaculaires.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le soutien des banques centrales, une dépendance pour les marchés »

Un fantôme parcourt le monde, c’est le fantôme de la déflation

DSCN1600Par Dieter Hein, Banque de Luxembourg

Aujourd’hui, quand on ouvre un journal financier et qu’on lit des articles traitant de l’évolution générale de l’économie, on est sans cesse confronté à la notion de « déflation » ce terme étant associé à d’autres : «peur», «souci» ou «risque». Ces associations sont d’autant plus inquiétantes que Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, évoque inlassablement un risque de déflation qui doit être conjuré.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Un fantôme parcourt le monde, c’est le fantôme de la déflation »

Flash actu : Cessons de jouer à nous faire peur !

source Pixels-SONY DSC
source Pixels-SONY DSC

Lors des cours de finances organisés pour les femmes dans le cadre de la MoneyStore Academy, une question revient régulièrement : doit-on craindre une nouvelle crise financière ? Il est vrai que certains propos tenus dans la presse ont de quoi susciter l’inquiétude. Mais doit-on vraiment accorder un intérêt et une importance à ce genre de discours ? Pour être reconnu dans le monde économique, faut-il nécessairement être alarmiste ? Nous ne le pensons pas. Par contre, il faut continuellement s’informer sur la situation politique et économique. Penchons-nous sur une enquête récemment réalisée par l’agence Reuters auprès d’économistes qui révèle un certain optimisme.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Flash actu : Cessons de jouer à nous faire peur ! »

Une augmentation de la volatilité des actions est probable

par défaut 2014-09-24 à 18.21.04Par Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg

L’économie mondiale continue à bénéficier de la faiblesse des prix pétroliers pour maintenir un rythme de croissance relativement stable. Au niveau géographique, les statistiques conjoncturelles européennes ont surpris agréablement au cours des dernières semaines, aidées par le recul de la monnaie commune.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Une augmentation de la volatilité des actions est probable »