Mise en garde par la FSMA contre certaines activités

Nous pensons utile de publier une mise en garde de la FSMA concernant les agissements de certaines sociétés sur le terriotire belge. Voici le texte intégral d’une mise en garde de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) contre les activités de Questra Holdings, Questra World et Atlantic Global Asset Management, des sociétés qui proposent en Belgique des offres d’investissement.

« En dépit de ses précédentes mises en garde, la FSMA continue de recevoir des questions de consommateurs au sujet de Questra Holdings, Questra World et Atlantic Global Asset Management, indiquant que ces sociétés sont toujours actives en Belgique.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Mise en garde par la FSMA contre certaines activités »

Le capitalisme nous rendrait-il fou ?

IMG_2022Vincent de Gaulejac, Professeur émérite à l’Université Paris 7, était récemment l’invité de la Société Royale d’Economie Politique de Belgique. Les propos de ce sociologue mettent en lumière les contradictions, les paradoxes dont fait preuve le capitalisme. Aujourd’hui, il semblerait que les paradigmes aient profondément changé : ce n’est plus l’économie qui est au service des hommes mais ce sont les hommes qui doivent être au service de l’économie et de la compétitivité.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le capitalisme nous rendrait-il fou ? »

Le marché est-il devenu trop dangereux pour les investisseurs privés ? (1)

Par Pierre Nothomb, Deminor

Nous présentons ici une chronique en plusieurs volets de Pierre Nothomb, Deminor.

Qui garantira l’intérêt général quand les Etats seront devenus plus faibles que les opérateurs ? Si la crise financière nous a appris quelque chose, c’est que les états souverains ont perdu une partie du pouvoir qui leur permettait de réguler les marchés. Leur endettement d’une part, mais aussi la sophistication des marchés financiers globalisés d’autre part, les placent maintenant sous le joug des agences de notation, celles-là même qui ont largement contribué à créer cette crise.

Cette faiblesse des états est évidemment une mauvaise nouvelle, dans la mesure où ils étaient les derniers à incarner la notion d’intérêt général. Leur faiblesse momentanée donne plus de marge de manœuvre aux opérateurs financiers, leur permettant de maximiser leur intérêt personnel, parfois en perdant de vue l’intérêt de l’ensemble du marché et de la société.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le marché est-il devenu trop dangereux pour les investisseurs privés ? (1) »