Perspectives des marchés obligataires : en quête d’inflation

@Pexels

Par Dominick DeAlto, Chief Investment Officer, Fixed Income chez BNP Paribas AM

En bref : Les évolutions les plus significatives de la politique monétaire en 2020 ont peu de chance de se matérialiser sous la forme de changements de taux directeurs. Au lieu de cela, de nombreux banquiers centraux vont se pencher sur les outils dont ils disposent – ou qu’ils doivent concevoir – pour gérer des économies endettées, une croissance modérée et une inflation insaisissable. 

Les Etats-Unis reprennent le rôle de moteur de l’économie mondiale

Par Guy Wagner, chief investment officer de BLI – Banque de Luxembourg Investments

Après une année de croissance synchronisée, les Etats-Unis sont en train de reprendre le rôle de moteur de l’économie mondiale. Grâce à la réforme fiscale, les investissements des entreprises et la consommation des ménages accélèrent, engendrant une progression annuelle du PIB au deuxième trimestre qui devrait dépasser le niveau de 3% pour la première fois depuis trois ans. L’inflation se situe dorénavant dans le haut de sa fourchette des dernières années. En mai, le taux d’inflation global a augmenté à 2,8%. Le déflateur des dépenses de consommation hors énergie et alimentation, qui constitue l’indicateur préféré de la Réserve fédérale, est passé à 2%, touchant pour la première fois depuis début 2012 le niveau cible des autorités monétaires.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les Etats-Unis reprennent le rôle de moteur de l’économie mondiale »

Au Mondial des économies, qui sont les favoris ?

Par Deutsche Bank Belgium

La Coupe du monde de foot en Russie, du 14 juin au 15 juillet, est l’occasion de se pencher sur les pays représentés dans cette compétition sous l’angle économique. Les rapports de force y sont parfois bien différents de ceux que l’on observe sur les terrains de football…

En bref :

    • Dans les mois et les années qui viennent, la compétition s’annonce féroce entre les différentes économies nationales de la planète.
    • La montée du protectionnisme, la fin prévisible du cycle économique et la réduction progressive des politiques monétaires généreuses constituent autant de défis pour les pays dont les équipes de football vont s’affronter à la Coupe du monde.
    • Voici de quoi dresser quelques pronostics sur le terrain économique pour les pays engagés – ou pas – dans la compétition footballistique.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Au Mondial des économies, qui sont les favoris ? »

Pourquoi les valeurs défensives sous-performent ?

Par Guy Wagner, chief investment officer de BLI – Banque de Luxembourg Investments

En février, la volatilité qui avait été exceptionnellement faible durant toute l’année 2017, a marqué son retour sur les marchés financiers. Du plus haut atteint le 26 janvier jusqu’au plus bas le 8 février, l’indice phare des actions américaines S&P 500 a reculé de 10%. Sur l’ensemble du mois de février, le S&P 500 aux Etats-Unis, le Stoxx 600 en Europe, le Topix au Japon et le MSCI Emerging Markets (en USD) ont reculé. La baisse des actions a été déclenchée par une augmentation des salaires aux Etats-Unis supérieure aux attentes, laissant craindre une remontée de l’inflation et donc des taux d’intérêt.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi les valeurs défensives sous-performent ? »

A quoi faut-il s’attendre pour le marché japonais en 2018 ?

@Pexels

Par Naruki Nakamura, Head of Fixed Income Japan chez BNP Paribas AM

Le 9 janvier, la Banque du Japon (BoJ) a réduit le montant de ses achats d’obligations, ce qui a conduit certains observateurs à imaginer que ce mouvement pouvait être rattaché à l’abandon par les banques centrales du G3 de leur politique monétaire non conventionnelle. En outre, étant donné les ventes massives d’obligations américaines durant la deuxième semaine de janvier, des spécialistes parlent même plus généralement d’une « nouvelle ère pour les marchés obligataires ». Vu le contrôle qu’ont les banques centrales sur les marchés obligataires via le rachat d’actifs, il est capital de comprendre ce qui a motivé les dernières actions de la BoJ. Depuis quelque temps, certains économistes se demandent si la Banque du Japon n’aurait pas amorcé un changement de cap.

Continuer la lecture sur Moneystore de « A quoi faut-il s’attendre pour le marché japonais en 2018 ? »

Perspectives 2018 : Quelle croissance et quelle inflation ?

@Pexels

Par Keith Wade, économiste en chef chez Schroders

L’économie mondiale enregistre son rythme de croissance le plus rapide depuis 2011 et cette reprise est de plus en plus synchrone à l’échelle mondiale. C’est une raison suffisante pour revoir à la hausse les prévisions de la croissance mondiale de 2018 à 3,2%. Après ce pic, la croissance redescendra à 3 % en 2019. 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Perspectives 2018 : Quelle croissance et quelle inflation ? »