gaz – MoneyStore

Le gaz : une épée de Damoclès pour l’économie

Par le Dr Volker Schmidt, gestionnaire de portefeuille senior chez Ethenea Independent Investors S.A.

 

La menace de pénurie de gaz plane actuellement comme une épée de Damoclès au-dessus de tous les pronostics économiques. Analysons l’impact de la réduction du gaz sur l’économie, l’évolution de l’inflation et des taux d’intérêt et la menace d’une récession.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le gaz : une épée de Damoclès pour l’économie »

Prédestination et oracle des marchés

Par Thomas Planell, Analyste-Gérant chez DNCA

Le voyage dans le temps a toujours fasciné. Il commence chez Sophocle. Œdipe rencontre l’Oracle de Delphes qui lui prédit l’avenir. Ayant vu le futur, c’est en tentant de le changer qu’Œdipe réalise son funeste destin : inceste et parricide. La notion de boucle temporelle ou prédestination apparaît : le futur détermine le passé, l’homme, quoi qu’il fasse ne parvient à y échapper. Heureusement, selon Stephen Hawking, « le fait qu’aucun touriste du futur ne soit venu nous visiter nous prouve que le voyage dans le temps n’existe pas ». Nous sommes donc libres… Mais cela ne signifie pas pour autant que le futur n’est pas sans effet sur le présent…

Continuer la lecture sur Moneystore de « Prédestination et oracle des marchés »

Guerre en Ukraine : vers un accroissement des efforts pour atteindre la neutralité carbone ?

Par Chris Iggo, CIO Core Investments d’AXA IM

Publié seulement quelques mois après la COP26, le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) n’est guère réjouissant. Cet organe des Nations Unies a averti que le monde risque de connaître « plusieurs catastrophes climatiques qui ne pourront être évitées lors des 20 prochaines années », et ce, même si le réchauffement climatique reste limité à 1,5 °C.1

Continuer la lecture sur Moneystore de « Guerre en Ukraine : vers un accroissement des efforts pour atteindre la neutralité carbone ? »

Le 24 février 2022, une date charnière y compris sur les marchés

Par Nathalie Benatia, BNP Paribas AM

Le risque géopolitique a occupé les esprits tout au long du mois de février avant de se matérialiser le jeudi 24 avec l’offensive armée en Ukraine suivie des annonces de sanctions internationales contre la Russie.

 

A la hausse des taux nominaux et réels a succédé un mouvement de fuite vers la sécurité, habituel en phase de tensions internationales. Les cours des matières premières (pétrole, gaz naturel, produits agricoles) se sont orientés à la hausse. Le baril de Brent a gagné 10,7 % en février pour terminer au-dessus de 100 dollars, au plus haut depuis septembre 2014. Compte tenu des pays impliqués, le prix du gaz naturel européen s’est envolé de 16,4 % et celui du blé de 21,9 % pour atteindre son plus niveau depuis l’été 2012, la Russie et l’Ukraine représentant près du quart des exportations mondiales de blé.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le 24 février 2022, une date charnière y compris sur les marchés »

Les énergies renouvelables sont-elles la réponse à la pénurie de gaz en Europe ?

Par Randeep Somel, gérant du fonds M&G (Lux) Climate Solutions Fund

Les prix ont fortement augmenté dans un contexte de réouverture des économies suite aux confinements liés au Covid-19.  Cette augmentation a été particulièrement visible dans les prix des carburants, à savoir le pétrole et le gaz. Elle a contribué à la hausse de l’inflation en Europe. Les gouvernements anticipent la possibilité d’une nouvelle hausse des prix du gaz pendant la période hivernale.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les énergies renouvelables sont-elles la réponse à la pénurie de gaz en Europe ? »

La crise énergétique menacera-t-elle la reprise ?

Par Arthur Jenck et Erik Joly, ABN AMRO Private Banking, Belgique

Les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement se sont encore intensifiés au cours du mois dernier. La flambée des prix de l’énergie rend les consommateurs inquiets au sujet des factures d’énergie à venir à l’approche de l’hiver.

Pour les entreprises, les prix de l’énergie représentent une nouvelle augmentation des coûts en plus des ruptures d’approvisionnement déjà massives. Cela pourrait-il rendre les modèles économiques non rentables et provoquer des arrêts de production généralisés ? Si les entreprises répercutent les hausses de prix sur les consommateurs, cela pourrait-il faire dérailler la reprise post-pandémique ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « La crise énergétique menacera-t-elle la reprise ? »

Quelle évolution pour le prix du pétrole et le cours du gaz ?

@Pexels

Par ABN AMRO Private Banking

L’OPEP + demande à ses membres d’apporter une contribution vitale à la réduction de la production. L’OPEP + (partenaires de l’OPEP + ceux dirigés par la Russie) n’a pas modifié récemment. Le comité de suivi ministériel (JMMC) a indiqué qu’il était satisfait du niveau de production en juillet. Les pays participant à l’accord d’extension de la production ont atteint 95% de l’objectif (réduction de la production de 9,7 millions barils par jour).

Si l’on ajoute à cela la réduction volontaire de la production du Mexique, elle est même de 97%. Cependant, les pays qui n’ont pas accepté les accords en mai, juin et / ou juillet ont dû indiquer avant le 28 août comment ils comptaient compenser leur surproduction. Cet élément tient son importance dans la nécessité de respecter la stabilité du cours promise.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelle évolution pour le prix du pétrole et le cours du gaz ? »