L’ISR une question de demande mais aussi d’offre

@Pexels

Lors de la séance du Cercle Femmes & Finance du 15 janvier dernier, Annika Cayrol Coordinatrice au Réseau Financité est venue présenter le panorama de l’investissement socialement responsable en Belgique.

Après être revenue sur l’historique et la définition de ce type d’investissement, notre oratrice a présenté les différentes façons dont les valeurs peuvent être sélectionnées dans ces fonds. « Il existe différentes méthodologies qui se basent sur diverses approches. Nous avons d’abord, les critères négatifs ou d’exclusion. A titre d’exemples, seront ainsi retirés de l’univers d’investissement les secteurs du tabac, de l’armement, de la pornographie. Les gestionnaires peuvent ensuite appliquer des critères positifs sur base d’une thématique durable ou best-in-class. Certains se préoccupent également d’engagement actionnarial. Il faut aussi réaliser que l’éthique est une notion très personnelle », explique Annika Cayrol. Un autre aspect auquel il convient d’être attentif est de voir si la sélection des valeurs se fait en interne ou par un bureau extérieur.

Continuer la lecture sur Moneystore de « L’ISR une question de demande mais aussi d’offre »

Comment analyser la durabilité d’un produit structuré ?

Derrière la dénomination « produits structurés » se cache un ensemble varié de produits. Nous nous attacherons ici à voir dans quelle mesure les fonds qui offrent une couverture du capital peuvent également offrir une qualité en matière de durabilité et d’ISR.

En général, ces produits sont construits sur une base stable souvent représentée par une obligation zéro coupon qui va permettre la couverture du capital et sur une base variable composée de produits dérivés sur un panier de valeurs qualifiées d’ISR qui permettent de délivrer la performance des sous-jacents.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment analyser la durabilité d’un produit structuré ? »

Pourquoi la finance durable est-elle en recul en Belgique ?

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbHC’est un sombre constat que fait le Réseau Financité dans son rapport annuel pour l’année 2013 : « La part de marché de l’ISR a chuté à 2,4 % fin 2013 (contre 3,1 % en 2012). L’encours des fonds de placement ISR a carrément perdu 2,042 milliards d’euros (-23 %) tandis que l’ensemble des fonds eux connaissent une augmentation de 10,98 milliards d’euros (+6 %). Le nombre de nouveaux fonds ISR commercialisés est inférieur au nombre de fonds sortants. Ainsi, au 31/12/2013, 12,3 milliards d’euros sont investis en ISR (diminution de 12 % par rapport à 2012) ».

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi la finance durable est-elle en recul en Belgique ? »