Chine : Stop ou encore ?

@Pexels

Par Jan Viebig, CIO Private Wealth Management et Laurent Denize, CIO Asset Management ODDO BHF AM

 

 

 

Après un excellent début d’année, portées par les anticipations de normalisation de la croissance mondiale, les actions chinoises (Shanghai Shenzhen CSI 300) sous-performent depuis mars. Essayons d’en comprendre les raisons et d’estimer s’il est maintenant opportun de se repositionner à l’achat.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Chine : Stop ou encore ? »

Pourquoi l’Asie va passer le relais de la croissance à d’autres pays émergents ?

@Pexels

Par Schroders

Cette année, les marchés émergents asiatiques ont pris un bon départ. On s’attend à un retournement. Trois raisons font penser que d’autres marchés émergents vont prendre le relais. Les perspectives pour les marchés émergents sont optimistes. En 2021, la croissance moyenne de ces marchés atteint 7 %. Mais une rotation pourrait s’opérer. À court terme, la Chine et les économies tournées vers l’exportation mènent la danse, grâce à une demande solide de biens de production. Mais cette reprise cyclique va ralentir dans le courant de l’année.

 

Le relais sera pris par d’autres pays émergents au fur et à mesure que les stocks se rempliront et que l’économie mondiale se redressera, ce qui fera glisser la demande des biens de production vers les services. Cela peut entraîner un retournement de la surperformance récente des marchés émergents asiatiques. En voici trois raisons :

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi l’Asie va passer le relais de la croissance à d’autres pays émergents ? »

Reprise économique chinoise après la crise Covid-19

@Pexels

Par ABN AMRO Private banking Belgique

La deuxième économie mondiale est déjà revenue à une croissance annuelle de près de 5% au troisième trimestre (+ 4,9% en glissement annuel (GA), contre + 5,5% attendu et + 3,2% au T2). La Chine s’est donc bien relevée d’une contraction historique de son économie au premier trimestre (-6,8% en glissement annuel), l’épidémie étant bien sûr la cause principale. La croissance trimestrielle au T3 s’établit à 2,7% t / t (consensus: + 3,3%, après une poussée au T2: + 11,5%). La croissance un peu plus faible que prévu reflète la latence dans la reprise économique de certains secteurs de services (tels que les transports) particulièrement touchés par le virus. Dans l’ensemble, maintenant que les chiffres du troisième trimestre sont disponibles, la prévision de croissance annuelle 2020 a été légèrement révisée, de 2% à 1,8%. La prévision de croissance annuelle a été maintenue pour 2021 à 8%.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Reprise économique chinoise après la crise Covid-19 »

Flash Actu : Les Britanniques claquent la porte, que faire en portefeuille ?

Ce qui relevait encore de l’inconcevable il y a un an est devenu réalité aujourd’hui : le Royaume-Uni quitte l’Europe. Le processus de sortie est enclenché. Cette sortie de l’Union Européenne aura-t-elle des conséquences dans les portefeuilles ? Dans ce genre de processus il n’y aura pas de gagnants-gagnants mais plutôt des perdants-perdants. Les négociations seront principalement menées par les poids lourds européens que sont la France et l’Allemagne.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Flash Actu : Les Britanniques claquent la porte, que faire en portefeuille ? »

Pourquoi Trump se trompe-t-il ? L’économie n’est pas un gâteau mais un carrefour

img_0323Par Micael Castanheira, Economiste, Maître de Recherche FNRS à l’ULB (SBS-EM)

Contre toute attente, mais rencontrant une certaine logique, Donald Trump a remporté l’élection présidentielle américaine. S’il met en place les idées sur lesquelles il a bâti son élection, nous risquons un fort ralentissement économique, une perte de pouvoir d’achat pour les classes moyennes, et potentiellement plus encore de tensions internationales.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi Trump se trompe-t-il ? L’économie n’est pas un gâteau mais un carrefour »

Brexit et taux d’intérêts négatifs : Quel impact sur l’économie japonaise ?

startup-photos-mediumPar Seung Kwak, portfolio manager Capital Group

Les taux d’intérêt japonais sont entrés en territoire négatif. Pourtant, le yen s’est fortement apprécié. Comment cela affectera-t-il les exportateurs japonais ?

La politique des taux d’intérêt négatifs de la banque centrale du Japon est très controversée, même dans l’Archipel. En effet, si le yen s’est renchéri, il n’y a pas eu d’impact positif sur les dépenses des entreprises ni d’accélération visible de la croissance des prêts, malgré des taux historiquement bas, voire négatifs. Continuer la lecture sur Moneystore de « Brexit et taux d’intérêts négatifs : Quel impact sur l’économie japonaise ? »