Qu’est-ce que les obligations de transition ?

@Pexels

Pour rappel, une obligation est un titre de créance qui représente une partie d’une dette à long terme d’une entreprise, d’un Etat, d’un établissement de crédit (le bon de caisse) ou d’un organisme privé ou public. En rétribution de ce titre obligataire, son détenteur perçoit un intérêt calculé à un taux défini au départ. Parfois, ce taux est variable. Le remboursement s’effectue à une échéance fixée lors de l’émission. Il existe plusieurs types d’obligations. Qu’entend-on par obligations de transition ou « transition bonds » ? Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que les obligations de transition ? »

Environnement et climat : Quelles solutions économiques ?

@Pexels

Aujourd’hui, plus personne n’ignore l’urgence climatique et environnementale à laquelle nous sommes confrontés. Les économistes sont, jusqu’à présent, restés trop silencieux sur le sujet de ces enjeux. Pour cette septième édition annuelle, les économistes de l’Economic Prospective Club ont souhaité apporter leur contribution dans ce débat. En effet, des solutions économiques peuvent être émises dans ce domaine. Réunis lors d’un week-end de réflexion, ils se sont penchés sur les défis climatiques et environnementaux. Les six économistes en présence ont alors proposé, dans leur domaine d’expertise, des pistes de réflexion et des recommandations concernant ces enjeux. Un compte-rendu complet reprend l’ensemble de ces réflexions et est disponible sur MoneyStore.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Environnement et climat : Quelles solutions économiques ? »

L’investissement socialement  responsable : Pour y voir plus clair

@Pexels

Par Etienne de Callataÿ, Chargé de cours invité à l’UNamur et à l’UCL, Co-fondateur d’Orcadia AM  

Il n’y a plus moyen d’ouvrir la radio sans entendre l’investissement responsable être vanté dans telle ou telle publicité financière. Mais qu’est-ce que l’investissement responsable ou socialement responsable (ISR) ? La question, malgré sa naïveté apparente, doit être posée … car il existe de multiples manières d’y répondre, sachant qu’il n’y a pas une norme internationale, ni officielle ni même informelle, pour décréter ce qui est responsable et ce qui ne l’est pas. Continuer la lecture sur Moneystore de « L’investissement socialement  responsable : Pour y voir plus clair »

Les investissements verts : mode d’emploi

@Pexels

Par Deutsche Bank Belgique

Les investissements « verts » sont bons pour la planète, mais pas seulement. Ils offrent également un potentiel de rendement dans un portefeuille. Quelles options s’offrent aux investisseurs  particuliers ?
En résumé :

    • Les obligations vertes permettent d’investir dans des projets durables.
    • Le financement des projets verts peut également se faire par l’intermédiaire de fonds d’investissement ou de produits structurés.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les investissements verts : mode d’emploi »

Comment mesurer l’empreinte carbone de son portefeuille ?

 

@Pexels
  • De quoi parle-ton ?

Les entreprises produisent plus ou moins de CO2. Elles ont donc ce que l’on appelle une « empreinte carbone ». Notre portefeuille contient donc des entreprises qui sont plus ou moins polluantes. On peut effectuer cette mesure pour ses investissements et plus largement pour son portefeuille.

Pourquoi l’investisseur belge n’est-il pas encore très durable?

@pexels

NN Investment Partners a mené une enquête sur 2.167 personnes actives pour analyser leur sensibilité à la durabilité. On entend par durabilité tous les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance qui favorisent un mode de vie durable et responsable. Cette notion englobe donc un ensemble de critères qui vont de la protection de l’environnement, au respect des droits sociaux en passant par l’instauration d’une bonne gouvernance. Alors que 80% des personnes interrogées se disent concernées par ces aspects, la moitié d’entre elles estiment qu’adapter son mode de vie à ces critères durables a un coût.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi l’investisseur belge n’est-il pas encore très durable? »