Stratégie d’entreprise : l’approche féminine est-elle différente ?

argument-boxing-conflict-343-525x350-1Par la Banque Degroof

On l’oublie parfois, mais l’entrepreneuriat au féminin est une réalité : il n’y a pas que des hommes qui lancent leur start-up. Le Réseau Entreprendre (France) s’est penché sur la question de l’entrepreneuriat au féminin en confiant une étude à Séverine Le Loarne, professeur, chercheur à l’école de Management de Grenoble, sur le thème « Hommes / femmes, vos stratégies de développement d’entreprise ». « « Nous avons souhaité réaliser cette étude auprès de 849 chefs d’entreprise de notre réseau pour comprendre comment la personnalité et l’environnement du dirigeant – homme ou femme / junior ou senior – influaient sur les stratégies de développement de leur entreprise », explique David Pouyanne, Président de Réseau Entreprendre.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Stratégie d’entreprise : l’approche féminine est-elle différente ? »

Rencontre : Oser parler d’argent !

La Rencontre de MoneyStore qui se déroulait le 29 avril dernier dans les locaux de la Banque ING Place Royale à Bruxelles, a abordé le délicat sujet de la communication au sein des familles en matière de transmission des biens et du patrimoine. A cette occasion, Marie Helsmoortel, Head of Private Banking chez ING à Bruxelles, a souligné que chaque culture avait un rapport très spécifique à l’argent.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Rencontre : Oser parler d’argent ! »

Les femmes dans les entreprises familiales : une diversité non négligeable !

Qu’elles soient chefs d’entreprise ou filles, mères, conjointes d’un chef d’une entreprise familiale, les femmes jouent un rôle important dans la naissance, la vie et la transmission d’une entreprise de ce type.

C’est souvent lors de la transmission d’une entreprise familiale que surgissent des émotions ou des non-dits sous-jacents à la famille. « Il existe des entreprises familiales de 15 à 4.200 personnes qui sont gérées par un père qui considère encore que c’est le fils ou d’abord les fils qui devront reprendre la société. Ce n’est pas toujours dit clairement mais on le sent dans leur manière d’être. C’est un non-dit véhiculé malgré lui, une sorte d’évidence non sujette à discussion. Le père ne met pas en place un lieu, un moment pour discuter de sa succession. Ce genre de comportement m’effraye » regrette Valérie Denis, Directrice-Adjointe à ICHEC-PME. Continuer la lecture sur Moneystore de « Les femmes dans les entreprises familiales : une diversité non négligeable ! »