Faut-il avoir peur des taux d’intérêt au plancher ?

@Pexels

En quoi des taux d’intérêt très bas, nuls voire même négatifs en termes réels représentent-ils un danger ? Une telle situation présente-t-elle aussi des opportunités ? La situation est plus nuancée qu’il n’y paraît.

Des aspects positifs

« Les taux d’intérêts faibles sont une opportunité pour les Etats qui peuvent ainsi se financer à des coûts moindres. Les Etats empruntent à des conditions avantageuses, ce qui provoque une diminution du coût de leur dette. Cependant, cet avantage doit être corrigé par l’impact de la hausse de l’endettement public ces dernières années. On a ainsi vu une forte augmentation de la dette américaine, par exemple. Il faut donc regarder le gain net que procure la baisse des taux. Le poids de la charge de la dette publique sur les budgets des Etats n’a pas nécessairement baissé», note Bernard Keppenne, Chief economist chez CBC Banque et Assurance.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Faut-il avoir peur des taux d’intérêt au plancher ? »

La Revue : La Chine séduit toujours

par défaut 2014-04-07 à 12.17.17La Chine a connu pendant plusieurs années une croissance économique à deux chiffres qui a fait le bonheur des investisseurs. Aujourd’hui, ces taux de progression varient entre 7 et 7,5% sur base annuelle. Ces taux de croissance restent encore très honorables au vu de la croissance dans les pays développés et plus spécifiquement dans les pays européens. Les autorités chinoises ont, par ailleurs, pris des mesures de stimulation budgétaire en vue de stabiliser la croissance conjoncturelle.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La Revue : La Chine séduit toujours »

Nous n’avons pas le droit d’être pessimistes !

GetAttachment.aspxPar Charles Nollet, Head of Markets and Investment Solutions Crédit Agricole Private Banking

La légère embellie conjoncturelle ne peut faire oublier l’ampleur des défis qui nous attendent, notamment eu égard à la difficulté de réduire le fameux ratio dette / PIB, alors que  les mesures « non conventionnelles» des banques centrales sont au mieux jugées comme une stratégie visant à gagner du temps, au pire comme un risque majeur pris sur la stabilité future de notre éco système. De la Grèce à l’Espagne, de l’Italie à la Belgique, l’endettement public n’a cessé d’augmenter malgré les efforts demandés à la population et nonobstant des taux d’intérêt très bas qui ont le mérite de limiter les paiements d’intérêt sur cette dette.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Nous n’avons pas le droit d’être pessimistes ! »

Deuxième Rencontre de MoneyStore.be : La crise et les actions n’ont pas dit leur dernier mot !

Belle prestation, hier soir, de nos deux orateurs Serge Wibaut, Professeur à l’UCL et Thierry Masset, Head of Portfolio Management chez ING lors de la deuxième Rencontre de MoneyStore. Leur exposé clair et structuré a conquis un auditoire rassemblé dans les somptueux locaux de la Banque ING à l’hôtel Coudenberg, Place Royale à Bruxelles.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Deuxième Rencontre de MoneyStore.be : La crise et les Actions n’ont pas dit leur dernier mot ! »

Le Belge aime l’épargne… aussi pour ses enfants !

Le Belge est une vraie fourmi, un champion en matière d’épargne. Le taux d’épargne des ménages belges a atteint son plus haut niveau depuis le début de l’année 2010 avec un taux de 17,2% brut. Alors que leur revenu disponible augmentait de 2% au cours du troisième trimestre 2011, les Belges ont réduit leurs dépenses d’investissement de 0,8% sur la même période.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le Belge aime l’épargne… aussi pour ses enfants ! »