Regards croisés sur l’économie et les marchés. Juin 2019

@Pexels

Par Igor de Maack, gérant porte-parole de la Gestion chez DNCA Investments

Comme chaque mois, nous vous présentons en un coup d’œil les risques et opportunités sur les marchés et dans l’économie.

Les plus

·       La Réserve Fédérale américaine ouvre la voie vers une possible baisse de ses taux directeurs en septembre prochain.

·       Les FANGMAN (Facebook, Apple, Netflix, Google, Microsoft, Amazon, Nvidia), sont sur-représentées dans les indices boursiers (3.000 milliards de dollars de capitalisation boursière). Or, elles sont sous pression à la suite de possibles enquêtes anti-trust américaines. C’est donc une opportunité pour que cette bulle se dégonfle un peu et profite ainsi à d’autres secteurs. 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Regards croisés sur l’économie et les marchés. Juin 2019 »

Prévisions macroéconomiques pour la fin de l’année : Stop ou encore ?

@Pexels

Les prévisions macroéconomiques doivent être revues en fonction de nouveaux éléments tels que les guerres commerciales déclarées par Donald Trump. « A un moment, on aurait pu penser que le président des Etats-Unis allait atténuer ses propos, mais il a de nouveau durci le ton et, aujourd’hui, l’Europe et le Japon sont les principales victimes de ces tensions commerciales », explique Vincent Juvyns, Stratégiste chez J.P. Morgan AM. 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Prévisions macroéconomiques pour la fin de l’année : Stop ou encore ? »

Populisme : Cherchez les causes économiques !

@Pexels

Le Brexit, la victoire de Donald Trump aux élections américaines et la montée des partis populistes de gauche ou de droite en Europe interpellent à plus d’un titre. Pourquoi assiste-t-on aujourd’hui à une montée en puissance des partis nationalistes ? L’amplification du phénomène est généralement accrue en période électorale, ce qui est normal. « En 2017, 70% de l’économie européenne (en fonction du PIB) seront impactés par des élections. Ce qui est particulièrement dangereux aujourd’hui, c’est que les partis traditionnels appliquent ou revendiquent des mesures populistes pour attirer les électeurs », note James Butterfill, Head of Research chez ETF Securities à Londres.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Populisme : Cherchez les causes économiques ! »

Marchés de l’environnement : moteurs et nouveaux catalyseurs

@Pexels

Par Iann Simm, Founder and Chief Executive of Impax Asset Management (partenaire en stratégie environnementale de BNP Paribas Investment Partners)

Après une année riche en rebondissements, émettre des prévisions pour 2017 peut sembler mission impossible. Pourtant, c’est le métier des gestionnaires de placements d’anticiper l’avenir. Soutenu par des développements prometteurs, l’investissement sur les marchés de l’environnement conserve tout son potentiel.

Bien que le nouveau président américain ait nommé un climatosceptique au poste de conseiller à l’environnement, l’administration Trump devrait se révéler positive pour de nombreux marchés de l’environnement.  Par ailleurs, à une plus grande échelle, les tendances qui encouragent les entreprises à trouver des solutions aux enjeux environnementaux gagnent du terrain.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Marchés de l’environnement : moteurs et nouveaux catalyseurs »

Pourquoi les obligations des marchés émergents n’ont-elles plus la cote ?

@Pexels

Par Erik Joly, ABN Amro Private Banking

Les écarts de rendement entre les obligations des marchés émergents et celles des pays développés ont retrouvé leur faible niveau d’avant l’élection de Donald Trump en novembre dernier. La situation est telle que ces obligations sont onéreuses au vu des risques que font courir aux marchés émergents les politiques protectionnistes du nouvel exécutif américain.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi les obligations des marchés émergents n’ont-elles plus la cote ? »

Vers une parité euro/dollar ?

Par Guy Wagner, Banque de Luxembourg

La hausse du dollar touche à sa fin, du moins contre l’euro. L’indice trade-weighted (indice pondéré en fonction des échanges commerciaux) du dollar s’est apprécié de plus de 30 % depuis septembre 2014.

Une appréciation supplémentaire de la monnaie américaine risquerait d’avoir des conséquences négatives pour les flux commerciaux et de capitaux. L’histoire a montré que des appréciations importantes du dollar ont souvent été source d’instabilité au niveau mondial, surtout lorsqu’elles se sont accompagnées d’une hausse des taux américains. Ce risque est d’autant plus grand à un moment où la dépendance du système international à l’égard du dollar n’a rarement été aussi élevée.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Vers une parité euro/dollar ? »