Quelles sont les perspectives d’inflation dans les économies développées?

@Pexels

Par Daniel Morris, Stratégiste Senior, et Dominick DeAlto, Responsable de la gestion obligataire mondiale chez BNP Paribas AM.

Ces dernières semaines, les politiques monétaires et budgétaires sans précédent mises en place par les banques centrales et les gouvernements ont permis aux marchés obligataires développés de retrouver un certain équilibre. La déflation, et non l’inflation, constitue le principal risque à court terme. A plus long terme, il est envisageable que des forces structurelles soient à l’origine de pressions inflationnistes mais, pour cette année, la déflation semble le principal risque. Voici pourquoi : Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelles sont les perspectives d’inflation dans les économies développées? »

La reflation va-t-elle ou non se poursuivre en 2018? Trois facteurs décisifs

@Pexels

Par Johanna Kyrklund, responsable des investissements multi-actifs chez Schroders

Trois facteurs seront décisifs pour le maintien des circonstances réflationnistes cette année 

    • La croissance. La croissance mondiale du PIB pendant les deux années à venir se situera autour des 3%. La réforme fiscale pourrait créer une surprise de taille aux USA. Mais on ne s’attend pas à ce que les entreprises américaines dépensent l’intégralité des sommes dont elles disposent grâce à la baisse des impôts. 

Continuer la lecture sur Moneystore de « La reflation va-t-elle ou non se poursuivre en 2018? Trois facteurs décisifs »

Qu’est-ce que l’inflation, la déflation, la désinflation, la stagflation et la reflation ?

Inflation, déflation, stagflation, désinflation, reflation… Tous ces mots de l’économie qui sous-tendent la notion d’inflation se bousculent et finissent par créer une certaine confusion. Et si nous remettions de l’ordre dans tout ça.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que l’inflation, la déflation, la désinflation, la stagflation et la reflation ? »

Un fantôme parcourt le monde, c’est le fantôme de la déflation

DSCN1600Par Dieter Hein, Banque de Luxembourg

Aujourd’hui, quand on ouvre un journal financier et qu’on lit des articles traitant de l’évolution générale de l’économie, on est sans cesse confronté à la notion de « déflation » ce terme étant associé à d’autres : «peur», «souci» ou «risque». Ces associations sont d’autant plus inquiétantes que Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, évoque inlassablement un risque de déflation qui doit être conjuré.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Un fantôme parcourt le monde, c’est le fantôme de la déflation »

Il faudrait de l’inflation ! Oui, mais pourquoi?

DSCN1584Ce n’est plus un secret pour personne : l’inflation a atteint un niveau très faible voire négatif. Pourtant la réalité nous semble souvent différente : les prix des biens dans notre caddy ne cessent d’augmenter !

Qu’en est-il réellement ? « Il convient de faire la part des choses. L’inflation est basse pour certains produits manufacturés et cela pèse sur les marges de ces produits. La baisse du prix des matières premières et du pétrole a aussi exercé une pression à la baisse sur certains prix. A titre d’exemple, Ryanair va diminuer le prix de ses voyages en 2016. Par contre, il n’y a pas autant de pression sur les prix des biens consommés quotidiennement », explique Frank Vranken, Stratégiste chez Puilaetco Dewaay Private Bankers.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Il faudrait de l’inflation ! Oui, mais pourquoi? »

La Revue : Le faux débat de la déflation

bourse Nyse 2Aujourd’hui, la question est sur toutes les lèvres, allons-nous vers un scénario de déflation? Tout d’abord, il faut savoir de quoi il est question. Qu’entend-on exactement par déflation ? « La manière la plus communément admise pour définir la déflation est de parler de baisse généralisée du prix des biens à la consommation. Dans cette définition, deux termes sont importants : la baisse généralisée et les biens de consommation. Aujourd’hui, nous ne sommes pas entrés dans une baisse généralisée des prix hors prix de l’énergie et de l’alimentation », constate Etienne de Callataÿ, Chief Economist à la Banque Degroof.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La Revue : Le faux débat de la déflation »