2022 : « Annus horribilis » pour les épargnants !

Par Vincent Juvyns, Stratégiste chez JP Morgan AM

A l’heure de s’interroger sur les perspectives économiques et financières pour 2022, une chose semble certaine c’est que le calvaire des épargnants devrait perdurer. 2022 pourrait même être un véritable « annus horribilis » pour ces derniers.

 

En effet, en 2022, cela fera 10 ans que, pour lutter contre la déflation, la BCE a abaissé son taux de dépôt à 0 % (et 8 ans que celui-ci est négatif) obligeant les banques commerciales de la zone euro à refléter cette réalité dans la rémunération des dépôts de leurs clients.

Continuer la lecture sur Moneystore de « 2022 : « Annus horribilis » pour les épargnants ! »

Conjuguer lutte contre le changement climatique et croissance économique, c’est possible !

Par Vincent Juvyns, JPAM

A quelques jours de la 26ème conférence mondiale sur le climat (COP26), à Glasgow et à l’heure où la croissance économique ralentit, notamment en raison de l’envolée des prix de l’énergie, il est légitime de s’interroger sur les conséquences économiques des politiques climatiques actuelles et futures.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Conjuguer lutte contre le changement climatique et croissance économique, c’est possible ! »

Les vents contraires vont-ils faire dévier la reprise ?

@Pexels

Par Arthur Jenck et Erik Joly, ABN AMRO Private banking Belgique

La reprise mondiale a perdu de son élan. Elle fait face à trois vents contraires importants : la propagation du variant Delta, les goulots d’étranglement persistants de la chaîne d’approvisionnement et l’allègement de la politique monétaire et gouvernementale accommodante. Les goulots d’étranglement devraient persister jusqu’en 2022, limitant la croissance du secteur manufacturier. Cependant, cela devrait prolonger la reprise industrielle et, malgré les vents contraires.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les vents contraires vont-ils faire dévier la reprise ? »

La dette signifie-t-elle encore quelques chose ?

@Pexels

Par Arthur Jenck et Erik Joly, ABN AMRO Private Banking, Belgique

 

 

La dette publique des principales économies développées a grimpé en flèche au cours de la dernière année. Elle reflète les mesures de soutien budgétaire les plus importantes que nous ayons jamais vues en réponse aux fortes contractions de l’activité économique. Voici un aperçu concernant les perspectives des finances publiques pour les années à venir. Cet aperçu  se concentre sur les conséquences pour la solvabilité d’une part, et la prospérité économique future d’autre part. Cette analyse couvre les six plus grandes économies de la zone euro, les États-Unis et le Royaume-Uni.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La dette signifie-t-elle encore quelques chose ? »

Qu’est-ce que la trappe à liquidité (liquidity trap) ?

@Pexels

C’est John Maynard Keynes qui a évoqué la notion de trappe (ou piège) à liquidité (liquidity trap). Ce concept est mentionné lorsque la politique monétaire d’une banque centrale n’est plus capable de stimuler l’économie grâce à des taux d’intérêt à court terme très faibles ou proches de zéro. Dans le cas d’une trappe à liquidité, les principaux agents économiques ne trouvent plus de raison de détenir des obligations car elles affichent un taux proche ou égal à zéro. Ils préfèrent alors détenir des liquidités.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que la trappe à liquidité (liquidity trap) ? »

Conserver un biais en faveur du style value

@Pexels

Par Vincent Juvyns, Global Market Strategist, J.P. Morgan Asset Management

La question clé pour les investisseurs en actions est de savoir de quelle façon une inflation et des rendements obligataires modérément plus élevés affecteront les bénéfices et les valorisations des entreprises.

 

Compte tenu de l’épargne accumulée par les consommateurs et des intentions d’investissement élevées, la croissance des ventes sera probablement marquée. Lorsque les ventes sont élevées, les bénéfices ont tendance à augmenter, même si les coûts des intrants sont en hausse.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Conserver un biais en faveur du style value »