USA vs UE : Laquelle des deux régions économiques se redressera le plus rapidement ?

@Pexels

Par Michael Blümke, Senior Portfolio Manager chez ETHENEA Independent Investors.

Le confinement imposé par les États en raison de la pandémie généralisée de Covid-19, a entraîné un ralentissement économique majeur de toutes les zones économiques mondiales. Alors que certains États de l’Union européenne ont déjà connu plusieurs récessions techniques ces dernières années, aux États-Unis, le premier trimestre de 2020 a marqué la fin brutale de la plus longue expansion économique, qui durait depuis plus de dix ans. Toutefois, l’ampleur du ralentissement actuel de la croissance est à peu près comparable dans les deux régions. Pourtant, il existe une réponse très claire à la question qui est de savoir quelle région économique se redressera le plus rapidement : il s’agit des États-Unis. Continuer la lecture sur Moneystore de « USA vs UE : Laquelle des deux régions économiques se redressera le plus rapidement ? »

De la phase de récession à celle de reprise : Quelles positions pour les investisseurs ?

@Pexels

Par Tina Fong, Stratège chez Schroders

Les marchés semblent avoir adopté une forme en V, alors que la reprise se fera probablement plus longue. Quelles positions est-ce que les investisseurs devraient prendre si l’économie passe de la phase de récession à la phase de reprise ?

Une bonne compréhension des différentes phases du cycle économique peut s’avérer utile dans l’allocation d’actifs. Pour ce faire, on peut utiliser l’écart de production (output gap) mis au point par Schroders US. En termes simples, l’écart de production mesure la différence entre la production économique réelle et potentielle (à l’aide du PIB). Pour mesurer l’écart de production, il faut examiner le chômage et le taux d’emploi par rapport à leur tendance à long terme.  Continuer la lecture sur Moneystore de « De la phase de récession à celle de reprise : Quelles positions pour les investisseurs ? »

Actions émergentes : Défis et opportunités

@Pexels

Par Vincent Nichols, Spécialiste des investissements sur les actions émergentes chez BNPP AM

La pandémie de Covid-19 a frappé durement les économies et les sociétés, encore plus tragiquement dans les zones émergentes. Dans ce contexte, les actions émergentes ont continué à sous-performer les marchés développés. Quelles sont les perspectives et les opportunités de cette classe d’actifs ? Continuer la lecture sur Moneystore de « Actions émergentes : Défis et opportunités »

Reprise économique chinoise sous fonds de Covid-19

@Pexels

Par Arthur Jenck & Erik Joly, ABN AMRO Private Banking

En Chine, la reprise du secteur automobile stimule l’activité industrielle. Les dernières statistiques du mois de mai montrent que la reprise du secteur après le choc de Covid-19 se poursuit. La production automobile s’intensifie à un rythme impressionnant, affichant une croissance annuelle positive de + 11,3% en mai (vs mai 2019), contre -4,4% en avril et un creux de -83% (!) en février. Les ventes de voitures retrouvent également le chemin de la croissance: + 7,2% sur un an en mai, contre -2,5% en avril (et -82% en février). La reprise dans le secteur automobile est soutenue par des mesures gouvernementales ciblées, mais découle probablement aussi de la prudence des consommateurs envers les transports publics, ces derniers préférant utiliser leur propre moyen de transport. Parallèlement, la croissance globale de la production industrielle a augmenté à + 4,4% en mai en glissement annuel (avril: + 3,9%), bien que la tendance semble se stabiliser un peu. En effet, conformément aux attentes, la forte baisse de l’activité mondiale a entraîné une contraction des exportations chinoises de 3,3% en mai. Continuer la lecture sur Moneystore de « Reprise économique chinoise sous fonds de Covid-19 »

Hit-Parade des fonds : Le Royaume-Uni dans la tourmente

@Pexels

Selon les données fournies par Quantalys,  au 30 juin 2020, on constate que les fonds investis sur le marché britannique ont enregistré de très mauvaises performances depuis le début de l’année 2020. Dans tous les marchés, les investisseurs ont subi de plein fouet les effets de la crise du Covid-19. On a assisté à des variations extrêmes sur les bourses mondiales depuis le début de la pandémie. Heureusement, les gouvernements et les banques centrales sont intervenus. Ces instances ont pris des mesures budgétaires et monétaires rapides et massives. Sans ces mesures, on n’ose imaginer dans quelle débâcle se trouveraient les économies mondiales aujourd’hui.

La perte la plus importante

Cependant, des disparités se marquent entre les différents marchés boursiers. Selon une étude réalisée par Buyshares.co.nz sur les principaux indices au cours des deux dernières décennies, le FTSE 100 a été le seul indice à enregistrer un rendement sur investissement négatif de -1,29 %. Le rendement sur investissement a été enregistré entre le 1er  juillet 2000 et le 1er juillet 2020. Certains marchés s’en sortent mieux que d’autres. L’indice NASDAQ a ainsi enregistré le plus haut rendement sur investissement, soit 156,03 %. Depuis le début de l’année, le NASDAQ est le seul indice à avoir un rendement positif de 13,17 %. Sur la même période, le FTSE 100 a enregistré les pires rendements à -18,35 %. Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-Parade des fonds : Le Royaume-Uni dans la tourmente »

La crise du Covid-19 renforce les vérités inéluctables

@Pexels

Keith Wade, chef économiste chez Schroders

La crise du Covid-19 exerce un effet multiplicateur sur différentes tendances qui se dessinaient déjà avant l’apparition du virus. Les investisseurs devront encore se montrer plus habiles. Il convient de tenir à l’oeil quatre vérités inéluctables : la faiblesse des taux, l’augmentation du coût des soins de santé, l’émergence du populisme et l’accélération des changements technologiques.

L’impact économique de la crise du Covid-19 est énorme. Le confinement a mis fin brutalement à la plus longue expansion économique aux Etats-Unis. Elle a précipité l’économie mondiale dans sa plus grande chute depuis la Grande Dépression. L’influence du coronavirus se fera également sentir à long terme.  Continuer la lecture sur Moneystore de « La crise du Covid-19 renforce les vérités inéluctables »