Climat et Afrique : Le continent des paradoxes

@Pexels

Par Ophélie Mortier, DPAM

Le continent africain, et en particulier l’Afrique sub-saharienne, est le continent des paradoxes[1].

D’une part il est le plus petit contributeur aux émissions de gaz à effet de serre de la planète (0,8 tonne par habitant). Il est aussi le continent le plus vulnérable aux conséquences dramatiques du réchauffement climatique

D’autre part, il est la proie de sécheresses impitoyables justifiant la migration de nombreuses populations. Il est aussi la victime d’inondations spectaculaires.

Enfin, on pourra également citer le paradoxe d’un manque cruel d’accès à l’électricité alors que le pays regorge de ressources et d’options en énergie renouvelable.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Climat et Afrique : Le continent des paradoxes »

Et si on faisait le point sur le réchauffement climatique ?

@Pexels

Par Degroof Petercam

L’année 2018 s’est clôturée par la 24ème conférence des Nations Unies sur le climat, qui s’est tenue à Katowice en Pologne. Objectif de cette conférence ? Finaliser le Règlement de Paris, qui définit les directives de mise en œuvre de l’Accord de Paris pour assurer une transition énergétique juste et efficace. Dans le sillage de la conférence et de la fin de l’année 2018, un point de la situation s’impose. Quelles dispositions ont été adoptées (ou pas) par la 24e Conférence des Parties ? Comment les nations du monde entier relèvent-elles les défis de l’atténuation du réchauffement climatique ? L’UE est-elle performante ? Existe-t-il des raisons de se réjouir ou faudrait-il plutôt se lamenter ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Et si on faisait le point sur le réchauffement climatique ? »