Accord de Paris : Trump s’isole derrière son rideau de carbone

@Pexels

Par la Banque Degroof Petercam

La décision de M. Trump de se retirer de l’Accord de Paris est avant tout un non symbolique et relève d’une décision politique voire psychologique plutôt que basée sur un raisonnement valable économique ou scientifique.

Une décision politique

En affirmant haut et fort que les Etats-Unis rejettent l’accord universel de transition énergétique, Donald Trump s’adresse avant tout à la base de ses électeurs c’est à dire une classe moyenne blanche qui avait déserté les urnes électorales, se sentant abandonnée dans des régions américaines touchées massivement par le chômage après notamment la fermeture de mines de charbon. En refusant un accord « qui brise les travailleurs et compromet l’économie américaine » Donald Trump prépare les élections de mi-mandat et veut montrer l’image d’un président de parole face à ses promesses électorales tenues.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Accord de Paris : Trump s’isole derrière son rideau de carbone »

La COP21 : la COP 22 sera-t-elle nécessaire ?

DSCN0488 pPar Degroof Petercam

C’est dans un climat de très haute sécurité qu’a démarré la tant attendue Conférence sur le Climat à Paris le 30 novembre dernier. Les espoirs sont grands ; les déclarations des gouvernements se succèdent et les investisseurs renchérissent également en engagement sur le sujet. Cependant, beaucoup considèrent que le risque de déception est grand également. Qu’en est-il?

Continuer la lecture sur Moneystore de « La COP21 : la COP 22 sera-t-elle nécessaire ? »

Changement de Climat : La Chine est devenue l’interlocuteur clé pour les négociations futures

Le prolongement de la période de mise en conformité du Protocole de Kyoto (PK), décidé en Décembre 2011 à Durban, a une faible portée puisque seule l’Europe, qui représente 13% des émissions globales de carbone en 2009, s’engage à respecter les objectifs de réduction du PK. Dans ces conditions, sans démarche volontariste individuelle des pays gros contributeurs des émissions de CO2 (la Chine et le Etats-Unis), l’objectif de maintenir à 2°c le réchauffement fixé à Copenhague en 2009 semble hors de portée.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Changement de Climat : La Chine est devenue l’interlocuteur clé pour les négociations futures »

Avec le climat, l’autre urgence : la biodiversité

Longtemps, la préservation du capital naturel a été l’affaire des écologistes et/ou des États. Aujourd’hui, un nombre croissant d’entreprises se penche sur la valeur associée à la biodiversité et à son intégration comptable. Et pour cause : la biodiversité et les écosystèmes sont à l’origine d’une multitude de ressources utilisées par nos entreprises comme par exemple les denrées alimentaires, le bois, l’énergie, l’eau potable, les ressources génétiques – pour n’en citer que quelques unes. Ainsi, le déclin de la biodiversité et la dégradation de nos écosystèmes constituent des défis majeurs pour les secteurs dont l’activité dépend de l’utilisation du capital naturel et des services      éco-systémiques: agroalimentaire, textile, services aux collectivités, pharmaceutique, automobile, et plus indirectement certains services tels que le tourisme et l’assurance (bienfaits de la biodiversité sur le contrôle des risques naturels, difficultés d’accès aux ressources et risque de défaut des assurés). C’est également un défi considérable pour les secteurs ayant un impact environnemental direct ou indirect sur la biodiversité comme le secteur de l’énergie, de la construction (BTP), ou encore l’industrie des mines et métaux.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Avec le climat, l’autre urgence : la biodiversité »