Climat et Afrique : Le continent des paradoxes

@Pexels

Par Ophélie Mortier, DPAM

Le continent africain, et en particulier l’Afrique sub-saharienne, est le continent des paradoxes[1].

D’une part il est le plus petit contributeur aux émissions de gaz à effet de serre de la planète (0,8 tonne par habitant). Il est aussi le continent le plus vulnérable aux conséquences dramatiques du réchauffement climatique

D’autre part, il est la proie de sécheresses impitoyables justifiant la migration de nombreuses populations. Il est aussi la victime d’inondations spectaculaires.

Enfin, on pourra également citer le paradoxe d’un manque cruel d’accès à l’électricité alors que le pays regorge de ressources et d’options en énergie renouvelable.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Climat et Afrique : Le continent des paradoxes »

Comment le secteur des assurances peut-il être plus durable ?

@Pexels

Par Xuan Sheng Ou Yong, BNPP AM

Les questions de développement durable telles que le changement climatique font l’objet d’une attention accrue de la part des compagnies d’assurance depuis qu’elles sont confrontées à un ensemble unique de défis. Les catastrophes naturelles affectent sans aucun doute davantage leur performance que celle d’autres institutions financières compte tenu de leur rôle de garants des risques immobiliers et d’investisseurs dans des actifs réels. Pourtant, une enquête récente a révélé qu’un tiers des régulateurs ne savaient pas comment les assureurs étaient préparés à réagir à l’impact du changement climatique sur leur stabilité financière.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment le secteur des assurances peut-il être plus durable ? »

Le rapport du GIEC change-t-il quelque chose ?

@Pexels

Par Andy Howard, Responsable mondial de l’Investissement durable chez Schroders

 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié son sixième rapport d’évaluation (AR6). Ce rapport, qui a défrayé la chronique à travers le monde, dresse un portrait sans appel de la situation à l’approche de la COP26, qui réunira les dirigeants du monde entier en vue de convenir de la suite à donner à l’action mondiale visant à relever le défi majeur de notre époque.

 

En tant qu’investisseurs internationaux, la voie à suivre est claire. Le dernier rapport du GIEC souligne l’ampleur du défi à venir et insuffle un nouvel élan à l’action politique et à la pression sociale, mais ne modifie en rien la destination finale.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le rapport du GIEC change-t-il quelque chose ? »

Qu’est-ce que le « Say on Climate » ?

@Pexels

Par Ophélie Mortier, DPAM

En 2016, les pétrolières ExxonMobil et Chevron rejetaient les résolutions d’actionnaires les appelant à mieux tenir compte du réchauffement climatique. Un an plus tard, elles pliaient sous la même requête et se trouvaient dorénavant contraintes à plus de transparence sur leur stratégie du risque climatique.

 

Aujourd’hui, plusieurs pays à côté de l’Union Européenne et notamment sa réglementation SFDR ont fait du risque climatique un risque systémique sur lequel (quasi) toutes les entreprises doivent répondre.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que le « Say on Climate » ? »

Le compte à rebours avant la COP26 a commencé !

@Pexels

Par Schroders

Le dernier rapport de l’ONU a sonné l’alarme pour le monde entier. La ligne directrice est claire. Cette année est celle où « ça passe ou ça casse » pour la lutte contre le changement climatique, a averti le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Le prochain sommet des Nations Unies sur le climat, la COP26, doit se dérouler à Glasgow en novembre. Reportée l’an dernier à cause des restrictions dues au Covid-19, elle sera co-présidée par le Royaume-Uni et l’Italie. Il est attendu des pays participants qu’ils annoncent leurs nouveaux objectifs climatiques en avance.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le compte à rebours avant la COP26 a commencé ! »

Arrivée de Biden : vers une nouvelle politique climatique et énergétique

@Pexels

Par Arthur Jenck et Erik Joly, ABN AMRO Private Banking

Le président américain Joe Biden ne perd pas de temps à tenir ses promesses climatiques. Au cours de sa première semaine, le nouveau ton était clair. L’administration Biden semble déterminée à changer la politique climatique et énergétique, s’il y en avait une, de son prédécesseur.  Elle entend la remplacer par des plans ambitieux de réduction substantielle des émissions de carbone aux États-Unis. On a ainsi pu anticiper le retour à l’Accord de Paris sur le climat, une législation plus stricte pour l’exploration pétrolière et gazière et la suspension des baux pour la production de pétrole et de gaz sur les terres fédérales.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Arrivée de Biden : vers une nouvelle politique climatique et énergétique »