Hit-parade des fonds : Les coulisses du succès

@Pexels

Selon les données fournies par Quantalys, les fonds investis dans les valeurs technologiques et la bourse chinoise ont le mieux performé en 2020. Ce n’est plus une surprise ! Mais quels sont les facteurs qui expliquent que la bourse américaine soit si performante ? Pourquoi l’Europe est-elle toujours à la traîne ? Comment peut-on expliquer le succès de la bourse chinoise alors que ce pays a été le foyer de la pandémie ? Pourquoi le Brésil peine à sortir de sa position de perpétuel loser ? Eclairage et commentaires avec Bernard Keppenne, chief economist chez CBC Banque.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-parade des fonds : Les coulisses du succès »

Optimisme pour les marchés émergents cette année

@Pexels

Par David Rees, Tom Wilson et James Barrineau, spécialistes des marchés émergents chez Schroders

L’arrivée d’un vaccin contre le Covid-19 suscite un regain d’optimisme pour les marchés émergents cette année. Qu’est-ce que cela signifie pour les actions et les obligations des marchés émergents ? 

Les perspectives pour les marchés émergents cette année incitent à l’optimisme. Les nouvelles qui se succèdent à propos des vaccins sont encourageantes et tout porte à croire qu’ils seront administrés à grande échelle d’ici le second semestre de l’année. Ce climat de confiance soutient la reprise de l’économie. En outre, les mesures de relance budgétaire et monétaire qui continuent d’être prises dans le monde entier soutiennent le commerce international et la croissance économique. Cela devrait également avoir un effet bénéfique pour les marchés émergents. De plus, les analystes s’accordent à dire que le dollar américain va continuer à s’affaiblir. Ce sera tout profit pour les investissements sur les marchés émergents.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Optimisme pour les marchés émergents cette année »

Perspectives d’investissement pour 2021 : Vers la décennie de l’Asie

@Pexels

Par Vincent Juvyns, Stratégiste marchés mondiaux. J.P. Morgan Asset Management

En 2020, les responsables politiques ont mis tout en œuvre pour jeter des ponts sur les eaux extrêmement agitées par le Covid-19. À l’échelle planétaire, les gouvernements ont émis des milliers de milliards de dollars de dettes afin de soutenir financièrement les entreprises et les travailleurs touchés. En effet, aux États-Unis on estime qu’environ 75 % des salariés ayant perdu leur travail ont reçu davantage de l’assurance-chômage améliorée que ce qu’ils gagnaient auparavant. Cela a contribué à favoriser la reprise lorsque les cas d’infection ont diminué durant l’été.

Toutefois, la majeure partie des pays développés sont aux prises avec de nouvelles vagues d’infection et de nouvelles mesures de restriction destinées à contenir la propagation. En conséquence, les responsables politiques européens s’appliquent à consolider encore un peu plus leurs ponts. Plusieurs initiatives budgétaires efficaces aux États-Unis ont pris fin pendant l’été et, compte tenu du risque de voir les taux d’infection freiner la reprise durant les mois d’hiver, un nouveau train de mesures budgétaires est absolument nécessaire.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Perspectives d’investissement pour 2021 : Vers la décennie de l’Asie »

2020 : Mauvaise année pour les dividendes ?

@Pexels

La crise sanitaire a impacté la sphère financière de plusieurs manières. En raison du ralentissement économique, de nombreuses entreprises cotées n’ont pas distribué de dividendes. D’autres sociétés ont réduit la voilure dans cette distribution. « Les dividendes mondiaux ont baissé de 55 milliards de dollars à 329,8 milliards au troisième trimestre, soit une baisse globale de 14,3 %. La baisse a été moins sévère qu’au deuxième trimestre, car les tendances saisonnières du troisième trimestre ont favorisé les régions du monde où les dividendes ont le mieux résisté », précise Sander van der Ent, Head of EMEA ex-UK Institutional Business chez Janus Henderson.

Un tiers des entreprises ont ainsi annulé ou diminué leurs dividendes. Selon Janus Henderson, dans le meilleur des scénarios, ce sont plus de trois années de croissance des dividendes qui seraient ainsi effacées, privant les investisseurs de 224 milliards de dollars de revenus cette année. Mais la situation est cependant nuancée.

Continuer la lecture sur Moneystore de « 2020 : Mauvaise année pour les dividendes ? »

Crise du Covid-19 : fausse rupture ou vraie continuité ?

@Pexels

Par Enguerrand Artaz, gérant chez La Financière de l’Echiquier

« Il y aura un avant et un après », « demain ne ressemblera pas à hier »… Les poncifs relayés pour tenter de dessiner les contours du « monde d’après » ne manquent pas. C’est comme si la crise avait créé une rupture profonde dans la marche du monde, bouleversant les dynamiques qui prévalaient jusque-là. Mais, rien n’est moins vrai. Continuer la lecture sur Moneystore de « Crise du Covid-19 : fausse rupture ou vraie continuité ? »

Reprise économique chinoise après la crise Covid-19

@Pexels

Par ABN AMRO Private banking Belgique

La deuxième économie mondiale est déjà revenue à une croissance annuelle de près de 5% au troisième trimestre (+ 4,9% en glissement annuel (GA), contre + 5,5% attendu et + 3,2% au T2). La Chine s’est donc bien relevée d’une contraction historique de son économie au premier trimestre (-6,8% en glissement annuel), l’épidémie étant bien sûr la cause principale. La croissance trimestrielle au T3 s’établit à 2,7% t / t (consensus: + 3,3%, après une poussée au T2: + 11,5%). La croissance un peu plus faible que prévu reflète la latence dans la reprise économique de certains secteurs de services (tels que les transports) particulièrement touchés par le virus. Dans l’ensemble, maintenant que les chiffres du troisième trimestre sont disponibles, la prévision de croissance annuelle 2020 a été légèrement révisée, de 2% à 1,8%. La prévision de croissance annuelle a été maintenue pour 2021 à 8%.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Reprise économique chinoise après la crise Covid-19 »