A quoi faut-il s’attendre pour le marché japonais en 2018 ?

@Pexels

Par Naruki Nakamura, Head of Fixed Income Japan chez BNP Paribas AM

Le 9 janvier, la Banque du Japon (BoJ) a réduit le montant de ses achats d’obligations, ce qui a conduit certains observateurs à imaginer que ce mouvement pouvait être rattaché à l’abandon par les banques centrales du G3 de leur politique monétaire non conventionnelle. En outre, étant donné les ventes massives d’obligations américaines durant la deuxième semaine de janvier, des spécialistes parlent même plus généralement d’une « nouvelle ère pour les marchés obligataires ». Vu le contrôle qu’ont les banques centrales sur les marchés obligataires via le rachat d’actifs, il est capital de comprendre ce qui a motivé les dernières actions de la BoJ. Depuis quelque temps, certains économistes se demandent si la Banque du Japon n’aurait pas amorcé un changement de cap.

Continuer la lecture sur Moneystore de « A quoi faut-il s’attendre pour le marché japonais en 2018 ? »

Quel sort réserver aux bilans des banques centrales ?

@Pexels

Par Erik Joly, ABN AMRO Private Banking

Depuis la crise financière mondiale de 2008 et 2009, les banques centrales des quatre coins du monde ne cessent d’acheter des obligations à des niveaux exorbitants. Dans la foulée de l’assouplissement quantitatif, expression désignant les achats illimités d’obligations et autres actifs, les bilans combinés des trois principales banques centrales sur les continents américain, européen et japonais, ont connu une forte expansion en dix ans pour échapper à la déflation.

Les mesures prises par les banques centrales ont eu des retombées globales sur les rendements. Peu importait l’acheteur. La BCE a ainsi pu prendre aisément le relais de la Fed en 2014 et faire baisser les rendements en Europe et au-delà.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quel sort réserver aux bilans des banques centrales ? »

Banques Centrales : le plus difficile est à venir

Par Mauro Fiorini, Rédacteur

Depuis la survenance de la crise financière de 2008, les banques centrales ont inondé le marché de liquidités et ont acheté massivement de la dette publique ainsi que des dettes de sociétés dans le but de faire baisser les taux d’intérêt et de relancer l’économie de leur pays ou de la zone euro pour la BCE. Ce faisant, ces banques centrales ont fait grossir leur bilan, celui de la FED passant de 900 milliards de dollars à 4.471 milliards de dollars, la BCE vient de dépasser la taille du bilan de la FED pour se situer à 4.568 milliards de dollars et celui de la BOJ est sensiblement le même que celui de la FED.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Banques Centrales : le plus difficile est à venir »

Pourquoi vivons-nous un cycle de crédit unique?

Michael C. Buchanan, Directeur général adjoint des Investissements, Western Asset Management (filiale de Legg Mason)

Le cycle de crédit actuel est unique en son genre. Des forces sans précédent sont en jeu, et nous pensons qu’elles vont engendrer un cycle plus long que ceux que nous avons pu connaître jusqu’à présent. Ce cycle très particulier sera unique, pour trois raisons principales.

  1. Évolution de la régulation

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi vivons-nous un cycle de crédit unique? »

Mais, qu’est-ce qui se passe au Japon ?

Source: Pexels
Source: Pexels

Par Erik Joly, Chief economist chez ABN Amro

La banque centrale japonaise (BoJ) s’est réunie le 21 septembre pour décider de sa politique monétaire. Le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, estime que les mesures qui ont été prises jusqu’à présent portent leurs fruits. Il souligne que les prévisions d’inflation sont restées stables malgré des conditions défavorables et que ce n’est qu’une question de temps avant que celles-ci ne repartent à la hausse. Kuroda s’attend à ce que le consommateur japonais continue d’anticiper et tienne compte de l’effet de la politique monétaire dans ses prévisions. Lors d’une récente allocution, le gouverneur de la BoJ a expliqué que la plupart des facteurs qui ont jusqu’à présent empêché d’atteindre l’objectif de 2 % sont de nature exogène. Il a notamment pointé le recul des prix pétroliers, le ralentissement observé sur les marchés émergents et les conséquences de l’augmentation de la TVA sur la consommation.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Mais, qu’est-ce qui se passe au Japon ? »

Le yen n’est plus le seul vecteur de support pour les actions japonaises

par défaut 2015-03-27 à 09.02.38Par J.P. Morgan AM

Depuis son plus bas de mars 2009, l’indice Nikkei 225 a progressé de 179% et atteint son plus haut niveau depuis 15 ans en mars de cette année. Cette progression a largement été favorisée par la politique monétaire de la Banque Centrale Japonaise (BoJ) depuis l’arrivée au pouvoir de Shinzo Abe puisque le programme d’assouplissements quantitatifs de la BoJ a entrainé une baisse du yen et des taux qui a permis de gonfler les revenus et les bénéfices des entreprises japonaises (cf : graphique 1).

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le yen n’est plus le seul vecteur de support pour les actions japonaises »