Qu’est-ce que être market neutral ?

@Pexels

Etre market neutral ou neutre par rapport au marché est une stratégie d’investissement qui consiste à ne pas s’exposer au risque de marché. Cette couverture suppose l’utilisation d’outils spécifiques. On retrouve ces techniques de couverture dans les fonds alternatifs (ou hedge funds). On applique alors des techniques qualifiées de long/short. Par exemple, on vend à découvert une action supposée surévaluée. Simultanément, on achète une action du même secteur estimée sous-évaluée. Le montant des ventes à découvert couvre le montant des positions longues. Cette technique exige cependant de rebasculer en permanence les positions d’actifs « long » et « short » pour s’adapter aux fluctuations des titres. Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que être market neutral ? »

Comment réagir en cas de baisse des marchés ?

@Pexels

Les marchés boursiers sont loin d’être un long fleuve tranquille. Que faire lorsque ceux-ci connaissent un trou d’air et que la baisse enregistrée en portefeuille est assez conséquente?

Une bonne attitude est de prendre de la distance par rapport à la situation en adoptant une vue globale de son portefeuille. « Il est bon, dans ces moments de turbulence, d’analyser la composition du portefeuille et de voir le bêta des positions. Il est judicieux, en effet, de regarder quels sont les actifs qui sont plus ou moins corrélés aux marchés », conseille Frank Vranken, Stratégiste chez Puilaetco Dewaay Private Bankers.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment réagir en cas de baisse des marchés ? »

Qu’est–ce que l’alpha et le bêta ?

IMG_1071

Nous avons vu que, lorsqu’on investit, il est bon non seulement de se préoccuper de la rentabilité de son investissement mais aussi de sa volatilité. Pour évaluer à la fois la performance et la volatilité d’un actif, on les compare à celles d’un indice de référence. Les indicateurs qui permettent de comparer la performance et la volatilité d’un actif à celles d’un indice sont l’alpha et le bêta.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est–ce que l’alpha et le bêta ? »

Trois Bêtas et un Alpha : la gestion dans un contexte d’incertitude

J’ai participé récemment à une table ronde d’environ deux heures organisée par un magazine financier néerlandais et au cours de laquelle, le mot « incertitude » a été prononcé un nombre incalculable de fois, et à juste titre. La situation que nous vivons actuellement est assez exceptionnelle et place les investisseurs dans une position assez inconfortable. Les références historiques manquent. Au cours d’un cycle économique traditionnel, les périodes passées peuvent contribuer à anticiper l’évolution future. Il en va de même pour les « cycles » de marché (J’utilise les guillemets car je voudrais éviter de donner l’impression que ces cycles sont déterministes). La reprise actuelle est lente et les craintes d’un retour en récession sont récurrentes. La politique monétaire est jusqu’à présent inefficace, rendant nécessaires des mesures exceptionnelles, telles que le QE2 ou l’Opération Twist aux États-Unis. En ce qui concerne les cycles de marché, il semble que nous soyons dans un régime permanent de volatilité élevée/corrélation élevée où les actifs risqués sont appréciés sur la base d’un taux sans risque « à redéfinir ». En bref, l’incertitude est grande. En référence à l’illustre économiste Frank Knight, il n’existe pas de références pour gérer l’incertitude, les distributions statistiques manquent et il est insensé d’utiliser le mot «probabilité » pour évaluer des issues incertaines (par opposition à des issues risquées). Continuer la lecture sur Moneystore de « Trois Bêtas et un Alpha : la gestion dans un contexte d’incertitude »

Qu’est-ce que la volatilité ?

Dans le contexte actuel, on parle de la volatilité importante des marchés. Qu’entend-on par volatilité ? La volatilité d’un actif représente sa variation,  l’instabilité de son cours durant une période donnée. C’est la volatilité qui sert à déterminer et à mesurer le degré de risque d’un actif. Le calcul de ce degré de risque se fonde sur une formule mathématique qui détermine une approximation de la volatilité en se basant sur les évolutions passées de l’actif pour en déterminer sa volatilité future. Cette formule utilise l’écart-type des variations historiques du cours sur une période déterminée (un an, trois ans, par exemple). Généralement, on utilise la volatilité annualisée depuis la création du fonds.

La volatilité analyse comment le fonds a atteint sa performance annuelle. Est-ce en subissant de fortes hausses ou de fortes baisses de jour en jour ? Ou, au contraire, la variation de son cours a-t-elle connu une faible amplitude en dégageant des performances plus régulières ?

En général, l’investisseur va préférer un investissement qui connaît de faibles variations plutôt qu’un fonds qui atteint la même performance mais en oscillant comme des montagnes russes.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que la volatilité ? »