bénéfices – MoneyStore

Banques centrales campées sur leur position et prévisions moroses pour les bénéfices

Par NNIP

Alors que la Fed et la BCE confirmaient leur détermination à maintenir une politique monétaire restrictive pour éviter que les prévisions d’inflation ne deviennent incontrôlables, les actifs à risque continuent de chuter. Pour le moment, la pression croissante sur la croissance économique ne suffit pas à pousser les banquiers centraux à modérer leur position de durcissement. Les discours agressifs prononcés par le président de la Fed, Jerome Powell, et le membre du directoire de la BCE, Isabel Schnabel, lors du sommet de Jackson Hole, ont une fois de plus montré qu’un assouplissement de la politique avant la fin de l’année était peu probable. Aux États-Unis, l’inflation globale pourrait être modérée dans les prochains mois, mais elle restera probablement trop élevée pour être confortable. Dans la zone euro, la hausse des prix de l’énergie signifie que le pic d’inflation semble loin d’être atteint.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Banques centrales campées sur leur position et prévisions moroses pour les bénéfices »

Cinq bonnes raisons pour s’intéresser aux « small caps »

@Pexels

Par James Ogilvy, Annabelle Vinatier et Jean-François Cardinet, analystes-gestionnaires chez Lazard Frères Gestion

Les actions de petites et moyennes entreprises (« small caps ») présentent d’intéressants atouts pour les investisseurs. Attention toutefois à bien sélectionner les valeurs et construire une diversification efficace.

Investir sur le segment des small caps nécessite une très bonne maîtrise des risques. Les petites capitalisations ne sont, dans l’ensemble, pas plus volatiles que les grandes capitalisations. Cependant, individuellement, leur cours de bourse peut être soumis à d’importantes fluctuations de court terme. En cause : une moindre liquidité et des activités plus spécifiques que celles des grandes entreprises. La diversification est donc essentielle pour investir sur ce segment de marché et limiter les éventuelles pertes liées à la volatilité de certains titres.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Cinq bonnes raisons pour s’intéresser aux « small caps » »

Obligations corporate : Un risque à venir ?

@Pexels

La faiblesse des taux d’intérêt a encouragé grandes et petites entreprises à s’endetter. Par ailleurs, la crise financière de 2008 et la baisse des taux d’intérêt qui y est associée, a poussé les marchés à maintenir à flot des entreprises qui ont juste le mérite d’exister mais dont l’avenir est incertain. La faiblesse des taux d’intérêt a donc favorisé l’endettement de ces entreprises et le maintien de certaines d’entre elles. Quels sont les risque sur le marché de la dette d’entreprises ? Continuer la lecture sur Moneystore de « Obligations corporate : Un risque à venir ? »

Comment savoir si les marchés des actions sont chers ou pas chers? Cinq baromètres

Par Schroders

Quel est le meilleur baromètre pour trouver des marchés où les actions sont peu chères? La valorisation est la clé de toute décision d’investissement. La valorisation n’est pas un bon indicateur pour prédire les fluctuations des marchés des actions à court terme, car ces derniers sont dominés par la peur, l’âpreté au gain et d’autres facteurs biaisants. 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment savoir si les marchés des actions sont chers ou pas chers? Cinq baromètres »

La locomotive allemande de nouveau sur les rails

@Pexels

Par Erik Joly, Chief Economist ABN AMRO Belgique

L’économie allemande renoue avec la croissance à un rythme accéléré. Au cours du dernier trimestre de l’année dernière, la croissance a affiché une progression de plus d’1,5%, par ailleurs largement soutenue par l’ensemble des acteurs économiques. La confiance des producteurs connaît ainsi entre-temps la hausse la plus élevée qu’on ait enregistrée depuis des années. Mais dans ce mouvement général vers l’avant, les consommateurs ne se sont pas non plus laissés distancer.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La locomotive allemande de nouveau sur les rails »

La corruption ne payerait-elle pas ?

par défaut 2016-03-08 à 15.56.11Par Degroof Petercam

Voilà une conclusion intéressante de la très renommée Harvard Business School[1].

Alors que beaucoup continuent à croire qu’il est impossible de faire des affaires dans certaines régions du monde sans pots de vin, cette étude a eu l’opportunité unique d’accéder à des données confidentielles sur la lutte contre la corruption. Elle a analysé un échantillon de près de 480 multinationales dans 32 pays. Ainsi, si la corruption accélère les ventes locales, son effet global sur les données financières de la société est nul.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La corruption ne payerait-elle pas ? »

Croissance des bénéfices? Quelle croissance des bénéfices?

par défaut 2014-09-24 à 18.21.04Par Guy Wagner, Chief Investment Officer de la Banque de Luxembourg

La saison des résultats touche à sa fin. Les entreprises sont devenues très bonnes dans la gestion des attentes des investisseurs et dans la présentation de leurs résultats, notamment aux Etats-Unis, de sorte qu’il est aujourd’hui difficile de juger la qualité des résultats, voire de répondre à une question aussi simple que celle de savoir si les bénéfices ont en fait augmenté, diminué ou stagné. Le fait qu’une société annonce des résultats « supérieurs aux attentes » ne signifie en effet pas qu’elle annonce de bons résultats, respectivement des résultats en progression. Dans beaucoup de cas, ceci signifie uniquement que ses résultats étaient moins mauvais que prévus.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Croissance des bénéfices? Quelle croissance des bénéfices? »

The only way is up?

Photo102Par Wim Vermeir – Chief Investment Officer d’AG Insurance

Ces derniers jours, les marchés des actions ne cessent de tutoyer les sommets. L’ambiance est même euphorique en Europe : depuis la fin 2014, l’indice Bel20 s’est apprécié de 15 %. Le Dax allemand, quant à lui, a progressé de 24 % sur la même période. Au niveau des petites actions, les hausses de 30, voire 40 % ne sont pas rares. Pour une fois, les investisseurs américains sont plus modérés : l’indice Dow Jones est ainsi au même niveau que fin 2014.

Continuer la lecture sur Moneystore de « The only way is up? »