Quelle sera l’ampleur de la récession causée par le COVID-19 ?

@Pexels

Par Vincent Juvyns, Global Market Strategist

Alors que le COVID-19 continue de se propager, la question est rapidement passée de savoir s’il y aura une récession mondiale à celle de savoir l’ampleur que celle-ci prendra. Sera-t-elle profonde mais courte ? Ou profonde et prolongée ? En tant qu’investisseur, la prochaine question qu’il faut se poser est de savoir quelles sont les hypothèses qu’intègrent les prix du marché. Et s’il sera soulagé, ou déçu. Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelle sera l’ampleur de la récession causée par le COVID-19 ? »

Quel avenir pour le secteur bancaire ?

@Pexels

Par Arthur Jenck et Erik Joly, ABN AMRO Private Banking

Alors que le secteur bancaire était à l’origine de la crise financière mondiale en 2008-2009, il peut désormais jouer un rôle crucial dans la gestion économique du coronavirus : accès à des liquidités pour des entreprises ou citoyens dans le besoin, diversification du risque de crédit pour les banques centrales. Le secteur n’est pourtant pas à l’abri. Il est en effet le plus endetté par nature et dépend fortement du cycle économique.  Continuer la lecture sur Moneystore de « Quel avenir pour le secteur bancaire ? »

Les valeurs bancaires : A prendre ou à laisser ?

@Pexels

Dans certains fonds, on constate que les gestionnaires s’écartent volontairement des valeurs financières. Ils invoquent souvent le manque de visibilité dont fait l’objet ce secteur. Les bilans ne sont pas très compréhensibles. Ils ne sont, selon eux, pas totalement transparents concernant les risques. En revanche, d’autres investisseurs n’hésitent pas à prendre une position ciblée en valeurs bancaires. Ils expliquent leur choix spécifique sur ces valeurs en raison des valorisations particulièrement intéressantes. Alors comment envisager ce secteur en portefeuille ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les valeurs bancaires : A prendre ou à laisser ? »

Qu’est-ce que la masse monétaire ?

# Pexels

En économie, on parle de la masse monétaire pour définir la quantité de monnaie qui est en circulation dans un pays ou une zone économique. Dans la zone euro, elle est calculée, contrôlée et réglementée par la BCE (Banque centrale européenne). La politique monétaire de la BCE a pour but de contrôler cette masse monétaire en vue de maintenir l’inflation à un certain seuil. Pour calculer la masse monétaire, on prend en considération non seulement la monnaie « papier » mais aussi tous les moyens de paiement en circulation à un moment donné.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que la masse monétaire ? »

Quelle différence entre la mission de la BCE et celle de la Fed ?

@pexels

Le rôle des Banques centrales est primordial dans nos économies. Quantitative easing, politique monétaire accommodante, hausses et baisses des taux d’intérêt sont autant de termes présents dans l’actualité. Mais quelles sont les finalités de ces politiques monétaires ? Quels buts poursuivent les banques centrales ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la Banque centrale européenne (BCE) et la Federal Reserve (Fed) ne poursuivent pas exactement les mêmes objectifs.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelle différence entre la mission de la BCE et celle de la Fed ? »

Faut-il avoir peur des taux d’intérêt au plancher ?

@Pexels

En quoi des taux d’intérêt très bas, nuls voire même négatifs en termes réels représentent-ils un danger ? Une telle situation présente-t-elle aussi des opportunités ? La situation est plus nuancée qu’il n’y paraît.

Des aspects positifs

« Les taux d’intérêts faibles sont une opportunité pour les Etats qui peuvent ainsi se financer à des coûts moindres. Les Etats empruntent à des conditions avantageuses, ce qui provoque une diminution du coût de leur dette. Cependant, cet avantage doit être corrigé par l’impact de la hausse de l’endettement public ces dernières années. On a ainsi vu une forte augmentation de la dette américaine, par exemple. Il faut donc regarder le gain net que procure la baisse des taux. Le poids de la charge de la dette publique sur les budgets des Etats n’a pas nécessairement baissé», note Bernard Keppenne, Chief economist chez CBC Banque et Assurance.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Faut-il avoir peur des taux d’intérêt au plancher ? »