Focus sur l’Afrique du Sud : Quand une histoire ancienne fait pression sur le rand

@Pexels

Par Erik JOLY, Chief Economist ABN Amro Private Banking

La faible croissance et le déficit persistant de la balance courante sont source de vulnérabilité

La croissance économique en Afrique du Sud est faible : 1.3% en 2017. Pour 2018,  le PIB devrait être en hausse de 1.5%.  La croissance s’explique surtout par l’augmentation des dépenses des ménages et des pouvoirs publics. Par contre, la croissance des investissements est nulle et le commerce extérieur est également en berne, les importations augmentant à un rythme plus soutenu que les exportations. Il est probable que le déficit de la balance courante dépasse les 2,5 % du PIB cette année. Ce déficit étant financé par de la dette, celle-ci a presque doublé au cours de la dernière décennie pour atteindre 45 % du PIB en 2017. Les charges d’intérêt restent cependant limitées à 3,5 % du PIB. Néanmoins, en cas de hausse des taux d’intérêt les dettes pourraient rapidement augmenter. D’un autre côté, les réserves de change sont suffisantes. Le pays possède une base d’investisseurs nationaux solides. Le secteur bancaire représente 110 % du PIB et, dans l’ensemble, les banques sont liquides, bien capitalisées et rentables.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Focus sur l’Afrique du Sud : Quand une histoire ancienne fait pression sur le rand »

Marchés émergents en portefeuille, que faire ?

Photo126Les marchés émergents font beaucoup parler d’eux ces derniers temps. Il est loin le temps des BRICS qui étaient les stars des portefeuilles, ces pays les plus prometteurs de la zone émergente. Aujourd’hui, une partie de ces mêmes pays ont reçu le qualificatif de « cinq fragiles » et sont pointés du doigt. Il s’agit des cinq pays qui sont considérés comme les plus risqués pour le moment : la Turquie, le Brésil, l’Indonésie, l’Inde et l’Afrique du Sud.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Marchés émergents en portefeuille, que faire ? »

Les mines d’or n’en finissent pas de plonger

par défaut 2013-09-10 à 17.17.40par défaut 2013-09-10 à 17.17.58Comme chaque mois, le hit-parade des fonds de Moneystore reprend les 10 meilleures et10 moins bonnes performances des fonds commercialisés en Belgique. Si les biotechs démontrent à nouveau leurs belles performances, les mines d’or font triste mine depuis des mois. Comment explique-t-on les mauvaises performantes récurrentes de ce secteur d’activité ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les mines d’or n’en finissent pas de plonger »