Hit-parade des fonds : Le succès des américaines encore au rendez-vous

@Pexels

Selon les données fournies par Quantalys, les fonds investis en actions américaines qualifiées de « value » se sont particulièrement distinguées depuis le début de l’année 2021. Comment explique-t-on cette belle performance ? Outre la rotation intervenue dans les portefeuilles qui a favorisé les actions value, certains éléments peuvent expliquer cette belle performance.

 

 

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-parade des fonds : Le succès des américaines encore au rendez-vous »

Pourquoi et comment repenser le modèle de portefeuille 60/40 ?

@Pexels

Vincent Juvyns, Global Market Strategist. J.P. Morgan Asset Management

L’un des défis les plus immédiats auxquels sont confrontés les investisseurs depuis la pandémie consiste à construire des portefeuilles résistants qui offrent des « performances décentes » compte tenu du niveau actuellement bas des rendements des obligations souveraines. Les emprunts d’État offraient auparavant des revenus et la possibilité de solides performances positives en périodes de récession et de marché baissier. Dans ce contexte, le maintien d’une exposition équilibrée aux actions et aux obligations d’État a toujours permis de bien diversifier son portefeuille.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi et comment repenser le modèle de portefeuille 60/40 ? »

Quel impact du changement climatique sur les rendements dans les 30 prochaines années ?

@Pexels

Par Schroders

Chaque année, les économistes de Schroders donnent leur analyse du rendement attendu durant les 30 années à venir. À partir de cette année, l’impact du changement climatique est pondéré d’une nouvelle manière. Et le résultat est clair : le rendement des actions est fortement influencé par le changement climatique, tandis que les rendements obligataires et les liquidités sont nettement moins impactés.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quel impact du changement climatique sur les rendements dans les 30 prochaines années ? »

Optimisme modéré pour l’économie et les marchés en 2021

@Pexels

Faire des prévisions pour l’économie et les marchés est un exercice difficile. Georges Hübner, Professeur de finance à HEC Liège et Thierry Masset, Chief investment officer chez ING Belgique se sont attelés à cet exercice périlleux lors de la conférence en ligne organisée ce jeudi par La Libre et le blog MoneyStore. « L’année passée à la même époque, nous avions tout faux sans que ce soit de notre faute. Nous avions prévu une année de transition avec un focus sur le résultat des élections américaines. La pandémie, ce facteur exogène, a provoqué la baisse exagérée des marchés suivie d’un vif rebond. Cela nous a surpris », reconnaît Georges Hübner.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Optimisme modéré pour l’économie et les marchés en 2021 »

Infographie du mois : Comparaison des rendements de différents actifs sur 35 ans

Un dessin vaut parfois mieux qu’un long discours ! MoneyStore vous présente chaque mois un graphique ou une infographie illustrant un sujet économique. Ce mois-ci, nous vous présentons des infographies montrant les rendements historiques par catégories d’actifs entre 1985 et octobre 2020.

Les investisseurs ont le choix entre différentes formes de placements. Des obligations aux actions en passant par les SIR ou l’or, il est souvent difficile de faire un choix. Ce choix est trop souvent influencé par les seules performances de ces actifs. Les investisseurs se demandent alors s’il existe une classe d’actif qui surperforme les autres sur le long terme.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Infographie du mois : Comparaison des rendements de différents actifs sur 35 ans »

Hit-parade des fonds : Le Brésil touché par la pandémie mais résilient à long terme

@Pexels

Depuis le début de l’année 2020, les fonds investis en actions brésiliennes n’ont pas bien performé. Selon les données fournies par Quantalys, les fonds investis en actions sur le Brésil ont perdu près de 42% de leur valeur depuis le début de l’année. Sur la même période, les fonds investis sur les marchés sud-américains ont enregistré une sous-performance de 35%. Il faut dire que, dans cette zone géographique, le Brésil est un poids lourd. Le Brésil est le principal marché de la gestion d’actifs en Amérique latine. Il est évalué à 8.600 milliards de reals brésiliens (soit 2.100 milliards de dollars) au 31 décembre 2019.

Ce marché a souffert plus particulièrement de la crise du coronavirus.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Hit-parade des fonds : Le Brésil touché par la pandémie mais résilient à long terme »