Accord de Paris – MoneyStore

Cop27 : nouvelles promesses conditionnelles?

Par DPAM

Au cours des deux dernières semaines, tous les regards étaient à nouveau tournés vers la Conférence annuelle des Parties sur le climat, la 27ème du genre. Il n’est malheureusement pas surprenant qu’une certaine constance soit maintenue dans toutes les conférences à savoir un manque de promesses et d’engagements ambitieux.

Trois questions-clés étaient sur la table avant la COP. Qu’en est-il à la clôture de celle-ci ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Cop27 : nouvelles promesses conditionnelles? »

Où en est-on dans le « say on climate » ?

Par Ophélie Mortier, DPAM

Nous en avions parlé dans le blog du 24 juin 2021, les résolutions à l’assemblée générale des entreprises sur le « say on climate » continuent à s’amplifier. Elles ont été un sujet majeur de la saison de vote 2022.

 

Pour rappel, le « Say on Climate » est une résolution qui figure à l’ordre du jour des assemblées générales. Elle peut être déposée par l’entreprise elle-même ou par ses actionnaires, afin que ces derniers votent chaque année sur la politique climatique des sociétés cotées et assurent ainsi un dialogue permanent autour des défis écologiques. La société espagnole Ferrovial était à l’avant-garde. Depuis lors, la demande n’a cessé d’augmenter.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Où en est-on dans le « say on climate » ? »

Les émissions de carbone devraient encore diminuer en 2022

Par NNIP

Encouragées par les obligations réglementaires et les attentes sociétales, de plus en plus d’entreprises fixent des objectifs de réduction des émissions conformes à l’Accord de Paris.

 

Selon un modèle de prévision carbone développé par NN IP, les entreprises devraient publier des progrès significatifs en matière d’émissions de carbone en 2021. Ce modèle, qui récolte les données de plus de 4.000 entreprises mondiales, indique que l’intensité carbone agrégée devrait avoir diminué de 6,4% sur l’ensemble de l’année. Pour les entreprises qui publient des informations depuis l’Accord de Paris (à partir de 2016), l’intensité carbone moyenne devrait avoir baissé de 8,7% durant la même période. L’intensité carbone moyenne devrait ainsi être redescendue à son niveau le plus faible depuis l’Accord de Paris.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les émissions de carbone devraient encore diminuer en 2022 »

Que signifie la présidence de Joe Biden pour l’enjeu climatique mondial ?

@Pexels

Par Vincent Juvyns, Global Market Strategist. J.P. Morgan Asset Management

L’élection de Joe Biden a alimenté les espoirs d’un renforcement de la dynamique mondiale en faveur de la lutte contre le changement climatique. Cette lutte a été l’une des principales promesses de campagne de Joe Biden et, selon les sondages, la principale raison pour laquelle 74 % de ses électeurs ont voté pour lui1.

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Que signifie la présidence de Joe Biden pour l’enjeu climatique mondial ? »

Finance, climat et pragmatisme

@Pexels

Par Coline Pavot, Responsable ISR à la Financière de l’Echiquier

Alors que 2020 se classe parmi les trois années les plus chaudes jamais enregistrées, la thématique du climat a été, ces derniers mois, de toutes les annonces. Des élections américaines aux plans de relance européens, en passant par les engagements de neutralité carbone des principales entreprises pétrolières, toutes ces annonces ont un objectif commun. Elles ont pour but de mobiliser la société dans son ensemble pour nous permettre de vivre, à l’horizon 2050, dans un monde dont l’augmentation de la température reste inférieure à 2°C. Face à ce défi de taille, la finance a un rôle majeur à jouer pour diriger, de façon pragmatique, les capitaux vers les entreprises qui façonnent le monde de demain.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Finance, climat et pragmatisme »

Chaque degré supplémentaire appauvrit les Etats-Unis

@Pexels

Par Degroof Petercam

On regrette que les États-Unis se soient retirés de l’accord climatique de Paris. Pas uniquement pour le climat, mais aussi pour l’économie américaine.

L’économie américaine est le grand perdant des conventions visant à limiter le réchauffement climatique à 2%, avait affirmé le président américain Donald Trump plus tôt cette année. Lequel s’est ensuite empressé de retirer son pays de l’Accord climatique de Paris. Il s’agit avant tout d’un « non » symbolique mais, à terme, il aura incontestablement des conséquences négatives. Le magazine Science a récemment évalué le coût économique de chaque degré de réchauffement climatique à 1,2% du produit intérieur brut américain.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Chaque degré supplémentaire appauvrit les Etats-Unis »

Accord de Paris : Trump s’isole derrière son rideau de carbone

@Pexels

Par la Banque Degroof Petercam

La décision de M. Trump de se retirer de l’Accord de Paris est avant tout un non symbolique et relève d’une décision politique voire psychologique plutôt que basée sur un raisonnement valable économique ou scientifique.

Une décision politique

En affirmant haut et fort que les Etats-Unis rejettent l’accord universel de transition énergétique, Donald Trump s’adresse avant tout à la base de ses électeurs c’est à dire une classe moyenne blanche qui avait déserté les urnes électorales, se sentant abandonnée dans des régions américaines touchées massivement par le chômage après notamment la fermeture de mines de charbon. En refusant un accord « qui brise les travailleurs et compromet l’économie américaine » Donald Trump prépare les élections de mi-mandat et veut montrer l’image d’un président de parole face à ses promesses électorales tenues.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Accord de Paris : Trump s’isole derrière son rideau de carbone »

Quelles perspectives en 2017 pour les investissements relatifs au changement climatique?

Par Degroof Petercam

Le changement climatique restera indéniablement le sujet majeur pour 2017 et ses thèmes liés tels que l’économie bas carbone ou les émissions vertes. En effet, le climat était au cœur des évènements observés en 2016.

La crise des migrants à laquelle doit faire face la majorité des pays européens est au cœur des débats politiques en Allemagne, en Turquie et autres, et est avant tout liée au climat. La Syrie a été victime d’une sécheresse dévastatrice entre 2006 et 2011 menant à l’abandon de nombreux villages par les familles syriennes du côté d’Alep et les villes du pays. Quelque 60% des terres agricoles de Syrie ont été affectées par les sécheresses des dernières années. Plusieurs provinces de Turquie sont également touchées tout comme l’Irak qui compte également d’importants migrants environnementaux.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Quelles perspectives en 2017 pour les investissements relatifs au changement climatique? »