Ils divorcèrent et eurent beaucoup … d’ennuis

Avec un taux supérieur à un divorce pour deux mariages, la Belgique fait partie des champions en la matière. Le pire n’est donc jamais à exclure… L’envisager dès le début est certainement un moyen d’en atténuer certains effets. Il est important de prendre un certain nombre de dispositions pour se protéger une fois que l’on met un terme à la vie à deux. Le contrat de mariage est l’une d’entre elles. Pour ce faire, un passage par la case notaire avant celle de l’hôtel de ville s’impose.

« Aujourd’hui, on constate qu’il y a un plus grand équilibre entre les hommes et les femmes. Les couples qui se présentent devant le notaire sont plus équilibrés en termes de travail, de revenus et les femmes sont plus averties, ce qui n’était pas le cas il y a 20 ou 30 ans » affirme Maître Marc Van Beneden, Notaire. Les jeunes couples prévoient aussi davantage les situations qui peuvent survenir dans une vie à deux. L’interruption de carrière de la femme est envisagée, de même qu’une éventuelle rupture du couple. Mais comment prévenir les inévitables dégâts que peuvent engendrer les aléas de la vie ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Ils divorcèrent et eurent beaucoup … d’ennuis »

En attendant les “profit warnings”…

Alors que les indicateurs avancés se détérioraient rapidement entre mars et juin 2011, les analystes financiers continuaient d’être optimistes. Depuis, le contexte macro économique s’est fortement dégradé, les analystes financiers ont révisé en baisse leurs estimations de bénéfices mais ils restent néanmoins trop optimistes.

Le consensus des analystes « sell side » continue d’attendre une croissance des bénéfices de 7 % pour cette année et de 13 % pour 2012. Ces hypothèses apparaissent irréalistes en l’état. Elles apparaissent d’autant moins crédibles que les hypothèses de marges opérationnelles sont encore plus optimistes avec une attente d’amélioration de la marge opérationnelle de 0,50 % alors qu’elles sont déjà très élevées. Une croissance organique anémique entraine un effet de levier opérationnel négatif.

Continuer la lecture sur Moneystore de « En attendant les “profit warnings”… »

European Rating Agency : Une agence de notation européenne et … indépendante !

Les consultants Roland Berger Strategy développe une initiative novatrice en matière de rating : la création et le développement d’une agence européenne de rating indépendante. Actuellement, les agences de notation anglo-saxonnes (S&P, Moody’s et Fitch) constituent un véritable monopole qui dicte sa loi sur les marchés. On se souviendra que, durant la crise de 2008, elles n’ont pas décelé le problème lié à Lehman Brothers. Aujourd’hui, elles jouent un rôle prépondérant sur les marchés financiers en publiant des notations sur les dettes souveraines et les institutions financières européennes. En marge de cette position oligopolistique, ces sociétés sont très souvent amenées à donner des notations sur des sociétés qui les financent ou à octroyer des notations sur des produits pour lesquels elles ont participé à la conception.

Une réglementation européenne avait déjà tenté d’assainir le secteur et, aujourd’hui, c’est une initiative concrète qui voit le jour. Continuer la lecture sur Moneystore de « European Rating Agency : Une agence de notation européenne et … indépendante ! »

Qu’est-ce que MiFID ?

Depuis le 1er novembre 2007, de nouvelles règles sont entrées en vigueur relatives aux investissements : ce sont les règles qui résultent d’une directive européenne appelée MiFID (Markets in Financial Instruments Directive).

Cette directive vise à assurer une meilleure protection de l’investisseur. Les règles MiFID sont instaurées pour conduire les investisseurs vers les produits financiers qui leur sont les plus adaptés et pour éviter que des personnes très conservatrices, par exemple, investissent dans des produits très risqués. Les règles MiFID s’appliquent quand un client est en conseil ou en gestion de fortune auprès d’institutions financières (banques ou sociétés de bourse). Dans ce cas, il y a lieu d’établir le profil de l’investisseur, la photographie de ce qu’il est et de ce qu’il veut en tant qu’investisseur et de l’interroger sur son expérience, ses connaissances, ses objectifs et sa situation financière. Elles ne s’appliquent pas aux transactions simples sur les plate-formes en ligne car ces opérations relèvent de l’exécution simple sans conseil.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce que MiFID ? »

Une retraite à quatre piliers

Quels moyens seront à notre disposition lorsque nous atteindrons l’âge de la pension ? C’est la question que chaque citoyen du Royaume se pose. En effet, le déséquilibre entre personnes actives et inactives est de plus en plus important de sorte qu’il est de plus en plus difficile de financer les pensions. Non seulement, celles de nos aînés aujourd’hui mais également les nôtres et celles de nos enfants demain.

  • Ceci concerne en réalité le premier pilier des pensions: la pension dite légale, à savoir la somme que l’Etat verse à toute personne active ayant atteint l’âge de la pension, âge remis régulièrement en question justement dans le cadre de la problématique des pensions. Le montant versé dépend du nombre d’années effectivement prestées par l’employé ainsi que de la hauteur de ses revenus. Il s’agit certainement du point le plus délicat lorsque l’on parle de la problématique des pensions. Bien que, là encore, certains s’en plaindront moins que d’autres : sans aller trop dans le détail ici, sachez qu’un fonctionnaire touche une pension bien plus importante qu’un indépendant. Mais, rétorquerez-vous, n’existe-t-il pas des solutions à ce problème ? Il y a en effet différentes alternatives pour financer sa pension.
  • Continuer la lecture sur Moneystore de « Une retraite à quatre piliers »

La Revue : Les pays émergents d’Europe de l’Est et d’Asie souffrent aussi de la crise

La plupart des pays émergents d’Europe de l’Est et d’Asie sont revenus à des niveaux de croissance plus faibles avec un taux de croissance anticipé pour 2011 de 4.3%. Les problèmes des dettes souveraines en Europe ont un impact sur les pays émergents. Dans une économie globalisée, si l’Europe Occidentale tousse, les émergents s’enrhument aussi. Pourquoi ? « L’Europe de l’Est et la région d’Asie Centrale sont particulièrement dépendantes de l’Europe Occidentale à la fois en tant que source d’exportation mais aussi sous un aspect financier comme source de placements. La région a des liens financiers très forts avec les pays d’Europe de l’Ouest qui ont été la source de la croissance dans cette région du monde mais qui sont, aujourd’hui, une source de vulnérabilité », souligne Philippe Le Houérou, Vice-Président pour l’Europe et la région d’Asie Centrale à la Banque Mondiale.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La Revue : Les pays émergents d’Europe de l’Est et d’Asie souffrent aussi de la crise »