Que penser des obligations émergentes?

Alors que l’Europe est confrontée à de nombreux challenges à la fois politiques et économiques (ralentissement de la croissance, nécessité d’un accord sur une politique économique commune…), les pays émergents continuent d’afficher une santé insolente. Ainsi, les risques d’inflation semblent avoir été contrôlés et la volatilité s’est réduite. Les perspectives pour 2012 sont maintenant bien plus solides pour ces pays grâce au renforcement de la demande domestique, aux importantes réserves de liquidités amassées et à l’évolution de la démographie.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Que penser des obligations émergentes? »

Las de l’aversion pour le risque

Les réunions clients auxquelles j’ai assisté ces derniers jours à Paris, Helsinki et Vienne m’ont donné l’impression d’une certaine « lassitude » de l’aversion pour le risque, ce que confirme l’évolution récente des marchés. Divers facteurs entrent en jeu à cet égard. Ainsi, les marchés adoptent le principe de « pas de nouvelles, bonne nouvelle » concernant la zone euro. Plus fort encore : les notations de plusieurs pays ont été abaissées ? Pas de problème ! L’Allemagne serait, paraît-il, peu encline à rehausser les moyens du FESF ? Pas de problème ! Et ainsi de suite… Il ne fait aucun doute que les marchés prennent de plus en plus conscience que la décision de la Banque centrale européenne d’accorder aux banques des liquidités d’un montant de près de 500 milliards d’euros sur 3 ans était particulièrement intelligente : les banques peuvent ainsi utiliser ces fonds si elles ne parviennent pas à refinancer leur propre dette à l’échéance ou pour acheter des obligations d’État. Que constate-t-on à présent ? Continuer la lecture sur Moneystore de « Las de l’aversion pour le risque »

Le Belge aime l’épargne… aussi pour ses enfants !

Le Belge est une vraie fourmi, un champion en matière d’épargne. Le taux d’épargne des ménages belges a atteint son plus haut niveau depuis le début de l’année 2010 avec un taux de 17,2% brut. Alors que leur revenu disponible augmentait de 2% au cours du troisième trimestre 2011, les Belges ont réduit leurs dépenses d’investissement de 0,8% sur la même période.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le Belge aime l’épargne… aussi pour ses enfants ! »

Une donation de biens meubles : l’enregistrement

Les trois Régions du pays ont introduit des dispositions particulières en matière d’enregistrement de donation portant sur des biens meubles. La Région flamande fut la première, en 2004, à adopter ces mesures favorables en matière d’enregistrement de donation mobilière.

La Région Bruxelles-Capitale lui emboîta le pas en 2005 et la Région wallonne a fermé la marche en 2006.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Une donation de biens meubles : l’enregistrement »

Changement de Climat : La Chine est devenue l’interlocuteur clé pour les négociations futures

Le prolongement de la période de mise en conformité du Protocole de Kyoto (PK), décidé en Décembre 2011 à Durban, a une faible portée puisque seule l’Europe, qui représente 13% des émissions globales de carbone en 2009, s’engage à respecter les objectifs de réduction du PK. Dans ces conditions, sans démarche volontariste individuelle des pays gros contributeurs des émissions de CO2 (la Chine et le Etats-Unis), l’objectif de maintenir à 2°c le réchauffement fixé à Copenhague en 2009 semble hors de portée.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Changement de Climat : La Chine est devenue l’interlocuteur clé pour les négociations futures »

La Revue: Troubles et incertitudes

Nous voilà en 2012. Dans un contexte économique troublé, il est difficile de se diriger. Les paradigmes traditionnels de l’économie volent en éclats. «Le risque politique est désormais le principal moteur de la volatilité des marchés : l’incertitude entourant les politiques monétaires et fiscales dans la zone euro met à mal les détenteurs d’actifs à risque. Une situation encore renforcée par le fait que la capacité du système financier à «absorber» une partie du risque s’est sensiblement atténuée en raison du processus de désendettement en cours dans le secteur bancaire et des changements réglementaires qui ont accru le coût du capital. Aussi longtemps que l’Europe n’aura pas trouvé de solution crédible et collective au surendettement public dans lequel sont plongés plusieurs de ses Etats membres, l’incertitude continuera, telle l’épée de Damoclès, à menacer l’économie mondiale», estime Thierry Masset, Chief Investment Officer chez ING Belgium. La menace d’un credit crunch est bien présente en Europe en raison du nécessaire assainissement des bilans par lequel les banques vont devoir passer.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La Revue: Troubles et incertitudes »