L’assurance décès : une option pour les dirigeants d’entreprise indépendants ?

@Pexels

Par AG

Pour une entreprise, perdre son dirigeant est une épreuve. Il s’agit d’un moment difficile à la fois pour les employés et associés du défunt, mais plus particulièrement encore pour ses proches.

Du côté de l’entreprise, deux problèmes majeurs peuvent survenir :

  • La pérennité de l’activité se voit menacée.
  • Le remboursement des crédits en cours peut devenir un réel fardeau pour les associés.

Du côté des proches du défunt, la perte d’un revenu peut également avoir un impact non négligeable sur le train de vie de la famille.

Il est pourtant possible d’anticiper cette situation et de protéger à la fois l’avenir de la société et des proches du dirigeant d’entreprise en cas de décès prématuré.

Continuer la lecture sur Moneystore de « L’assurance décès : une option pour les dirigeants d’entreprise indépendants ? »

Planification patrimoniale : les besoins des particuliers et des familles fortunés évoluent

@Pexels

Par Stuart Parkinson, Group CEO, Lombard International Group

Les attentes et les besoins spécifiques des particuliers et des familles fortunés en matière de protection, de préservation et de transmission du patrimoine sont de plus en plus sophistiqués. Ils exigent de leurs gestionnaires et fournisseurs une expertise pointue associée à des prestations sur mesure, des services digitalisés mêlés à des interactions humaines, ainsi qu’une large couverture géographique. Le tout dans un contexte géopolitique changeant et en perpétuelle évolution.

 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Planification patrimoniale : les besoins des particuliers et des familles fortunés évoluent »

Est-ce possible de payer les droits de succession au moyen d’œuvres d’art ?

@Pexels

Par Sophie Slits, senior estate planner à la Banque Nagelmackers

Un passionné pour un peintre belge a acquis une belle collection de son œuvre. Mais ses enfants ne partagent cependant pas cette passion. De plus, sa collection n’irait pas avec leur intérieur contemporain. Les enfants peuvent-ils alors payer les droits de succession dus sur son patrimoine au moyen de ces œuvres d’art.

Ou, inversement, les enfants ont des œuvres d’art qu’ils ne peuvent plus mettre dans leur nouvelle maison et leurs propres enfants n’ont aucun intérêt pour cette collection. Peuvent-ils payer les droits de succession dus sur le patrimoine de leurs parents au moyen de leurs propres œuvres d’art?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Est-ce possible de payer les droits de succession au moyen d’œuvres d’art ? »

Pourquoi et comment repenser le modèle de portefeuille 60/40 ?

@Pexels

Vincent Juvyns, Global Market Strategist. J.P. Morgan Asset Management

L’un des défis les plus immédiats auxquels sont confrontés les investisseurs depuis la pandémie consiste à construire des portefeuilles résistants qui offrent des « performances décentes » compte tenu du niveau actuellement bas des rendements des obligations souveraines. Les emprunts d’État offraient auparavant des revenus et la possibilité de solides performances positives en périodes de récession et de marché baissier. Dans ce contexte, le maintien d’une exposition équilibrée aux actions et aux obligations d’État a toujours permis de bien diversifier son portefeuille.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi et comment repenser le modèle de portefeuille 60/40 ? »

Assurance décès : quelles conséquences en cas de décès du preneur avant l’assuré ?

@Pexels

Par AG

Chaque assurance décès se compose d´un preneur d´assurance, d´un assuré et d´un bénéficiaire. Si l´assuré vient à décéder pendant la durée du contrat, un capital déterminé au préalable sera versé au(x) bénéficiaire(s). Mais que se passe-t-il si le preneur décède avant l´assuré ? Quel est l´impact sur le contrat d´assurance ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Assurance décès : quelles conséquences en cas de décès du preneur avant l’assuré ? »

Pour sortir du labyrinthe des taux faibles : suivez le guide !

@Pexels

Par Deutsche Bank Belgique

En résumé :

  • Les taux d’intérêt sont au plus bas depuis plusieurs années. Une situation qui n’est pas près de changer.
  • Il existe néanmoins des solutions à rendement potentiel pour les investisseurs prudents.
  • Les produits structurés et/ou certains fonds d’investissement cherchent à générer des revenus réguliers.

Il est loin le temps où, pour avoir une certitude de rendement, l’investisseur belge prudent mobilisait son épargne dans un Bon d’État ou un bon de caisse. Le calcul était alors facile : un taux d’intérêt séduisant et fixe, une durée déterminée et un remboursement du capital à l’échéance. Malheureusement, cette époque est définitivement révolue.

Aujourd’hui, les taux sont au plus bas. Tellement bas qu’ils en deviennent même négatifs. Le 11 décembre dernier, le rendement de l’obligation gouvernementale belge à dix ans (OLO 10 ans) a atteint son plancher historique : -0,44%.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pour sortir du labyrinthe des taux faibles : suivez le guide ! »