Qu’est-ce qu’un fonds éthique, durable ou ISR ?

Initiés dans les années 30 par des groupes religieux américains, les fonds éthiques ont parcouru un long chemin. Dans la religion catholique, être riche est plutôt assimilé à une tare. Par contre, chez les protestants, la richesse favorise la charité. Dans les pays anglo-saxons, il est donc permis (et bien vu !) de gagner beaucoup d’argent car cela permet d’en donner davantage ! Traditionnellement, la culture anglo-saxonne est favorable au capitalisme et la détention d’actions par les épargnants est entrée rapidement dans les mœurs. Historiquement, des grands groupes religieux, tels que les Quakers, par exemple, détenaient des fonds importants. Dans les années trente, ces groupes se sont dit qu’il serait bon d’investir ces capitaux dans des entreprises qui n’enfreignaient pas certaines règles morales. L’investissement éthique était né.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Qu’est-ce qu’un fonds éthique, durable ou ISR ? »

L’épargnant ignore ce que la banque fait de son épargne

Une étude réalisée à la demande de la Banque Triodos en avril 2011, révèle que le Belge ignore ce que la banque fait de son épargne et où son argent est investi. Finalement, peu de gens savent comment fonctionne une banque. Pourtant, les dépôts sur les livrets d’épargne ne cessent d’augmenter et ont atteint 200 milliards d’euros en mai 2011. Il ressort de cette étude que deux personnes sur trois ne savent pas si leur épargne est affectée au financement de projets écologiques, sociaux ou culturels ou s’il est affecté à des placements en bourse ou à payer des bonus. Par contre, une information que les Belges veulent obtenir concerne le rendement de leur épargne. En effet, 69 % des personnes interrogées veulent savoir quel est le rendement exact de leur épargne alors que 57 % veulent savoir si ce rendement est attractif par rapport aux rendements offerts par d’autres banques.

Doc. Source : « ‘Mon épargne’, une étude de Fé. pour le compte de la Banque Triodos »