Climat et Afrique : Le continent des paradoxes

@Pexels

Par Ophélie Mortier, DPAM

Le continent africain, et en particulier l’Afrique sub-saharienne, est le continent des paradoxes[1].

D’une part il est le plus petit contributeur aux émissions de gaz à effet de serre de la planète (0,8 tonne par habitant). Il est aussi le continent le plus vulnérable aux conséquences dramatiques du réchauffement climatique

D’autre part, il est la proie de sécheresses impitoyables justifiant la migration de nombreuses populations. Il est aussi la victime d’inondations spectaculaires.

Enfin, on pourra également citer le paradoxe d’un manque cruel d’accès à l’électricité alors que le pays regorge de ressources et d’options en énergie renouvelable.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Climat et Afrique : Le continent des paradoxes »

Comment le secteur des assurances peut-il être plus durable ?

@Pexels

Par Xuan Sheng Ou Yong, BNPP AM

Les questions de développement durable telles que le changement climatique font l’objet d’une attention accrue de la part des compagnies d’assurance depuis qu’elles sont confrontées à un ensemble unique de défis. Les catastrophes naturelles affectent sans aucun doute davantage leur performance que celle d’autres institutions financières compte tenu de leur rôle de garants des risques immobiliers et d’investisseurs dans des actifs réels. Pourtant, une enquête récente a révélé qu’un tiers des régulateurs ne savaient pas comment les assureurs étaient préparés à réagir à l’impact du changement climatique sur leur stabilité financière.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment le secteur des assurances peut-il être plus durable ? »

Les cryptomonnaies sont-elles socialement responsables ?

@Pexels

Les cryptomonnaies font beaucoup parler d’elles. En réalité, on devrait plutôt les définir comme des crypto-actifs. En effet, elles ne sont pas des monnaies ayant cours légal. Outre leur forte volatilité, la question se pose de savoir si ces actifs sont écologiquement et socialement responsables. Peut-on alors réconcilier critères ESG et crypto-actifs ? La société de gestion Candriam s’est penché sur cette question dans une étude qu’elle a récemment publiée.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Les cryptomonnaies sont-elles socialement responsables ? »

Obligations vertes : Allier impact et rendement

@Pexels

Par NNIP

 L’année 2020 pourrait bien s’avérer être un tournant pour l’investissement responsable. Une année où le Covid-19 nous a amené à rétablir nos priorités et à nous concentrer sur la sécurisation de l’avenir de notre planète. Les effets du confinement ont également eu un impact positif tangible sous la forme d’un ciel clair, d’une eau plus propre, d’une baisse sans précédent des émissions de carbone et d’une réduction de la pression sur les écosystèmes naturels. Autant de tendances environnementales bénéfiques à préserver dans un monde post-pandémique.

Le rapport du GIEC change-t-il quelque chose ?

@Pexels

Par Andy Howard, Responsable mondial de l’Investissement durable chez Schroders

 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié son sixième rapport d’évaluation (AR6). Ce rapport, qui a défrayé la chronique à travers le monde, dresse un portrait sans appel de la situation à l’approche de la COP26, qui réunira les dirigeants du monde entier en vue de convenir de la suite à donner à l’action mondiale visant à relever le défi majeur de notre époque.

 

En tant qu’investisseurs internationaux, la voie à suivre est claire. Le dernier rapport du GIEC souligne l’ampleur du défi à venir et insuffle un nouvel élan à l’action politique et à la pression sociale, mais ne modifie en rien la destination finale.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Le rapport du GIEC change-t-il quelque chose ? »

Tour d’horizon du marché des obligations labellisées « développement durable »

@Pexels

Par Matthew Welch, Responsible Investment Specialist chez DPAM

 

Le marché de la dette durable continue de croître rapidement. L’année 2020 a été très productive pour le marché obligataire durable, avec une croissance de 29%. Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessous, les obligations « sociales » ont été un élément clé de cette augmentation.

 

Cette hausse a coïncidé avec la propagation du virus COVID-19 et les problèmes sociaux qui y sont associés, comme la santé et la sécurité des travailleurs sur le lieu de travail et une augmentation du taux de chômage.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Tour d’horizon du marché des obligations labellisées « développement durable » »