Risques et opportunités sur les marchés obligataires

Surprise pour certains depuis quelques semaines : la valeur nette d’inventaire de leurs fonds obligataires a chuté, parfois fortement. Comment est-ce possible ?

Les placements en obligations sont certes plus sûrs que les investissements en actions, cependant ils renferment plusieurs risques :

  • Risque crédit (aussi appelé risque émetteur ou risque de défaut) :
    Il s’agit du risque que l’émetteur de l’obligation se retrouve en incapacité de rembourser la dette qu’il a envers le détenteur de cette obligation à l’échéance (vous avez dit Grèce ?). Ce risque s’évalue parfois sur base de la notation crédit attribuée à l’émetteur par des agences telles que Moody’s, Fitch ou S&P. On peut également avoir une idée du risque de défaut en vérifiant le prix à payer sur les marchés spécialisés pour se couvrir contre ce risque via une « assurance » (CDS ou credit default swaps). Traditionnellement, les obligations des gouvernements (sur les marchés développés) sont estimées plus sûres que les obligations d’entreprises ou les obligations émergentes – ces dernières offrant alors généralement un rendement plus important pour compenser le risque.
  • Continuer la lecture sur Moneystore de « Risques et opportunités sur les marchés obligataires »

De « California dreaming » à « California screaming »

Nous sommes dimanche après-midi et j’attends patiemment mon vol pour Miami au terminal 8 de l’aéroport JFK, à New York. Je me suis longuement promené hier dans les rues de Manhattan, avec un passage obligé par le quartier de Wall Street et une visite de Ground Zero, situé un peu plus loin. La police était présente en force en raison de la tenue d’une manifestation contre le capitalisme. « Glass-Steagall in, Obama out ! » scandaient les manifestants. La loi de Glass-Steagall (également connue sous le nom de Banking Act) est une loi des années 30, abolie en 1999, qui instaurait une incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et de banque d’investissement. La statue mythique du taureau de Wall Street était carrément entourée de barrières Nadar. Peut-on imaginer une image plus révélatrice pour illustrer un marché d’actions qui ne sait plus dans quelle direction aller ? Demain, à Miami, je participerai à un débat organisé dans le cadre du Foundations and Endowments Summit de l’IMN (il s’agit pour ainsi dire d’un rassemblement d’investisseurs institutionnels). Je donnerai ensuite un exposé sur la diversification internationale qui, vu leur « home bias » particulièrement marqué, devrait inspirer les investisseurs américains présents. Enfin, espérons-le ! Je me suis par ailleurs porté volontaire auprès du modérateur du débat pour parler de la crise dans la zone euro. Je m’attends d’ores et déjà à ce que l’on me pose les questions classiques, avec en tête celle concernant l’éventualité qu’un pays quitte la zone euro. Je qualifie ces questions de « classiques » car il est ressorti d’une enquête menée auprès d’économistes par le Wall Street Journal qu’un répondant sur deux pense qu’au moins un pays quittera la zone euro dans les deux années à venir. Pour choisir ce terme, je me base également sur les questions qui m’ont été adressées après la présentation intitulée « The debt of nations » (ce qui peut être traduit par « L’endettement des nations ») que j’ai donnée jeudi passé lors d’un congrès sur les fonds de pension au Canada : les participants y voyaient également la zone euro comme très complexe et donc à fuir. Continuer la lecture sur Moneystore de « De « California dreaming » à « California screaming » »

La Revue : Vers où se tourner ?

Les marchés s’enfoncent, les mines s’allongent et la valeur des portefeuilles fond comme neige au soleil. Nous sommes dans une situation très paradoxale où les actions sont à des niveaux très bas et les obligations d’Etat produisent de faibles rendements. Qui peut dire dans quelle direction iront les marchés ? Les analyses oscillent entre croissance molle et récession. Vers quelles valeurs peut-on se tourner ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « La Revue : Vers où se tourner ? »

La chronique audio

Revue du 25 septembre

Par Patrick Van Campenhout

La semaine écoulée a été marquée une fois encore par une volatilité terrible sur les marchés boursiers. Une volatilité qui se traduit par une chute de 3 à 4 pour-cent des indicateurs boursiers. Ca commence évidemment à faire beaucoup soit pratiquement 30 pour-cent de recul pour l’année en cours si on prend l’évolution de l’indice Eurostoxx. Inutile de dire que les investisseurs prudents en ont soupé de la Bourse : en cinq ans, ils ont perdu la moitié de leur portefeuille. Continuer la lecture sur Moneystore de « La chronique audio »

La Chronique Audio

Revue 19 septembre 2011

Par Patrick Van Campenhout

Les semaines boursières se suivent et se ressemblent depuis le début du mois d’août. Avec pour l’investisseur sage des pertes qui commencent à faire très mal. Depuis le mois de mai dernier, l’indice Eurostoxx a perdu un petit tiers de sa valeur. C’est en effet en mai que la tendance des marchés européens s’est retournée avec une accélération au milieu de la période des vacances d’été. A la base de cette grosse déprime des opérateurs : toujours la crise de la dette grecque. Continuer la lecture sur Moneystore de « La Chronique Audio »

La Revue : Ralentissement ou Récession ?

Selon les définitions, on parle de récession, lorsque le taux de croissance du PIB (Produit Intérieur Brut) diminue durant deux à trois trimestres consécutifs. Si l’on enregistre une baisse de croissance durant un trimestre suivie d’une reprise, on ne parle pas de récession mais plutôt de ralentissement de l’économie.

Durant l’été, contrairement aux prévisions, la conjoncture internationale s’est ralentie. L’arrêt de la croissance du commerce international et de la production industrielle en sont des signes évidents. En Europe, la France et l’Allemagne connaissent une stagnation de leur activité alors que la Belgique réalise une petite prouesse avec une croissance de 2,8 %. La croissance américaine s’avère quant à elle plus faible que prévu.

Alors, aujourd’hui, doit-on s’attendre à une récession ou plutôt à un ralentissement de l’économie ? Sur cette question, les avis sont partagés.

Continuer la lecture sur Moneystore de « La Revue : Ralentissement ou Récession ? »