Ode au long terme

@Pexels

Par Peter de Coensel, CIO taux fixes, DPAM

Il est peut-être temps de s’intéresser aux obligations à long terme, car elles pourraient profiter d’une victoire démocrate aux élections américaines. Les rendements nominaux à long terme des obligations peuvent, en théorie, être calculés à partir des taux réels à court terme auxquels s’ajoute la prime de terme. Cette dernière sert, pour l’essentiel, à rémunérer les investisseurs pour le risque qu’ils prennent en détenant une obligation à échéance lointaine. Lorsque l’inflation est stable, la prime de terme varie en fonction de l’augmentation attendue des taux courts. Ainsi, la hausse du rendement du 30 ans américain, qui est passé de 2,10 à 3,45% entre juillet 2016 et novembre 2018 a résulté, pour l’essentiel, des perspectives de hausse des taux courts, la Fed ayant alors normalisé ses taux directeurs dans un contexte d’inflation systématiquement inférieure aux attentes. 

Continuer la lecture sur Moneystore de « Ode au long terme »

Comment l’industrie du voyage tire l’inflation vers le bas

@Pexels

Par ABN AMRO Private Banking Belgique

La baisse des prix liés aux voyages devrait s’accompagner d’une désinflation plus large. L’inflation globale de la zone euro s’est effondrée depuis le début de l’année. La hausse globale de l’IPCH (Indice des Prix à la Consommation Harmonisé) est passée de 1,4% yoy (year on year, d’une année à l’autre) en janvier à -0,2% yoy en août. Qu’est-ce qui explique cette baisse et que nous réserve l’avenir?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment l’industrie du voyage tire l’inflation vers le bas »

Pourquoi les investissements verts sont-ils si résilients dans la crise du Covid-19 ?

@Pexels

Par Schroders

Contrairement aux crises précédentes, le thème d’investissement « changement climatique et transition énergétique » a enregistré de bonnes performances pendant la pandémie de Covid-19. On peut identifier sept tendances qui permettent d’expliquer cette résilience. C’est encourageant, cependant il faudra en faire plus pour atteindre l’objectif fixé dans l’accord de Paris sur le climat.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Pourquoi les investissements verts sont-ils si résilients dans la crise du Covid-19 ? »

Achat scindé d’un bien immobilier en Belgique : comment cela fonctionne-t-il et quelles sont les nouveautés ?

@Pexels

Par Sophie Slits, Estate planner à la Banque Nagelmackers

L’achat scindé d’un immeuble est encore, aujourd’hui, un instrument très souvent utilisé dans le cadre d’une planification successorale. L’administration fiscale a depuis quelques années cette technique dans son collimateur. Cet achat scindé est-il encore possible aujourd’hui ? Comment faire ?

Continuer la lecture sur Moneystore de « Achat scindé d’un bien immobilier en Belgique : comment cela fonctionne-t-il et quelles sont les nouveautés ? »

40 ans pour sauver la planète

@Pexels

Par Thomas Planell, Gérant-analyste chez DNCA

Devant les Nations Unies, Xi Jinping a récemment créé la surprise en révélant pour la première fois les objectifs de la Chine en matière de réduction des émissions de CO2.
Le principal émetteur de carbone atteindra son pic d’émissions en 2030. À partir de là, le pays inversera la tendance afin de devenir « carbone neutre » en 2060. Les modalités du nouveau plan sont inconnues. L’horizon de temps est lointain. L’objectif est ambitieux, mais le signal politique est fort. Les engagements chinois en matière d’écologie deviennent une arme géopolitique, une monnaie d’échange. Continuer la lecture sur Moneystore de « 40 ans pour sauver la planète »

Comment investir dans un environnement guidé par le coronavirus ?

@Pexels

Par Deutsche Bank Belgique

Bien que la voie de la reprise économique soit semée d’embûches, les bourses ont enclenché le turbo depuis leur plongeon de mars. Quelles en sont les conséquences pour les investissements ? Bien que les bourses anticipent la poursuite de la reprise, un redressement des bénéfices des entreprises et un renforcement des mesures de soutien des pouvoirs publics et des banques centrales, le contraste entre Wall Street (la bourse) et Main Street (l’économie réelle) a été frappant. Lorsqu’ils avaient établi leurs pronostics de résultats des sociétés pour le deuxième trimestre, les analystes n’avaient pas fait preuve d’un optimisme démesuré. Dès lors, rares sont les sociétés à avoir déçu par rapport à ces attentes, ce qui a agréablement surpris les investisseurs et a donné un coup de fouet supplémentaire aux marchés.

Continuer la lecture sur Moneystore de « Comment investir dans un environnement guidé par le coronavirus ? »