Le logement : une bombe sociale à retardement ?

 

 

 

 

 

 

Pour sa neuvième édition, l’Economic Prospective Club a décidé de se pencher sur les aspects économiques et sociaux du logement. En effet, le logement occupe une place centrale dans la vie des gens mais aussi dans l’espace public. Il est au cœur des préoccupations comme la dignité, la santé, la sécurité et le lien social. Il peut également contribuer de manière significative à la solidarité sociale, à la durabilité environnementale et à la stabilité économique. Les dirigeants politiques ont donc une responsabilité dans l’offre, le maintien, l’entretien ou encore l’accessibilité au logement.

 

Offre et demande

 

Les prix des logements ne cessent de croitre entrainant dans leur sillage une hausse des loyers. Cette tendance, même si elle connaît un léger ralentissement après la crise du Covid, va être soutenue par l’inflation. Certaines tranches de la population éprouvent donc des difficultés pour accéder à un logement décent. Cet accès à un logement décent devrait alors être inscrit parmi les priorités.

 

Outre le niveau des revenus, l’offre et la demande de biens immobiliers dépend essentiellement de la démographie et de la taille des ménages. Or, on constate que certains logements sont surpeuplés, alors que d’autres sont beaucoup trop grands au regard de la taille du ménage. On peut certainement être critiques par rapport à certains aspects du logement en Belgique. Cependant, il faut reconnaître que la Belgique est, parmi d’autres pays, plutôt bien positionnée en matière de la qualité de ses logements.

 

D’autres enjeux

 

Nous devons aussi être conscients que nous ne vivrons plus demain comme nous vivions hier ou aujourd’hui. Nos façons de travailler, de se déplacer, de consommer, de se loger évoluent rapidement et radicalement. Il est venu le temps où il faudra revoir aussi nos façons d’habiter. De nouvelles formes d’habitats émergent et méritent certainement le détour.

 

Faut-il alors privilégier une forme d’accès au logement plutôt qu’une autre ? Faut-il mettre l’accent sur la propriété ou sur la location ? Faut-il revoir aussi la conception même des habitations ? Il est frappant de voir que, dans l’imaginaire collectif, la représentation de « la maison » se fait encore sous la forme d’une maison quatre façades et, souvent, avec une cheminée qui fume. Cette représentation interpelle quand on sait qu’encourager la construction de maisons quatre façades est une ineptie au niveau économique et environnemental.

 

L’accès au logement passe aussi par les crédits hypothécaires dont la lourdeur incite à une révision en profondeur. Du côté de la location, la mise à disposition de logements sociaux aux personnes démunies révèle des déficiences qui créent des discriminations importantes entre les ménages.

 

Etat des lieux et propositions

 

Après avoir fait un état des lieux de la situation, cinq économistes se sont penchés sur les aspects économiques et sociaux du logement. Sans avoir la prétention de trouver « la solution » à tous les problèmes, ils émettent des propositions concernant l’acquisition, la location, la taxation mais aussi la durabilité de l’habitat. En effet, parmi tous les efforts à mener vers la transition énergétique, une bonne gestion énergétique de l’habitat constitue un enjeu fondamental.

Les propositions couvrent l’aspect fiscal mais prévoient aussi une reformulation des aides au logement, un réaménagement de l’espace bâti ou encore une révision de la formation des loyers.

 

Dans certains cas, les propositions émises supposent un changement radical dans les conceptions ou les mentalités relatives à notre façon d’habiter, de se loger. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre plus large des changements de société qui impacteront tous les aspects de la vie quotidienne. C’est dans ce cadre élargi, que de nouvelles façons d’envisager le logement devraient s’inscrire.

 

Toutes ces mesures proposées doivent s’envisager conjointement avec des structures d’accompagnement des propriétaires dans l’ensemble de leurs démarches administratives.

 

Ces pistes de réflexion envisagées, comme un ensemble cohérent, devraient alors conduire à une politique du logement équitable, durable et soutenable dans le temps. L’ensemble de ces propositions ne doivent pas se concevoir comme des diktats mais plutôt comme des propositions et des réflexions qui sont portées dans le débat public.

 

Pour en savoir plus sur cet état des lieux et sur les propositions formulées, consultez gratuitement sur MoneyStore le document

Pistes et éclairages économiques – Loger à bonne enseigne : Pistes pour une meilleure politique du logement

 

Interviews video de deux intervenants : Etienne de Callataÿ et Philippe Defeyt

Consultez aussi sur MoneyStore :

Qui sont les pauvres aujourd’hui ?

Bulles immobilières, quelles sont les villes qui sont le plus en risque ?

Quand l’immobilier s’adapte aux évolutions démographiques

Lien vers l’ensemble des travaux de l’Economic Prospective Club

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.