Infographie du mois : Quels sont les pays les plus endettés ? Quel futur pour ces dettes publiques ?

Chaque mois, MoneyStore publie une infographie sur un sujet économique d’actualité. Ce mois-ci, nous vous présentons une infographie reprenant l’importance des dettes publiques par rapport au Produit Intérieur Brut (PIB) des pays. Cette mesure de la dette publique par rapport au PIB est généralement considérée comme un bon indicateur économique. Le PIB donne, en effet, une idée de la capacité dont dispose un pays à rembourser sa dette.

 

Dans ce domaine, le Japon remporte, sans surprise, la première place des pays les plus endettés. En effet, sa dette publique dépasse 250% du PIB. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Est-ce une situation préoccupante ? Ces dettes sont-elles remboursées ?

 

 

Source: Visual Capitalist  (All data used in our visualization was extracted from the World Economic Outlook Report (October 2021 Edition) and The World Bank.

 

Bons et mauvais élèves

 

En matière d’endettement, certains pays sont plus mauvais élèves que d’autres. On constate ainsi que la Belgique a une dette publique qui équivaut à plus de 100% de son PIB alors que la dette de son voisin néerlandais n’atteint que 58% de son PIB.

 

« En général, on constate que les pays qui ont une dette publique importante sont des pays dont la population est vieillissante comme le Japon, par exemple. Ce sont aussi des pays en guerre ou qui ont connu des troubles intérieurs sévères. Pour la Belgique, nous avons encaissé la crise de 2008 et la crise du Covid. Cela aurait dû entraîner une hausse temporaire du déficit public et donc de la dette pour financer ce déficit. Mais le caractère temporaire laisse sceptique. La Belgique nous a habitués à ce type de scénario dès les années 70 et 80. On a vu alors une véritable explosion de la dette publique », souligne Luc Leruth Economiste, Chercheur associé à l’Université de Clermont-Ferrand.

 

Quid du remboursement de ces dettes ?

 

Avec une dette de 250% du PIB, il faudrait que tous les Japonais travaillent durant deux ans et demi uniquement pour rembourser leur dette publique. « C’est bien sûr une vue de l’esprit. En effet, généralement, ces dettes ne sont pas remboursées. Elles sont alors refinancées par de nouveaux emprunts émis sur les marchés. Il faut aussi être conscients que, chaque année, l’Etat doit assurer le service de la dette. Tous les ans, il doit payer la charge d’intérêt attachée aux emprunts. Il faut donc voir à quel taux d’intérêt les Etats se refinancent », ajoute Luc Leruth.

 

Quand un pays a une dette publique très importante, on estime alors qu’une génération décide de vivre mieux en imposant aux générations futures le service de cette dette. Cette dette est détenue, à travers les emprunts émis, par des institutionnels comme les fonds de pension, par d’autres Etats, par des sicav et, donc, aussi indirectement par des investisseurs individuels.

 

Et demain ?

 

Un rapport du Fonds monétaire international (FMI) montre qu’au moins 100 pays devront réduire leurs dépenses en matière de santé, d’éducation et de protection sociale. En outre, 30 pays du monde en développement présentent des niveaux élevés de surendettement, ce qui signifie qu’ils éprouvent de grandes difficultés à assurer le service de leur dette.

 

Un haut niveau de dette publique rend un pays vulnérable aux chocs futurs. « Avec une population vieillissante et une hausse des taux d’intérêt, les chocs se marqueront sur les pensions, la sécurité sociale mais aussi sur d’autres dépenses comme, par exemple, le démantèlement des centrales nucléaires. Les prévisions concernant les dettes publiques sont pessimistes en raison de la hausse des taux d’intérêt », souligne cet économiste.

 

Il faut aussi être conscients que les crises seront de plus en plus fréquentes à l’avenir. Il faudra donc ajuster le niveau des dettes publiques par des politiques fiscales et budgétaires adéquates. « Les plus fortes dépenses concernent les soins médicaux, les pensions, la fonction publique, l’enseignement. La dette a un fort impact intergénérationnel. Aujourd’hui, on finance certaines personnes sur le dos d’autres personnes. On laisse aussi des ardoises à nos enfants. Les dettes publiques entraînent donc également un problème éthique », prévient Luc Leruth. Il est alors nécessaire d’engager un processus d’éducation des populations des différents pays pour expliquer l’origine des dettes publiques ainsi que leur incidence présente et future sur les économies et les systèmes de protection sociale de ces pays.

 

Consultez aussi sur MoneyStore :

Quels sont les pays les plus gros producteurs de gaz naturel? 

Qu’est-ce que la dette publique ? Et le déficit public ?

Qu’est-ce que le quantitative easing ?

Plaidoyer pour une révision de la protection sociale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.