Comment investir dans le métavers ?

L’investissement dans le métavers peut s’envisager sous divers angles. Un tel placement doit être considéré comme un placement à risque et ne s’envisager que dans le cadre d’une diversification.

A l’instar des mines d’or qui fleurissaient aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle, il y a deux manières d’envisager l’investissement dans le métavers. Soit on investit dans le matériel utilisé par les mineurs, soit dans les mines elles-mêmes. On se souviendra alors que ceux qui ont fait fortune à l’époque sont ceux qui ont vendu les pelles et les outils aux chercheurs d’or et non ceux qui s’échinaient à extraire de l’or.

 

Aujourd’hui, on peut donc aborder l’univers d’investissement des métavers soit en considérant l’environnement technologique de ce concept, soit en investissant directement dans ces univers virtuels.

 

Entreprises liées aux métavers

 

Pour essayer de tirer profit du développement des métavers, on peut investir dans des actions cotées en bourse d’entreprises liées au métavers, comme celles du secteur des jeux, par exemple. Les opportunités qui se présentent le sont à la fois en termes de biens mais aussi de services. On peut citer ici les casques de réalité virtuelle qui sont de plus en plus amenés à prendre de l’importance au quotidien mais aussi les semi-conducteurs et serveurs qui doivent gérer les logiciels. Dans le domaine des services, on peut épingler les développements importants de logiciels et évidemment les services associés comme leur sécurité et leur intégration dans un contexte légal, comptable.

 

« Nous sommes convaincus que tout cet univers offre un large éventail d’opportunités d’investissement numérique. Les secteurs tels que l’e-commerce, les jeux vidéo, les réseaux sociaux, la santé et le sport numériques, l’éducation en ligne, les divertissements en ligne et les plateformes de travail devraient bénéficier de l’expansion du métavers et améliorer la monétisation grâce à des taux de rétention supérieurs, à une meilleure expérience utilisateur et à la fidélité des clients. Nos top picks seraient Snapchat, un pure play pour les communautés virtuelles GenZ, Adobe pour leur technologie logicielle 3D, Meta et Microsoft, ces deux derniers prévoient de faire des investissements substantiels tels que l’annonce récente de Microsoft sur l’acquisition d’Activision Blizzard.  En Chine, Tencent et Netease semblent être les mieux positionnées grâce à leurs propriétés intellectuelles liées aux plateformes de jeux. Le temps nous dira comment l’écosystème évoluera avec le Web3, mais nous voyons déjà l’infrastructure de jeu jouer un rôle important dans le métavers aujourd’hui », estime Anjali Bastianpillai, Senior Client Portfolio Manager chez Pictet AM.

 

Exemples concrets

 

Voici quelques sociétés qui pourraient bénéficier du développement des métavers. Dans ce domaine, Microsoft semble être un incontournable. Microsoft développe des produits qui sont considérés comme essentiels pour les consommateurs et les entreprises. Le récent succès de Meta Platforms (anciennement Facebook) réside dans la fourniture d’un service qui aide les gens à rester connectés avec leurs amis et leurs proches. Dans le domaine des fournitures, on peut aussi épingler certaines entreprises de semi-conducteurs. « Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) est le plus grand fabricant de puces sous contrat au monde. Grâce à une technologie supérieure associée à une exécution opérationnelle solide, TSMC détient désormais près de 80 % des parts de marché pour la production de puces de pointe. La société a déclaré qu’elle prévoyait d’investir 100 milliards de dollars au cours des trois prochaines années pour augmenter la capacité de ses usines. Le président de la société s’attend à ce que le métavers crée des opportunités massives pour l’industrie des semi-conducteurs et prédit que les appareils de réalité augmentée et de réalité virtuelle pourraient éventuellement remplacer les smartphones et les ordinateurs personnels », épingle Martyn Hole, investment director chez Capital Group.

 

Dans le secteur des logiciels, Adobe devrait pouvoir profiter de la création d’objets tridimensionnels pour le métavers, mais aussi de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle. Il va également développer la technologie permettant de s’assurer de l’authenticité des NFT et des vidéos d’actualité. Le chinois Tencent prend aussi des parts dans les jeux vidéo qui sont à la base de la création des métavers. Il ne faut pas oublier les sociétés de paiement qui permettront de régler les achats dans les univers virtuels, comme Paypal, par exemple. « L’entreprise travaille également avec certaines des plus grandes plateformes et développeurs de jeux, comme Fortnite, Blizzard et Nintendo, pour permettre aux utilisateurs d’effectuer des achats in-app de manière rapide et sécurisée », ajoute Martyn Hole.

 

Pour les investisseurs qui ne veulent pas investir dans des sociétés individuelles, il existe des fonds et des ETF (Exchange traded funds) cotés en bourse qui permettent d’investir de façon diversifiée dans plusieurs sociétés.  L’ETF Roundhill Ball Metavers ETF investit notamment dans Nvidia, Microsoft, Meta, Roblox, Unity. La société d’asset management AXA IM vient de lancer un fonds « qui vise à investir dans des opportunités liées au métavers via des entreprises jouant un rôle dans la convergence entre les mondes numérique et physique ». Ce fonds vise à investir dans quatre grands thèmes liés au métavers : le gaming, le socialising (création de contenus, interface utilisateur et interactions sociales), le working et l’enabling (facilitateurs technologiques). Selon cette maison de gestion, l’univers d’investissement de ce fonds se compose de 250 titres parmi lesquels les gestionnaires feront leur sélection. Le fonds investit dans 46 entreprises.

La gestionnaire de ce fonds prévoit que l’univers d’investissement s’élargira au fil du temps. Elle entrevoit beaucoup de possibilités d’avenir dans ce domaine. « Notre travail est donc d’identifier les entreprises qui, sur le long terme, seront les grandes gagnantes de cette thématique de croissance de long terme. Si l’on regarde certaines données, Gartner (société réputée de recherche et de conseil technologique de Stamford) prévoit que 25 % des personnes passeront au moins une heure par jour dans le métavers d’ici 2026. Si l’on regarde en particulier la thématique du travail, Bill Gates (fondateur de Microsoft) prédit que d’ici 2 à 3 ans, la plupart des réunions d’affaires se dérouleront dans le métavers. Ainsi, plutôt que de dépenser des milliers de dollars en frais de déplacement et d’hébergement, tout pourra techniquement se réaliser en étant « assis face à face » à l’intérieur du métavers », explique Pauline Llandric, gérante du fonds AXA WF Métaverse

 

Investir dans le métavers

 

Il est également possible d’investir directement dans le métavers. « Une fois que l’infrastructure sous-jacente aura été construite et que les plateformes auront été peuplées d’utilisateurs, nous nous attendons à ce que les expériences et les biens du monde réel soient numérisés dans des mondes virtuels. Cela présente des opportunités dans d’autres secteurs axés sur la consommation », précise Matthew Ball, spécialiste du capital-risque chez Invesco.

 

On peut alors investir, par exemple, dans l’immobilier du métavers par le biais de NFT ou de jetons du métavers tels que Decentraland (MANA) et Axie Infinity (AXS). Après avoir acquis ces terrains, on peut les mettre en location et en tirer un revenu. « Vous pourrez ensuite y construire, louer ou revendre des terrains ou bâtiments. Vous pouvez aussi investir au travers de plateformes d’échange de cryptomonnaies proposant les crypto-actifs utilisés sur chaque métavers », explique Marc Toledo, Managing Director de Bit4you.

Au cours des cinq derniers mois, les ventes de terrains dans le métavers ont connu une hausse étonnante de 1000 %, et l’on estime que le secteur doublera en 2022[1].

Source : BanklessTimes

 

 

A noter encore que si la plupart des projets du métavers reposent sur les cryptomonnaies, cela suppose une exposition à l’évolution de ces cryptomonnaies.

 

Parmi les autres possibilités de monétisation, on peut aussi citer la vente de marchandises sur les plateformes ou lors d’événements virtuels. Certains basent aussi leurs gains sur les jeux dans le métavers. « Les jeux “Play to Earn” sont l’un des moyens les plus connus de gagner de l’argent dans le métavers. Des joueurs d’Asie du Sud-Est gagnent leur vie en jouant à des jeux basés sur la blockchain, Snoop Dogg commence à organiser des fêtes virtuelles et les artistes ont une nouvelle façon de gagner de l’argent. En termes simples, le métavers est un royaume virtuel dans lequel presque tout et n’importe quoi est possible », peut-on lire sur le site le concept marketing[2]. Une mise en garde et une nuance s’imposent cependant : dans ce cas, il n’est plus question d’investissements mais plutôt de jeux.

 

La construction et l’expansion des métavers ne se fera probablement pas du jour au lendemain et il est difficile de déterminer aujourd’hui avec clarté quelles seront les entreprises qui émergeront vraiment dans ce domaine.

 

 

Consultez sur MoneyStore le dossier complet « Métavers : enjeux, risques et opportunités d’une réalité en devenir », par Brigitte Doucet, Responsable du site Regional IT et Isabelle de Laminne, Responsable du blog MoneyStore.be

 

 

Consultez aussi sur MoneyStore

Métavers : le la finance traditionnelle à la finance virtuelle

Métavers : Quelles activités et quelles industries seront concernées ?

Acheter et vendre dans le métavers : Opportunités et risques

Consultez aussi sur Regional IT

Métavers : La marché du travail réinventé

Métavers : Nouveaux métiers et compétences

Tout un champ de possibles encore à évaluer

 

[1] Source: Bankless Times

[2] https://leconceptmarketing.com/comment-gagner-de-largent-dans-le-métaverse-le-top-10-des-idees/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.