Les ETF peuvent aussi être actifs !

Traditionnellement, on associe les ETF (exchange traded funds) à la gestion passive. On les relie alors aux trackers qui sont des fonds cotés en bourse qui suivent (traquent) les indices boursiers. Or, dans cette gamme de produits, il existe une variété de fonds différents. Il y a les ETF passifs, les ETF smart bêta et des ETF actifs. Les ETF actifs sont des fonds gérés de façon active mais qui sont cotés en bourse comme les ETF passifs. Les termes ETF et gestion passive ne sont donc pas des synonymes. Eclairage avec Olivier Paquier, Head of EMEA ETF chez JPMorgan AM.

 

Une demande et une offre bien présente

 

On assiste actuellement à un réel engouement pour les ETF. « Il s’agit davantage d’une accélération plutôt que d’une évolution. Les premiers ETF sont apparus dans les années 90 aux Etats-Unis. A la fin de l’année 2021, il existait 9.877 ETF cotés en bourse. On a assisté durant 31 mois consécutifs à des entrées nettes de capitaux dans cette classe d’actifs. Cette classe s’élève aujourd’hui à 10.270 milliards de dollars », précise Olivier Paquier.

 

Cette accélération de la demande pour les ETF s’explique principalement par trois facteurs. Le premier facteur se situe du côté de la demande en matière d’innovation. Les investisseurs sont demandeurs d’expositions plus précises et innovantes qui leur sont adaptées. On citera ici les investissements thématiques, les ETF actifs ou les fonds ESG cotés.

 

Les deux autres facteurs se situent du côté de l’offre. En effet, l’offre de produits répond à cette demande avec un nombre croissant d’ETF alignés sur les indices de référence de la transition climatique de l’Union européenne et de Paris ou des produits liés à des objectifs annuels spécifiques de réduction des émissions. On assiste aussi à un augmentation spectaculaire du nombre de nouveaux ETF actifs depuis leur apparition en 2008. « Du côté des ETF actifs, l’offre s’adapte aussi avec des produits qui sont plus nombreux que les fonds communs de placement actifs en 2020 et 2021.Les ventes nettes des ETF actifs ont été impressionnantes, les flux nets de 2021 étant près de trois fois supérieurs à ceux de 2019 », note Olivier Paquier.

 

Avantages et mythes cassés

 

Quels sont les avantages des ETF actifs ? Le fait que ces fonds soient cotés en bourse leur offre une très grande transparence et une grande liquidité. « A tout moment vous pouvez connaître la composition totale, exacte et journalière de votre fonds. Ces ETF sont aussi très agiles. Ils offrent la possibilité de cotations multiples, de classes d’actions multiples, d’expositions aux devises et aux couvertures. Leur structure de coûts n’est pas très éloignée de celle des ETF passifs. Ils permettent de dégager une surperformance par rapport aux indices grâce à une gestion efficace des risques et des rendements », souligne ce gestionnaire.

 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces fonds cotés actifs ne démontrent pas seulement leur intérêt dans des marchés restreints. Ils dégagent également des belles performances dans des marchés plus larges comme l’Eurozone, l’Asie et les marchés émergents ou même sur un indice mondial, par exemple.

 

Un autre mythe consiste à penser que ce type de fonds cotés en bourse n’est utilisé que par un nombre limité d’investisseurs. « Or, on constate que cette classe d’actifs est présente dans les portefeuilles des institutionnels, des compagnies d’assurance, des fonds de pension mais aussi des investisseurs particuliers », ajoute Olivier Paquier. Ces fonds ont leur place dans les portefeuilles comme outils de diversification. Ils ne sont pas des « clones » des fonds traditionnels des maisons de gestion. Ils permettent d’accroitre la liquidité du portefeuille tout en générant de l’alpha (du rendement). C’est aussi une façon d’intégrer la notion d’ESG en portefeuille. L’offre d’ETF qui ont une approche ESG ne fait d’ailleurs que se renforcer. Les fonds cotés actifs peuvent donc entrer dans des portefeuilles diversifiés avec une optique de long terme. A noter encore que chez JP Morgan AM, ces ETF actifs ne pratiquent pas le prêt de titres.

 

Consultez aussi sur MoneyStore

Qu’est-ce que la gestion smart bêta ?

ETF et trackers : entre a priori et idées fausses

Sous la loupe : Quel style de gestion a le mieux performé en 2021 ? Active ou passive ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.