Comment épargner pour sa pension tout en finançant un projet immobilier ?

Par AG

Si le prix de l’immobilier continue d’augmenter année après année, il est également proportionnel à l’appétit immobilier des Belges. Comme en témoigne le baromètre des notaires, l’activité immobilière bat chaque année de nouveaux records. Toutefois, il est évident que tout projet immobilier requiert un budget conséquent qui, dans bien des cas, laisse peu de place à d’autres projets d’épargne ou d’investissement, notamment à l’incontournable épargne-pension.

Parmi ces Belges avec une brique dans le ventre, on retrouve par exemple les moins de 30 ans.

L’immobilier a donc de beaux jours devant lui ! Finalement, est-il tout de même envisageable de combiner investissement immobilier et constitution de pension ? Faisons le point.

 

Épargner pour sa pension tout en finançant un projet immobilier : une utopie ?

 

Certaines compagnies d’assurance proposent des solutions dont l’objectif premier est de constituer progressivement une réserve afin de préfinancer une assurance solde restant dû, quasiment obligatoire lors de la souscription d’un prêt hypothécaire.

 

Une fois que le futur acheteur est prêt à concrétiser son projet immobilier, il peut alors utiliser la réserve de son contrat pour financer son assurance solde restant dû. Dans l’hypothèse où la réserve n’est pas utilisée pour un projet immobilier, elle continuera à capitaliser jusqu’au terme du contrat et fera office d’épargne à long terme.

 

Ce type de produit offre-t-il un avantage fiscal ?

 

Oui. Ce type de produit étant généralement assimilé à l’épargne à long terme, il permet de bénéficier d’un avantage fiscal de 30 % sur les primes versées en 2022 (jusqu’à 705 euros d’avantage fiscal). Le montant maximal est défini au cas par cas en fonction des revenus de l’assuré et ne peut quoi qu’il arrive pas dépasser le plafond absolu ​fixé à 2.350 euros en 2022.

 

Dans quel cas peut-il être intéressant de se tourner vers cette solution ?

 

D’une part, le prix de l’immobilier grimpe en flèche chaque année. D’autre part, de nombreux jeunes (entre autres) souhaitent acquérir un appartement ou une maison à un moment donné, sans forcément disposer des fonds nécessaires dans l’immédiat. Pendant qu’ils prennent le temps de s’installer dans la vie active, ils peuvent déjà préfinancer leur assurance solde restant dû et ainsi préparer leur futur projet immobilier le plus tôt possible.

 

Une solution réservée aux jeunes uniquement ?

 

Non. Il s’agit d’une solution envisageable pour tout projet immobilier, peu importe l’âge de l’acheteur. De la même manière, il est possible d’avoir recours à cette option pour préparer l’achat (ou la rénovation) d’une résidence principale ou secondaire.

Là encore, si le projet n’aboutit pas, le capital constitué sera tout simplement « converti » en capital de pension complémentaire et sera versé au terme du contrat.

Pour les personnes qui souffleront bientôt leurs 65e bougie, il s’agit par ailleurs de leur dernière chance de souscrire un contrat d’assurance en épargne à long terme et de bénéficier de l’avantage fiscal.

 

Pourquoi préfinancer son assurance solde restant dû ?

 

Lorsque qu’un acheteur fait l’acquisition d’un bien avec son partenaire, il ou elle compte en principe sur leurs deux revenus pour rembourser l’emprunt. Si un salaire disparaît, le remboursement du prêt hypothécaire peut rapidement devenir un fardeau financier pour le conjoint survivant. En préfinançant leur assurance solde restant dû de cette manière, les futurs acheteurs ne devront plus se soucier du financement de leur couverture en cas de décès. Cette solution est également valable pour les acheteurs célibataires qui protègent ainsi leur famille (parents, frères, sœurs, etc.) d’une potentielle charge financière en cas de décès.

 

Consultez aussi le corner Assurances

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.