Qu’est-ce que la finance embarquée ?

Avec le développement des fintechs, apparaissent de nouveaux termes financiers. Ces nouveaux termes sont révélateurs de nouveaux produits, de nouvelles applications qui changeront la vie des fournisseurs de biens et services et de leurs clients.

Parmi ces termes, la finance embarquée (embedded finance en anglais) fait son apparition dans le langage financier. Mais de quoi parle-t-on ?

 

Embarquée et intégrée

 

La finance embarquée permet à des sociétés non-financières d’intégrer des produits financiers, bancaires ou d’assurance au sein de leur offre de produits ou de services. Ces services financiers sont disponibles soit via des applications, soit via le web. Elles sont véritablement intégrées à l’offre initiale du commerçant ou du fournisseur de services.

 

L’usage le plus courant est le paiement embarqué (embedded payment). Dans ce cas, la solution de paiement est directement intégrée dans la livraison du produit ou du service. C’est le cas, par exemple, de Uber. Dans certains cas, les achats sont combinés avec des solutions de paiement comme Apple Pay ou Google Pay. L’acheteur peut alors directement payer son achat sans devoir passer par l’application de sa banque et en devant utiliser sa carte de banque.

 

Au-delà des paiements

 

Mais la finance embarquée permet, grâce au traitement des données des clients, de proposer des services supplémentaires. Assurances, crédits et autres services financiers sont proposés et disponibles en un simple clic sur certains sites d’e-commerce ou autres. Dans les assurances, on retrouve les assurances pour l’électroménager, pour les voyages, les assurances location ou auto. Les crédits à la consommation, les crédits auto ou des simulations de crédits hypothécaires sont également disponibles sur certains sites qui vendent ce genre de biens.

 

« Pour les entreprises et les institutions, la finance embarquée offre d’énormes opportunités dans des domaines tels que, par exemple, les paiements embarqués. Les exemples de paiements embarqués pourraient inclure une application qui permet aux clients de gagner du temps en utilisant l’application mobile pour commander et payer à l’avance. Elle permet également aux clients de stocker de l’argent et de gagner des récompenses pour leurs achats chez un commerçant, comme le fait Starbucks. Il y a également, les prêts intégrés. Le prêt intégré permet de demander et d’obtenir un prêt directement sur le lieu d’achat. Le système BNPL (Buy Now Pay Later) en est un exemple. Ce système élimine la paperasserie excessive et les procédures lourdes et permet au client d’obtenir des prêts en appuyant sur un bouton. Les investissements intégrés permettent aux utilisateurs d’investir dans le marché boursier, les fonds communs de placement ou les plans de retraite sans quitter la plateforme sur laquelle ils se trouvent », explique François De Witte, Seasoned treasury expert dans un article sur Treasury XL.

 

Techniquement parlant

 

« Les applications d’Embedded Finance se connectent alors via les API, qui contrôlent l’accès aux systèmes d’informations des banques et assureurs, afin de proposer une souscription intégrée au parcours utilisateur. Il peut alors souscrire au produit concerné sans interrompre sa navigation et sans avoir à changer de page »[i]. Cette technique se base sur la directive PSD2 qui a permis l’ouverture des données des clients (avec leur accord) vers d’autres acteurs économiques.

 

Quelle est la différence entre BAAS (bank as a service) et la finance embarquée ? « Dans la BAAS, c’est la banque qui intègre une offre de services non bancaires dans ses applications. Dans la finance embarquée, c’est le fournisseur de services ou de biens qui ajoute un service financier dans son offre. Il faut être conscient que le niveau de sécurité peut être différent dans les deux cas. Si c’est la banque qui intègre une offre de services, le niveau de sécurité sera sans doute plus grand car le service s’intègre dans l’infrastructure de sécurité de la banque. Si c’est le fournisseur de services qui offre un service financier, il devra renforcer son niveau de sécurité », précise Robert van der Eijk, Managing Director chez Capgemini.

 

C’est aussi au consommateur à être vigilant dans l’utilisation des services de finance embarquée. Les tentatives de phishing sont aussi bien présentes dans ce type d’offres.

 

Consultez aussi sur MoneyStore :

Qu’est-ce que la banque 4.0 ?

Vers la fin des néobanques ?

Banques et FinTechs : une nécessaire alliance

[i] Source: https://www.pretto.fr/contenu-partenaire/quest-ce-que-la-finance-embarquee/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.