Investissements alternatifs : de quoi s’agit-il?

Par Pictet AM

Il existe des classes d’actifs alternatives aux obligations et aux actions classiques. Il s’agit des fonds spéculatifs, du capital-investissement ou de l’immobilier, par exemple. Découvrons les avantages et les inconvénients de ces instruments.

 

Les actions, les obligations ou les fonds communs de placement ne sont pas les seules options d’investissement qui s’offrent à tous. D’autres choix permettent une bonne diversification du portefeuille, notamment pour les investisseurs à hauts revenus ou les investisseurs institutionnels. Différents types d’investissements alternatifs peuvent satisfaire tous les profils et tous les besoins, mais seulement sous certaines conditions. Découvrons-les.

 

De quoi parle-ton ?

 

La catégorie des investissements alternatifs recouvre les fonds spéculatifs, le capital-investissement, le capital-risque, l’immobilier et les matières premières, mais aussi des produits exclusifs tels que les œuvres d’art, les timbres et les alcools haut de gamme, pour ne citer que quelques exemples.

 

Autrement dit, tous les actifs qui diffèrent des méthodes plus classiques en termes de liquidité, de complexité et de stratégies de gestion. Une précision sur ce dernier point en particulier s’impose : étant donné qu’il s’agit d’une activité compliquée, très volatile et à haut risque, une gestion active est nécessaire pour suivre leurs performances en permanence, et ce, afin de prendre des mesures correctives si nécessaire. Par conséquent, des frais importants doivent être consentis en faveur des professionnels disposant de l’expertise nécessaire à la gestion de ces instruments.

 

Pourquoi envisager un investissement alternatif ?

 

Comme évoqué précédemment, les investissements alternatifs sont d’excellentes ressources pour diversifier son portefeuille, même s’ils sont moins réglementés que les actifs traditionnels. Du fait de leur faible corrélation avec les marchés traditionnels et leurs instruments, les investissements alternatifs sont moins influencés par les risques systémiques inhérents aux marchés. Dès lors, étant donné qu’ils présentent également un potentiel de rendement plus élevé que les investissements standard, les investissements alternatifs présentent des avantages indéniables sur le plan de la diversification.

 

En revanche, il convient de les manier avec précaution si l’on souhaite les intégrer aux classes d’actifs «standard», en particulier si l’on n’est pas un investisseur à revenu élevé ou très élevé, car ils présentent inévitablement des risques plus importants. Si une action ou une obligation est peu performante, un fonds spéculatif ou de capital-investissement peut compenser ces pertes sur le long terme.

 

Un investissement qui ne convient pas à tout le monde

 

Il convient de souligner que la nature même de ces actifs implique un faible niveau d’échange et donc de faibles volumes. Ceci provient principalement du fait qu’il n’existe pas de marché public les régulant et que les personnes alimentant le marché privé sont peu nombreuses à travers le monde. Du moins pas aussi nombreuses que pour les actions et les obligations. Ainsi, l’acheteur doit tenir compte d’un certain délai pour être en mesure de les vendre, à l’instar de ce qui se passe dans le secteur de l’immobilier. Ce faible volume d’échanges se traduit par une difficulté à obtenir des données, des prospectus, des analyses, des tendances historiques et des informations sur les investissements alternatifs.

Consultez aussi sur MoneyStore le corner Thématiques d’Investissement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.