L’engagement : quels thèmes pour l’avenir ?  

Par NNIP

Pour investir de manière active et engagée, le gestionnaire d’actifs doit se concentrer sur des thèmes spécifiques qui sont en mesure de faire bouger les choses. Il doit ensuite les aborder avec les entreprises et pays dans lesquels il investit.

 

Ces thèmes sont définis en conciliant les engagements et les défis à relever. Les défis sont analysés et quantifiés, les réglementations examinées et les régions et entreprises concernées passées au crible. On peut par exemple considérer les thèmes suivants.

 

La gouvernance

 

Le premier thème est lié à la gouvernance d’entreprise qui garantit au mieux le respect des règles éthiques. La gouvernance couvre des thèmes comme la politique de rémunération, la corruption ou la fraude, les membres et la diversité des membres des conseils d’administration. La diversité des administrateurs est essentielle et impacte la manière dont les entreprises font face aux risques politiques, régulatoires, environnementaux et sociaux. Un focus sur les marchés émergents peut également être ajouté à cette thématique.

 

Les conditions de travail

 

Un second thème concerne les conditions de travail. Eliminer la pauvreté reste l’un des plus grands défis de l’humanité. La crise du coronavirus a mis en lumière de nombreuses inégalités sociales et ce, à tous les niveaux. La mise en place de standards sociaux qui dépassent les minima légaux profitent à l’entreprise et à la société au sens large. Il faut encourager les entreprises à mettre en place des procédures d’inclusions dans leurs politiques de ressources humaines et de sous-traitance. Il faut également se concentrer sur le travail des enfants et l’esclavage moderne. On peut considérer que, dans le monde, 40 millions de personnes vivent encore dans une forme d’esclavage (p.ex. les travaux préparatoires de la Coupe du monde de football au Qatar, le travail forcé des Ouïghours dans l’industrie cotonnière chinoise).

 

Les ressources naturelles et le changement climatique

 

Le troisième exemple concerne les ressources naturelles et le changement climatique. Nous sommes conscients que la planète a atteint ses limites environnementales. Nos écosystèmes, nos ressources en eau et notre santé sont menacés. Les investissements ne sont pas épargnés non plus, ce qui nous pousse encore plus à l’action.

 

Dans cette thématique, on peut considérer par exemple, les sociétés d’utilité publiques, les sociétés énergétiques, la déforestation et les plastiques. En effet, certaines sociétés pétrolières font le choix d’évoluer vers un modèle à émission zéro dans un horizon de temps défini (investissement dans des programmes d’énergies renouvelables, la plantation d’arbres ou des technologies liées à la capture du carbone). Ou on peut également tenter d’établir un dialogue avec des sociétés actives dans la production d’électricité et les pousser à développer des plans de transition alignés sur les accords de Paris.

 

Fixer les objectifs

 

Un fois le thème choisi, le gestionnaire d’actifs contacte les entreprises et, ensemble, ils fixent des objectifs. Le sujet est discuté en détail pendant les entretiens. Lorsque les entreprises s’engagent à atteindre les objectifs fixés, elles sont suivies de près et aidées lorsque c’est possible. Le processus prend fin lorsque l’entreprise a suffisamment progressé.

 

Il vaut toujours mieux privilégier l’inclusion et la discussion par rapport à l’exclusion, mais si le dialogue n’aboutit pas, le gestionnaire a alors la possibilité d’utiliser son vote lors de l’assemblée générale des actionnaires. Il peut également vendre sa participation dans l’entreprise. Mais, c’est en dernier recours car dans ce cas, il devient beaucoup plus difficile d’avoir un impact.

 

Consultez aussi le corner Gestion

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.