La pandémie a été un catalyseur pour les problèmes sociaux

Par NNIP

La crise du coronavirus a changé la donne concernant les questions sociales. Pour trois raisons, les investisseurs devront prendre les facteurs sociaux en compte en 2022.

 

Premièrement, la pandémie a bousculé le programme social des responsables politiques du monde entier. Aux États-Unis et en Allemagne, les nouveaux gouvernements ont été élus en partie pour leurs promesses en matière de lutte contre les inégalités. Le rôle de l’État aura un impact majeur sur les politiques fiscales, les investissements et la croissance.

 

Rattraper le retard et obligations sociales

 

Deuxièmement, la composante sociale du programme environnemental, social et de gouvernance (ESG) rattrape son retard sur les deux autres composantes. Les questions environnementales, en particulier celles liées au climat, ont connu une résurgence depuis l’accord de Paris sur le climat en 2015, et les critères de bonne gouvernance ont été largement appliqués au début des années 2000 suite aux scandales impliquant des sociétés. L’évolution récente vers les questions sociales se remarque tout particulièrement dans les efforts actuels de l’Union Européenne qui vise à établir une taxonomie sociale pour les investissements durables, en s’inspirant de sa taxonomie environnementale.

 

Troisièmement, l’augmentation des émissions d’obligations sociales montre que les investisseurs prennent en compte les considérations sociales et que des capitaux sont nécessaires pour les projets sociaux.

 

Les indicateurs sociaux peuvent-ils contribuer à une surperformance ?

 

Les facteurs sociaux sont utiles pour la génération d’alpha. Par exemple, la recherche académique dans le domaine des fonds propres analyse des facteurs sociaux tels que la gestion du capital humain en entreprise, la diversité de la main-d’œuvre et la diligence raisonnable de la chaîne d’approvisionnement. Bon nombre de ces facteurs contribuent à prédire les surperformances futures.

 

Par exemple, des chercheurs universitaires ont découvert que la gestion du capital humain était un des moteurs de rendements boursiers. Alex Edmans, professeur de finance à la London Business School, a publié un article influent en 2012, dans lequel il a montré que le portefeuille des 100 meilleures entreprises pour lesquelles travailler aux États-Unis offrait un alpha de 2,3 % supérieur aux indices de référence du secteur pour la période allant de 1984 à 2011[i]. Suite à cette étude, Boustanifar et Kang (2021)[ii] ont constaté que la surperformance persistait sur la période 2012-2020.

 

De même, diverses études ont montré qu’un personnel plus diversifié prend des décisions plus objectives et a tendance à être plus innovant. Ainsi, des organisations diversifiées peuvent avoir un avantage concurrentiel durable à long terme. Les investisseurs doivent tenir compte de ces facteurs lorsqu’ils prennent des décisions d’investissement.

 

Les deux questions de diversité et d’inclusion et de gestion du capital humain sont étroitement liées à la question macroéconomique des inégalités. Cela signifierait que, à mesure que les investisseurs poussent les entreprises à se concentrer davantage sur la gestion du capital humain et la diversité, les ODD des Nations Unies relatifs à la réduction des inégalités, au travail décent et à la croissance économique deviennent plus accessibles.

 

Consultez aussi le corner Gestion

[i] ] Edmans, A., 2012. The Link Between Job Satisfaction and Firm Value, With Implications for Corporate Social Responsibility. Academy of Management Perspectives, 26(4), pp.1-19.

[ii] Boustanifar, H. and Kang, Y., 2021. Employee Satisfaction and Long-run Stock Returns, 1984-2020. SSRN Electronic Journal.

 

 

2 réponses sur “La pandémie a été un catalyseur pour les problèmes sociaux”

  1. Merci et bravo pour cet article, très intéressant !
    Pourrais-je recevoir les références sur le lien entre diversité du personnel , objectivité et innovation ?
    Merci d’avance !

    Etienne de Callataÿ

    1. Voici les références:

      This research from the journal Innovation: Management Policy and Practice finds that gender diversity within R&D teams generates certain dynamics that foster novel solutions leading to radical innovation. The results indicate that gender diversity is positively related to radical innovation. However it does not promote incremental innovation in the same way.
      Gender diversity within R&D teams: Its impact on radicalness of innovation: Innovation: Vol 15, No 2 (tandfonline.com)
      The below research published in 2015 in Journal of Economic Geography studies a sample of 7600 firms in London from 2005-2007 for cultural diversity and concluded that their “results, which are robust to most challenges, suggest a small but significant “diversity bonus” for all types of London firms. First, companies with diverse management are more likely to introduce new product innovations than are those with homogeneous “top teams.””
      Cultural Diversity, Innovation, and Entrepreneurship: Firm-level Evidence from London: Economic Geography: Vol 89, No 4 (tandfonline.com)
      The following research published in 2011 in Journal of Product Innovation Management finds that TMT diversity, measured as heterogeneity in educational, functional, industry, and organizational background, has a strong positive effect on a firm’s innovation orientation.
      Top Management Team Diversity and Strategic Innovation Orientation: The Relationship and Consequences for Innovativeness and Performance – Talke – 2011 – Journal of Product Innovation Management – Wiley Online Library

      The following paper discusses how diverse teams challenge assumptions, upend conformity and raise more facts:

      A research from 2014 found that price bubbles arise not only from individual errors or financial conditions, but also from the social context of decision making. Their findings suggest that diversity facilitates friction that enhances deliberation and upends conformity.
      Ethnic diversity deflates price bubbles | PNAS
      The final research studies the effect of diversity on objectiveness more directly. Although previous work has documented effects of diversity on high-status jurors’ contributions to deliberations, this work suggests that diversity may relate to more complex evidence evaluation for members of low-status groups as well. The researchers in this research and various previous studies have found that both white and black jurors made high-quality contributions to discussion in diverse juries than in nondiverse juries.
      Diversity’s Impact on the Quality of Deliberations – Amanda Nicholson Bergold, Margaret Bull Kovera, 2021 (sagepub.com)

Répondre à Etienne de Callataÿ Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.